صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

crits, mériteraient une colonne de marbre ou de bronze érigée sur les bords de la mer, en face de l'Angleterre, avec cette inscription : Au peuple anglais, le clergé français reconnaissant. Du moins le clergé en gardera un perpétuel souvenir, et les inscrira dans ses annales comme un éternel monument de la munificence de cette grande nation.

L'Europe entière a rendu témoignage au clergé persécuté. Dans toutes les régions où la fureur révolutionnaire l'avait jeté, il a reçu

des marques sincères d'estime et de respect. Ils s'en étaient rendus dignes par leur noble conduite; nulle part on n'a entendu une plainte contre un ecclésiastique français. En Italie, en Suisse, en Espagne, les prêtres exilés faisaient des retraites spirituelles et tenaient des conférences ecclésiastiques, comme en Angleterre. A Ferrare, elles étaient rédigées sous les yeux de l'évêque de Fréjus, et envoyées à Rome à une congrégation de savants cardinaux, désignés par le saint-père. Tous les ans on y faisait une retraite spirituelle, depuis l'Ascension jusqu'à la Pentecôte (1).

Telle a été la conduite de nos prêtres en pays étranger, non pendant une semaine ou un mois, mais pendant près de dix ans, où ils sont restés séparés de leur patrie. Les peuples, en considérant la vertu des uns, la constance et le martyre des autres, ont conçu une haute idée de l'Église gallicane. Ainsi, dans les desseins de la Providence, la persécution révolutionnaire a servi à faire honorer l'Église de France, à faire éclater la charité chrétienne, à renverser dans les pays pro

(1) Mémoires d'Auribeau, t. II, p. 1104, 1139.

testants le mur de séparation qui existait entre eux et le clergé catholique; enfin, à inspirer à tous les peuples un profond dégoût pour des principes qui avaient produit de si monstrueux effets, et à les attacher plus invariablement à ces doctrines antiques et divines qui fant le salut des peuples et la gloire des nations.

TABLE DES MATIÈRES

DU TROISIÈME VOLUME.

LIVRE XV.

État de l'Église catholique, 1. - Liberté assurée au culte catholique, 2.

Avilissement du clergé apostat, violation du célibat ecclésiastique, ibid.

Plaintes contre le clergé à l'occasion de quelques troubles à Montpellier, 4.

Discussion à l'Assemblée nationale au sujet des prêtres appelés réfractaires, 7.

Le clergé catholique attaqué par Fauchet, évêque intrus , 13. — Défendu

par Torné, autre évêque intrus, 15. - Réplique de Fauchet, 18. - Défense de

Gensonné, 20.- Plaintes contre le clergé catholique par le directoire de Maine-

et-Loire, 24. Provocation à des mesures rigoureuses par Isnard, 27.

Nouvelles plaintes contre le clergé par la municipalité de Caen, 28. — Violent

discours d'Isnard, 31. - Embarras de l'Assemblée natiouale, 34. Projet de

loi de François de Neufchâteau , 36. Différentes dénonciations contre le

clergé , 37. - Loi qui prescrit aux ecclésiastiques le serment civique, 43.

Observations sur ce serment , 47. Protestation du clergé de Paris, 48.

Mémoire des évêques au roi, tendant à obtenir le refus de sanction, 53.

