Correspondance turque: pour servir de supplment la Correspondance russe de J. F. LaHarpe : contenant l'histoire lamentable des chutes et rechutes tragiques de ce grand homme

Colnet, 1801 - 310
 

 - 

.

1
3
2
5
3
6
4
7
5
8
6
9
7
14
8
22
12
61
13
82
14
84
15
88
16
105
17
109
18
131
19
153

9
27
10
30
11
55
20
159
21
170
22
217

133 - C'est ce petit rimeur, de tant de prix enfl, Qui, siffl pour ses vers, pour sa prose siffl, Tout meurtri des faux pas de sa muse tragique, Tomba de chute en chute au trne acadmique ? Ces dtours sont d'un lche et malin dtracteur ; Je ne veux point offrir d'nigmes au lecteur.
120 - II trouve le siffler des bouches toujours prtes. Chacun le peut traiter de fat et d'ignorant ; C'est un droit qu' la porte on achte en entrant. Il faut qu'en cent faons, pour plaire, il se replie...
142 - Le fiel piquant dont son cur est gorg? Mais, dit le chef de notre librairie, Notre Aristarque a peint de fantaisie Ce monstre en l'air que vous ralisez. Ce monstre en l'air? Votre erreur est extrme, Rpond la nice ; eh ! monseigneur lisez ; Ce monstre-l, c'est mon oncle...
35 - C'est le ciel qui le mortifie. Il sera siffl dans sa vie ; Mais l'avenir le vengera Et du parterre et de l'envie , Et dans mille ans il jouira Des rcompenses du gnie. Dj, dit-on, vos partisans, Dans les boudoirs criant merveille, Sur votre autel portent l'encens Dont ils svrent le bon Corneille. Ces aristarqucs souverains , Que toujours le got illumine.
31 - Tes vers sont beaux quand tu les dis, Mais ce n'est rien quand je les lis ; Tu ne peux pas toujours en dire, Fais-en donc que je puisse lire.
48 - Ce petit homme son petit compas Veut sans pudeur asservir le gnie ; Au bas du Pinde il trotte petits pas , Et croit franchir les sommets d'Aonie. Au grand Corneille il a fait avanie ; Mais , vrai dire , on riait aux clats , De voir ce nain mesurer un Atlas ; Et, redoublant ses efforts de Pygme, Burlesquement roidir ses petits bras Pour touffer si haute renomme ! XIV.
72 - Bon dieu ! qu'il est pesant dans sa lgret ! Que ses petits crits ont de longues prfaces ! Ses fleurs sont des pavots, ses ris sont des grimaces; Que l'encens qu'il prodigue est fade et sans odeur! C'est, si je veux l'en croire, un heureux petit-matre; Mais si j'en crois ses vers , oh ! qu'il est triste d'tre Ou sa matresse, ou son lecteur.
160 - ... encor dans le fond de mon cur. Poursuis ta brillante carrire : Appel par la gloire, on t'y verra voler. Tu nous consoleras quelque jour de Voltaire, Si quelqu'un toutefois peut nous en consoler. Parodie. J'ai lu plus d'une fois ta triste...
80 - Zulime ; le rle est toujours passionn sans jamais cesser d'tre noble et tendre. Si dans l'emportement de la passion Zulime se porte des actions dont elle prouve des remords, jamais il ne lui chappe un mot dont elle ait rougir.
41 - L'auteur, qui connat ses talents, L'a dit lui-mme en son Mercure, C'est Sutone tout crach, Et traduit... traduit, Dieu sait comme ! Ce sont tous les monstres de Rome Qu'on se procure bon march. De ce recueil pesez chaque homme : Des empereurs se vendent bien; Caligula seul vaut la somme, Et vous aurez Nron pour rien. Que cent fois Belzbuth t'emporte, Lui dis-je, bouillant de fureur, Fuis avec ton auguste escorte...