صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

nevolentiam, amicitiam, perpetuamque pacem ; et omnia et singula superius enarrata, et per nos concessa , inviolabiler ob-o servare , et observari facere. Eademque omnia per

carissimum filium nostrum delphinum Viennensem rata, grata habere, suisque palentibus litteris confirmare. Ita tamen quod prædicti proconsules, copsules, aldermanni, mercatores , et incolæ, de eadem pace, amicitia et benevolentia pariter, quantum eos, et totam suam communitatem concernit, suas patentes litteras in debita validaque forma, sigillo magno civitatis Lubecensis roborotas

infra ynum annum proxime futurum nobis tradere, et realiter exhibere tenebuntur.

(12) Quocirca dilectis et fidelibus nostris gentibus consiliariis parlamenti nostri parisius, universisque et singulis nostris loca tenentibus, mareschallis, admiraldo, vicadmiraldo, et gubernatoribus, sepeschallis, baillivis, præpositis, capitaneisque, et ductoribus militum, et armigerorum, ac civitatum, oppidorum, portuum, pontium aliorumque locorum, et districtuum custodibus, aliisque justitiariis et officiariis nostris præsentibus, et fuluris, et eorum cuilibet harum serie præcipimus, et mandamus, quatenus has vostras præsentes litteras in omnibus curiis, auditoriis, aliisque suis locis ad hoc necessariis publicare, seu publicari facere, prædictamque amicitiam, confæderationem et perpetuam pacem, et concordiam, ac omnia et singula superiùs declarata, et per nos concessa inviolabiliter observent, et observari faciant, nihil penitus in contrarium agendo, nec attentando. Quod si forte aliqua acta aut attentata forent, ea reparare, seu reparari et ad pristinum et debitum statum reduci facere studeant, indelate compellando ad hoc, appellatione semota, viriliter et debitè compellendos, infractores quoque, si qui sint, pæna debita et publica plectendo. Et ut omnia et singula præinserta perpetuæ firmitatis robur obtineant, has nostras litteras, quarum vidisse , seu transsumpto uno, vel pluribus, si opus fuerit sub sigillo regio confectis indubiam fidem , veluti huic originali volumus adhiberi, magni sigilli nosiri munimine fecimus roborari.

Datum in Montiliis prope Turones in mense augusti anno 1483, regoi vero nostri 23. Signatum per regem, comitibus de Claromonte, et de Marchia domini d'Esquerdes, magno seneschallo Normanniæ, gubernatore Antissiodorensi, seneschallo Ruthenensi , magistris Jacobo Louvel, chartarum thesaurario, Guillelmo de Cerisayo, et aliis præsentibus. Nos qui reipublicæ

felix incrementum tota animi nostri mente semper opiamus, præinsertas patentes litteras, omnia et singula in eisdem contenta, ratas, et gratas, ralaque et grata habentes, atque eas, et ea plurimorum nostri sanguinis principum, atque comitum, aliorumque magnalum majoris nostri consilii deliberatiove laudavimus, approbavimus, ratificavimus, et confirmavimus, laudamusque , approbamus, ratificamus et confirmamus, ac in quantum opus est, de novo concessimus, et concedimus per præsentes. Quarum tenore universis et singulis loca Tenentibus, mareschallis, admiraldo, viceadmiraldo, gubernatoribus, baillivis, seneschallis, præpositis, capitaneisque, et ductoribus armigerorum, nec non urbium, civitatum, oppidorum, pontium, pontuum, aliorumque locorum, districtuum custodibus, cæterisque justitiariis, officiariis et subditis nostris præsentibus , et futuris, præcipimus, et mandamus, qualenus præsentem nostram ratificationem, approbationem, confirmationem, et concessionem in universis jurisdictionum suarum auditoriis, aliisque locis, quibus opportupum fuerit, inscribant, publicent, et inviolabiliter observent , seu inscribi, publicari, et observari faciant, nihil penitus in contrarium agendo, ant, intentando, agendo aut intentari faciendo, vel permittendo. Sed si quæ forsitan acta ant intentata forent, illa reparare, seu reparari et ad pristinum et debitum statum extemplò reduci facere curent. Et ut præmissa omnia perpetuæ firmitatis robur obtineant, nostrum præsentibus litteris fecimus apponi sigillum.

