Histoire de la rvolution franaise, 8

Langlois et Leclercq, 1856 - 12
 

 - 

.

-

262 - Tout homme tant prsum innocent jusqu' ce qu'il ait t dclar coupable, s'il est jug indispensable de l'arrter, toute rigueur qui ne serait pas ncessaire pour s'assurer de sa personne doit tre svrement rprime par la loi.
263 - La Loi est l'expression de la volont gnrale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Reprsentants, sa formation. Elle doit tre la mme pour tous, soit qu'elle protge, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens tant gaux ses yeux sont galement admissibles toutes...
263 - Les secours publics sont une dette sacre. La socit doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister ceux qui sont hors d'tat de travailler.
262 - Nul homme ne peut tre accus, arrt ni dtenu que dans les cas dtermins par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites.
9 - Louis tait mont sur le trne vingt ans; et vingt ans, il donna sur le trne l'exemple des murs; il n'y porta aucune faiblesse coupable, ni aucune passion corruptrice; il y fut conome, juste, svre; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple.
438 - Oui , je vais conclure, et contre vous; contre vous, qui , aprs la rvolution du 10 aot , avez voulu conduire l'chafaud ceux qui l'ont faite ! contre vous qui n'avez cess de provoquer la destruction de Paris ! contre vous qui avez voulu sauver le tyran! contre vous qui avez conspir avec Dumouriez ! contre vous qui avez poursuivi avec acharnement les mmes patriotes dont Dumouriez demandait la tte ! contre vous dont les vengeances criminelles ont...
261 - La libert consiste pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui; ainsi l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la socit la jouissance de ces mmes droits; ces bornes ne peuvent tre dtermines que par la loi.
270 - Interrogez ce gentilhomme qui a des terres et des vassaux, ou qui croit l'univers boulevers depuis qu'il n'en a plus, il vous donnera de la proprit des ides peu prs semblables. Interrogez les augustes membres de la dynastie Captienne ; ils vous diront que la plus sacre de toutes les proprits est, sans contredit, le droit hrditaire dont ils ont joui de toute antiquit d'opprimer, d'avilir, et de s'assurer lgalement et monarchiquement les 25 millions d'hommes qui habitaient...
160 - ... un lit de fer sur lequel il faisait tendre ses victimes , mutilant celles qui taient plus grandes que le lit , disloquant douloureusement celles qui l'taient moins pour leur faire atteindre le niveau. Ce tyran aimait l'galit : et voil celle des sclrats qui se dchirent par leurs fureurs. L'galit pour l'homme social n'est que celle des droits. Elle n'est pas plus celle des fortunes que celle des tailles , celle des forces, de l'esprit, de l'activit, de l'industrie et du...
68 - La loi ne doit tablir que des peines .strictement et videmment ncessaires, et nul ne peut tre puni qu'en vertu d'une loi tablie et promulgue antrieurement au dlit et lgalement applique.