La Montagne: notices historiques et philosophiques sur les principaux membres de la Montagne

J. Braut, 1834 - 256
 

 - 

.

-

211 - Un jour peut-tre, les hommes, aussi loigns de nos prjugs que nous le sommes de ceux des Vandales, s'tonneront de la barbarie d'un sicle o ce fut quelque chose...
13 - Mauvais citoyen, tu as conspir : faux ami, tu disais, il ya deux jours, du mal de Desmoulins, instrument que tu as perdu , et tu lui prtais des vices honteux ; mchant homme, tu as compar l'opinion publique une femme de mauvaise vie, tu as dit que l'honneur tait ridicule ; que la gloire et la postrit taient une sottise. Ces maximes devaient te concilier l'aristocratie; elles taient celles de Catilina. Si Fabre est innocent, si d'Orlans, si Dumouriez furent innocents, tu l'es...
197 - F'aris, ou causer la disette dans la Rpublique ; Ceux qui auront second les projets des ennemis de la France, soit en favorisant la retraite et l'impunit des conspirateurs...
143 - Le peuple considrant que le gouvernement le fait mourir inhumainement de faim ; que les promesses qu'il ne cesse de rpter sont trompeuses et mensongres ; Considrant que chaque citoyen se trouve rduit envier le sort infortun de ceux que la famine...
xviii - Il met au premier rang de ces devoirs de dtester la mauvaise foi et la tyrannie, de punir les tyrans et les tratres, de secourir les malheureux, de respecter les faibles, de dfendre...
224 - La justice condamne les fonctionnaires la probit; la justice rend le peuple heureux et consolide le nouvel ordre de choses : la terreur est une arme deux tranchants dont les uns se sont servis venger le peuple et d'autres servir la tyrannie. La terreur a rempli les maisons d'arrt, mais on ne punit point les coupables ' : la terreur a pass comme un 1 La Terreur avait surtout pour partisans les uHra-rvolutionnaires, les hbertistej.
226 - Que serait devenue une Rpublique indulgente contre des ennemis furieux ? Nous avons oppos le glaive au glaive, et la libert est fonde; elle est sortie du sein des orages : cette origine lui est commune avec le monde, sorti du chaos, et avec l'homme, qui pleure en naissant.
222 - Vous avez voulu une Rpublique ; si vous ne vouliez point en mme temps ce qui la constitue, elle ensevelirait le peuple sous ses dbris. Ce qui constitue une Rpublique, c'est la destruction totale de ce- qui lui est oppos. On se plaint des mesures rvolutionnaires! Mais nous sommes des modrs, en comparaison de tous les autres gouvernements.
223 - La cour pendait dans les prisons; les noys que l'on ramassait dans la Seine taient ses victimes ; il y avait quatre cent mille prisonniers; on pendait par an quinze mille contrebandiers ; on rouait trois mille hommes ; il y avait dans Paris plus de prisonniers qu'aujourd'hui.
234 - ... citoyens. Des gens qui n'ont rien perdre! que ce langage de l'orgueil en dlire est injuste et faux aux yeux de la vrit ! Ces gens dont vous parlez sont apparemment des hommes qui vivent, qui subsistent au sein de la socit, sans aucun moyen de vivre et de subsister. Car s'ils sont pourvus de ces moyensl, ils ont, ce me semble, quelque chose perdre ou conserver. Oui , les grossiers habits qui me couvrent, l'humble rduit o j'achte le droit de me retirer et de vivre en...