Adresse remarquable du département de Paris dans le même sens, 55. Le

roi refuse la sanction, 64. Fureur des révolutionnaires, ibid. Maintien

de la liberté des cultes à Paris, 70. - Persécutions en province, 71.- Prêtres

enfermés au château de Brest; leur plainte au roi, 74. — Causes de la recru-

descence de persécution au commencement de 1792, 76. Prêtres enfermés

dans le château de Dinan, 82.- Prêtres internés à Toulouse, à Nantes, à Ren-

nes, à Angers, à Laval, 84-89. - Persécutions partielles, 91. - Complicité du

clergé constitutionnel, 100. — Persécutions contre les religieuses et les catho-

liques, 102. - Correspondance entre Rome et plusieurs évêques constitution-

nels; bref du pape, 106. Protestation énergique du clergé catholique con-

tre les mesures dont il est victime, 108. — Opposition du roi à ces mesures,

112. — Justification du clergé par le ministre Cahier de Gerville, 114. - In-

nocence du clergé reconnue par l'Assemblée, 116.-Persécutions et désordres

à Lyon au sujet du culte catholique, 118. Projet secret de détruire le chris-

tianisme, 121. — Initiative prise par un curé constitutionnel de Paris, 123. -

Discussion violente au club des Jacobins sur l'existence de Dieu , 125. — Pro-

jet de se défaire du clergé catholique, 128. Suppression de toutes les con-

grégations enseignantes, 130. - Suppression du costume religieux, 137.

Attaque contre les ministres du roi; Delessart renvoyé devant la haute cour,

140. — Ministère girondin, 141. Intrigues contre le roi, 143. — Moyens em-

ployés pour le désarmer, 145. — Conspiration contre le clergé, 148.-Roland

[ocr errors]

provoque des mesures rigourenses, 149.-Offre généreuse de l'évêque de Léon en faveur de ses prêtres prisonniers, 157. Projet de déportation contre le clergé catholique, 160. Violent discours de Français de Nantes contre le clergé, 163. - Scission scandaleuse daus l'Église de Paris au sujet du mariage des prêtres, 168.

LIVRE XVI.

Discussion sur la loi de déportation, 186. · La déportation décrétée sur la dénonciation de vingt citoyens, 198. — Protestation des archevêques d'Aix et d'Arles contre cette loi, 201. — Désordres à Paris à l'occasion des processions de la Fête-Dieu, 203.- Projet d'un camp de vingt mille hommes sous les murs de Paris; motif de ce projet, 209; — accepté par l'Assemblée, 210.- Refus de sanction à ce décret et à celui de deportation contre les prêtres, 211. - Insolente lettre de Roland au roi sur le refus de sanction, ibid. - Renvoi de trois ministres girondins, 219. - Accueil qu'ils reçoivent à l'Assemblée, 220.– Du. mouriez se retire, et sollicite en vain la sanction à la loi de déportation, 222.Fureur des révolutionnaires, 223.-Prétexte d'une fête pour envahir les Tuileries, 224. Lettre de la Fayette, 227. - Réponse de Robespierre, 231. Marche du peuple vers les Tuileries, 235. - Invasion du palais, 240. Arrestations de prêtres à Lyon, à Chalon-sur-Saône, à Angers, à Nantes, à Dijon , à Laval, 244-253. Prêtres se réfugiant à Paris, leur détresse, 257.

LIVRE XVII.

[ocr errors]

Indignation des Parisiens contre l'invasion des Tuileries au 20 juin, 262. Indignation non moins vive en province, 265. - Iudignation de l'armée, ex. primée par la Fayette, 266. Adresse de la ville de Rouen relative au même sujet, 269.Projets de la Fayette tendant à sauver le roi, 273..-Premier soulèvement en Bretagne et dans le Vivarais, 277.--Nouvelles intrigues des révolutionnaires; adresses envoyées au nom des départements, 279. Attaque contre la Fayette et les ministres, 287. — Violent discours de Vergniaud, 290.

- Conciliation momentanée opérée par Lamourette, évêque intrus de Lyon, 293. - Satisfaction du roi, 295.— Nouvelles dissensions; suspension du maire Péthion, 298. Démission des ministres, 299. — Criminel projet de Grangeneuve et de Chabot, 300. Les fédérés à Paris, 301. — Déclaration de la patrie en danger, 302. - But et conséquence de cette déclaration , 304.

thion rétabli dans ses fonctions par l'Assemblée, 308. – Fête de la fédération, 309. — Cruautés exercées en province contre les prêtres, martyrs aux Vans, 312. - Assassinat de deux prêtres à Bordeaux, 314. - Plaintes de Champion de Cicé, 320. Mort violente de plusieurs autres ecclésiastiques, 327.

LIVRE XVIII.

