Revue de Paris, 19

Demengeot & Goodman, e.a., 1831
 

 - 

.

-

97 - Aussi ne vois-je rien qui soit plus odieux Que le dehors pltr d'un zle spcieux , Que ces francs charlatans , que ces dvots de place , De qui la sacrilge et trompeuse grimace Abuse impunment et se joue leur gr...
165 - Grce, mre des arts, terre d'idoltrie, De mes vux insenss ternelle patrie, J'tais n pour ces temps o les fleurs de ton front Couronnaient dans les mers l'azur de l'Hellespont. Je suis un citoyen de tes sicles antiques; Mon me avec l'abeille erre sous tes portiques. La langue de ton peuple...
164 - L tu fus sans espoir, sans proches, sans amis ; La vile oisivet, fille de la misre, A ton ombre en tous lieux se tranait lentement, Et buvait dans ton cur les flots purs de ton sang : Qui suis-je? crivais-tu ; qu'on me donne une pierre, Une roche rouler ; c'est la paix des tombeaux Que je fuis, et je tends des bras las du repos.
198 - ... ainsi devant la mort ! Mais, dans cette adorable Italie, la dbauche et la religion s'accouplaient alors si bien, que la religion y tait une dbauche et, la dbauche une religion ! Le prince serra affectueusement la main de don Juan ; puis toutes les figures ayant formul simultanment une mme grimace mi-partie de tristesse et d'indiffrence , cette fantasmagorie disparut, laissant la salle vide. C'tait bien une image de la vie ! En descendant, les escaliers , le prince dit ...
165 - J'tais n pour ces temps o les fleurs de ton front Couronnaient dans les mers l'azur de l'IIellespont. Je suis un citoyen de tes sicles antiques ; Mon me avec l'abeille erre sous tes portiques. La langue de ton peuple, Grce, peut mourir; Nous pouvons oublier le nom de tes montagnes; Mais qu'en fouillant le sein de tes blondes campagnes Nos regards tout coup viennent dcouvrir Quelque dieu de tes bois, quelque Vnus perdue... La langue que parlait le cur de Phidias Sera toujours...
293 - Rvolution franaise, des artistes clairs, qui avaient vu disparatre un grand nombre de monuments prcieux, sentirent le besoin de prserver ce qui avait chapp la dvastation : le muse des Petits-Augustins, fond par M. Lenoir, prpara le retour des tudes historiques et fit apprcier toutes les richesses de l'art franais. La dispersion fatale de ce muse reporta sur l'tude des localits l'ardeur des archologues et des artistes; la...
164 - T'apporte ce tripot dgotant de la vie Est bien poltron au jeu s'il ne dit : Tout ou rien. Je suis jeune. J'arrive : moiti de ma route, Dj las de marcher , je me suis retourn. La science de l'homme est le mpris sans doute ; C'est un droit de vieillard qui ne m'est pas donn. Mais qu'en dois-je penser...
295 - ... l'intrt des difices dont la conservation dpend de leurs soins , et stimuler enfin, en le dirigeant, le zle de tous les conseils de dpartement et de municipalit, de manire ce qu'aucun monument d'un mrite incontestable, ne prisse par cause d'ignorance et de prcipitation, et sans que les autorits comptentes aient tent tous les efforts convenables pour assurer leur prservation, et de manire aussi ce que la bonne volont des autorits ou des particuliers ne...
125 - Voyez cette grande salle enfume ; vous la prendriez pour une halle que les marchands ont abandonne. Au centre est un vaste pole , avec deux niches propres s'asseoir en hiver , pour y fumer , y sommeiller ou y rver. Tout vous rappelle les intrieurs de Stein.
294 - ... clairer les propritaires et les dtenteurs sur l'intrt des difices dont la conservation dpend de leurs soins, et stimuler enfin, en le dirigeant, le zle de tous les conseils de dpartement et de municipalit, de manire ce qu'aucun monument d'un mrite incontestable ne prisse par cause d'ignorance et de prcipitation...