Datum Ambosiæ , mense septembris anno 1483, et regni nostri primo.

Sic signatum, per regem, comitibus de Claromonte, de Marchia et de domino Martino, magno magistro hospitii Franciæ, domino de Torcy, magistro Guillelmo de Cerisay et aliis præsentibus.

No. 82.

LETTRE du roi au soudan d'Egypte.

Sans date. (Manus. de Béthunc , n°8432, fo 112, Bibl. du Roi.)

Ludovicus etc. Serenisssimo ac potentissimo soldano Babiloniæ ac partium Egypti ac Syrie domino, salutem et spiritum consilii salutaris.

Quantum favoris, liberalitatis et benevolentiæ mercatoribus

aliisque subditis nostris qui mercimonii gracia nostris intriremibus ad orientales pagas vestre ditioni submissas his proximis superioribus annis se contulerunt, serenitas vestra suique osti ciales atque subdit: non modo propter illam quam hujusce mercantic negociatio vestris nostrisque ac demum totius orbis ditionibus affert utilitatem , verum etiam nostri causa atque favore hactenus exhibuerint eorumdem subditorum nostrorum relatibus habunde certiorati fuimus, unde eidem serenitati vestræ immortales laudes et gratias agimus et habemus; illas quidem si nonnumquam res postulaverit, quantum cum Deo et fidei catholice observantia id facere poterimus, vicissim relaturi : itaque quoniam ut hujusce navigationis exercitium toto orbi necessarium, nostro in regno nostris potissimum temporibus augeatur magis magisque in dies affectemus, de eadem que vestra in subditos nostros liberalitate atque favore longe magisquam antea umquam confidamus, mittimus impresentiarum ut consuevimus orientale mare versus Egyptum, Alexandriam ac Barutum aliosque portus et provincias serenitati vestræcreditas duas ex triremibus nostris francie, quarum una gallico nostro sermone NotreDame-Sainte-Marie , alia vero Notre-Dame-Saint-Martin, vulgariter nuncupantur, variis subditorum nostrorum mercimoniis onustas, claris quidem franciæ liliis et armorum nostrorum vexillis insignitas atque decoratas.

Quibus triremibus videlicet illi vocate Notre-Dame-SainteMarie, dilectum ac fidelem nostrum Thomam Devilage; alteri autem nuncupate, Notre-Dame-Saint-Martin , dilectum nobis Guillermum Delacroix, viros profecto ingenti prudencia et integritate, rerumque gerendarum experiencia probatos ac de nobis optimè meritos patronos prefecimus.

Quapropter serenitatem vestram hortamur rogamusque eo majore cordis affectu quo possumus ut ad quoscumque portus aliaque loca et regiones vobis submissas prenominate triremes nostræ se contulerint, illas earumque patronos , officiales, mercatores , peregrinos, naucleros, nautas et comites una cum mercibus, bonis et rebus eorum quibuscumque, quamdiu illos vestris in terris et dominiis commorari et negociari contigerit eundo, stando ac redeundo adeo commendatos suscipere velit ut ipsi patroni, naucleri et subditi nostri suarum mercantiarum et negociacionis munus possint fideliter expedire, sicut sperant indubitanter que confidunt, et nos imprimis magnoperè peroptamus, in quo serenitas vestra rem nobis ita acceptam efficiet ut pro ea

subditisque mis, cum casus se obtulerint, majores quam ante à sumus favores et vicessitudives quantıun cúm sinceritate fidei catholice poterimus relaturi.

Datum, etc.

[ocr errors][merged small]

Traité de fraternité d'armes entre Louis XI et le duc de Bourgogne. (Ducange sur Joinv., p. 361, édit. Petitot.)

Procès fait au cardinal de La Balue pour crime de haute trahison. Ce ministre, dit le président Hénault, fut convaincu d'avoir entretenu le frère du roi dans sa révolte, pour se rendre nécessaire, et d'avoir eu des intelligences avec le duc de Bourgogne. Il fut mis dans une cage de fer (1); il y resta 11 ans. On ne lui fit pas son procés (2) à cause de contestations avec le pape sur la forme de la procédure:

Établissement de cent gentilhommes au bec de Corbin. ( 1478.)

(1) Genre de supplice dont il était l'inventeur.