Préparatifs pour une nouvelle invasion des Tuileries, 331. Arrivée des Marseillais à Paris, 335.-Désordres aux Champs-Élysées causés par eux,336.

Les sections déclarent la déchéance du roi; Péthion la demande au nom de la municipalité de Paris, 337.- Mise en vente des maisons religieuses, 339.Acquittement de la Fayette par l'Assemblée, 343. — Fureur des jacobins, ibid.

Violent discours de Danton, 345. Préparatifs pour le 10 août, dispositions de la cour, 347. — Assassinat de Mandat, 349. — Le roi, d'après les con. seils de Roederer, quitte les Tuileries et se rend à l'Assemblée , 353. — Invasion des Tuileries , horreurs qui y sont commises, 355. — Le roi conduit au Temple, 364. Tribunal martial du 17 août, 371. -- Projet d'organiser un corps de tyrannicides, 374. - Part du clergé constitutionnel dans l'affaire du 10 aout, 376.

LIVRE XIX.

Sort du clergé catholique en province, 379.- Arrestation des ecclésiastiques · résidant à Paris, 384. Leur emprisonnement aux Carmes, 390; — à Saint

Firmin, 391.- Dépouillement des églises, 396.- Nouvelle loi de déportation, 404. Nouvelles arrestations de prêtres, leur emprisonnement à la mairie, 411. Projet de massacre arrêté 26 août, 416. Les auteurs de projet et leurs projets, 418. Cérémonie funèbre et païenne en l'honneur des prétendues victimes du 10 août, 421. — Discours de Danton, 426. Visites domiciliaires et nouvelles arrestations, 430. — Danton explique toute sa pensée, 433. — Plaintes contre le conseil de la commune, 435.

- Le divorce décrété, 437.- Dissolution du conseil de la commune prononcée par l'Assemblée, 438.

- Résistance de la commune, 441. – Lutte entre l'Assemblée et le conseil de la commune, 444. Mesures prises pour l'exécution du projet de massacre, 445. - Comité d'exécution constitué à la mairie, 447.

[ocr errors]

LIVRE XX.

[ocr errors]

Translation de soixante prêtres de la mairie à l'Abbaye, 449. Mise en liberté de plusieurs prisonniers , 454. - Les sections de Paris et leur haine contre les prêtres, 457.- Le troisième coup d'alarme; départ des prisonniers de la mairie, 459. Une colonne de prêtres dirigée sur la Force, et massacrée dans la rue, ibid. · Massacre des prêtres conduits à l’Abbaye, 460. — L'abbé Sicard échappe à ce massacre, 463.

- Massacre des prêtres aux Carmes, 467. Détails de ce massacre, 471.–Victimes volontaires, 482.- Liste et histoire de ceux qui ont échappé, 485.—Massacres à l'Abbaye, 495.- Ordre d'excepter le P. Lenfant et de le mettre en sûreté, 496.- Tribunal de Maillard , 497. – Massacre des Suisses, 499.- Celui de Montmorin, 500.- Mesures tardives et inutiles de l'Assemblée, 501. Massacre de soixante prêtres; leur héroïque courage, 505.- Horribles détails, 507. – Rapports mensongers faits à l'Assemblée, 509.- Nouveaux massacres de prêtres, 513. — Le P. Lenfant parlant aux prisonniers, 514.-Succès de mesdemoiselles de Sombreuil et Cazotte, 518. -Dangers courus par madame de Fausse-Lendry, 519.-Mort du P. Lenfant, massacré hors de l'Abbaye, 523.- Massacre des prêtres de Saint-Firmin, 525. - Massacre des galériens de la tour Saint-Bernard, 528.

Massacre des prétres à la Force, 529. — Conduite de l'Assemblée nationale dans cette circonstance, 532.- Lettre de Roland, 537. - Continuation des massacres, Péthion à Bicêtre, 547.- Provocation aux mêmes massacres en province, 549. - Massacres à Reims, à Meaux, à Lyon, à Versailles, à Caen, 552-558.

C

Le massacre

« السابقةمتابعة »