Histoire de M. Émery et de l'glise de France pendant la rvolution, 1

V. Palm, 1885
 

 - 

.

-

395 - tribunal criminel extraordinaire qui connatra de toute entreprise contre-rvolutionnaire, de tout attentat contre la libert, l'galit, l'unit, l'indivisibilit de la Rpublique, la sret intrieure et extrieure de l'État, et de tous les complots tendant rtablir la royaut ou tablir toute autre autorit attentatoire la libert, l'galit et la souverainet du peuple , soit que les accuss soient fonctionnaires civils ou militaires , ou simples citoyens.
159 - Et par les soldats, entre les mains de leurs officiers, d'tre fidles la nation, la loi, au Roi et la constitution; de n'abandonner jamais leurs drapeaux, et d'observer exactement les rgles de la discipline militaire.
388 - ... n'ayant aucune consolation spirituelle attendre, ne sachant pas s'il existe encore ici des prtres de cette religion ; et mme le lieu o je suis les exposerait trop s'ils y entraient une fois. Je demande sincrement pardon Dieu de toutes les fautes que j'ai pu commettre depuis que j'existe; j'espre que dans sa bont il voudra bien recevoir mes derniers vux, ainsi que ceux que je fais depuis longtemps pour qu'il veuille bien recevoir mon me dans sa misricorde et sa bont....
388 - J'avais des amis ; l'ide d'en tre spare pour jamais et leurs peines sont un des plus grands regrets que j'emporte en mourant ; qu'ils sachent du moins que, jusqu' mon dernier moment, j'ai pens eux. Adieu, ma bonne et tendre sur!
442 - La loi est l'expression de la volont gnrale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs reprsentans, sa formation. Elle doit tre la mme pour tous, soit qu'elle protge, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens tant gaux ses yeux, sont galement admissibles toutes...
396 - Ceux qui plaignent les fermiers et marchands avides contre lesquels la loi est oblige de prendre des mesures. 5) Ceux qui, ayant toujours les mots de Libert, Rpublique et Patrie sur les lvres, frquentent les ci-devant nobles, les prtres contrervolutionnaires, les aristocrates, les feuillants, les modrs et s'intressent leur sort.
232 - N'avons-nous pas sur lui le droit qu'il s'est donn? Le devoir le plus saint, la loi la plus chrie, .Est d'oublier la loi pour sauver la patrie.
433 - Nul ne pourra remplir le ministre d'aucun culte dans lesdits difices, moins qu'il ne se soit fait dcerner acte, devant la municipalit du lieu o il voudra exercer, de sa soumission aux lois de la rpublique.
442 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la libert, la proprit, la sret et la rsistance l'oppression.
431 - L'article III accordait douze difices pour le culte Paris. Art. IV. Lorsque des citoyens de la mme commune ou section de commune exerceront des cultes diffrents ou prtendus tels, et qu'ils rclameront concurremment l'usage du mme local, il leur sera commun ; et les municipalits, sous la surveillance des corps administratifs, fixeront pour chaque culte les jours et heures les plus convenables, ainsi que les moyens de maintenir la dcence et d'entretenir la paix et la concorde.