(2) Il est difficile de concevoir comment le cardinal a été convaincu du crime dont on l'accusait, si on ne lui a pas fait son procès. Ce qui est certain , c'est qu'une commission fut nommée, composée de Tanneguy du Chatel, gouverneur de Roussillon, Guillaume Cousineau, de Torcy, et Pierre d'Oriole, général des finances, depuis chancelier. Le conseil du roi fut divisé sur la question de savoir si la qualité de cardinal était un obstacle aux poursuites. On décida que non, et on passa outre. Le cardioal fut interrogé à plusieurs reprises. Il ne reste rien de bien précis sur le surplus de la procédure faite par les commissaires; mais la Jongue durée de la peine , le genre de supplice, la confiscation des biens, rendent très probables le procès et la condamnation. Quelques anciens mémoires portent qu'il avait été composé divers écrits pour dissiper l'erreur de ceux qui disent quc le pape aurait pu donner à ses vicaires cominission de faire le procès au cardinal usque ad sententiam definitivam inclusivė. Le roi distribua tous les biens confisqués à ses courtisans : sa tapisserie fut donnée à Tanneguy du Châtel, sa bibliothèque à Doriole, quelques meubles précieux au sieur de Crussol, son argenterie au trésor; le reste de ses mcables fut vendu pour payer les commissairçs qui avaient procédé à l'inventaire de ses biens. Le roi, qui sur la fin de son régne le fit mettre hors de prison, crut devoir se faire absoudre de 'sa condamnation par un bref du pape.

Traité de trèves (1) entre le roi et Édouard IV, durant leur vie et cent ans après la mort de l'un ou de l'autre. (1478.)

Arret (2) du parlement de Paris qui ordonne que le roi Réné séra ajourné à comparaitre devant la cour suffisamment garnie de pairs, afin de s'y défendre en personne de l'accusation intentée contre lui, sous peine de bannissement perpétuel et de confiscation de tous ses biens.

Alain Goyon, seigneur de Villiers, favori de Louis XI, est le premier qui ait été qualifié grand écuyer de France. Au commencement de la troisième race, on voit des écuyers dont le chef était subordonné d'abord au sénéchal, ensuite au connétable. Sur la fin du XIII siècle, ce chef, sous le titre de maitre de l'Écurie, ne prend des ordres que du prince, et ne compte qu'à la chambre des comptes. Sous Philippe-le-Long, il prend le nom de premier écuyer du corps, sous Charles VI, celui de grand maitre de l'écurie, sous Louis XI, celui de grand écuyer.Velly, Hist. de Fr., VIII, 116.)

Louis XI, dit Comines, était humble en paroles et en habils.... Il était naturellement aimé des gens de moyen état; il était léger à parler des gens, sauf de ceux qu'ils craignait car il était assez craintif de sa propre nature.... Il disait pour réponse aux reproches qu'on lui faisait de ne pas garder assez sa

(1) Par ce traité de Londres, du 13 février, Louis XI s'engage à payer 50,000 écus par lui ou par ses successeurs, pendant cent ans, à compter du jour de la mort de l'un des deux. Cette trève doit être regardée comme un chef-d'æuvre en fait de politique : premièrement, elle empêchait Edouard de sc joindre à Maximilien; en second lieu, en laissant tous les droits indécis, elle ne Troublait point les Anglais dans leurs vaines prétentions sur la Normandie et les provinces qui sont au-delà de la Loire; elle dodoait cependant le temps aux Français de ces provinces de reprendre l'habitude de leur légitime dépendance, et à nos rois, d'en profiter pour se fortifier et se mettre enfin en état, comme il arriva sous Heori II, d'achever de reconquérir sur les Anglais tout ce qu'ils avaient usurpé sur le royaume de France. (Hen. Abr. chr.)

(a) On ignore la date. (V. l'Histoire ou plutôt le panegyrique en 3 vol. du roi René, par M. le comie de Villeneuve-Bargemont, Paris, 1825).

Un juif, condamné à être écorcbé vif pour avoir blasphêmé, offrait de l'argent pour se racheter du supplice : « À Dieu ne plaise, s'écrią le roi, qu'on puisse • jamais dire ou croire qu'un délit aussi énorme ait pu demeurer impuni sous « mon règne.

« السابقةمتابعة »