Revue des deux mondes

Au Bureau de la Revue des deux mondes, 1878
 

 - 

.

-

601 - Doux trsors, ce dit-il, chers gages, qui jamais N'attirtes sur vous l'envie et le mensonge, Je vous reprends : sortons de ces riches palais Comme l'on sortirait d'un songe! Sire, pardonnez-moi cette exclamation : J'avais prvu ma chute en montant sur le fate ('). Je m'y suis trop complu : mais qui n'a dans la tte Un petit grain d'ambition ? (1) Et mont sur le faite, il aspire descendre.
225 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
600 - Étudiez la cour et connaissez la ville : L'une et l'autre est toujours en modles fertile. C'est par l que Molire, illustrant ses crits, Peut-tre de son art et remport le prix, Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures II n'et point fait souvent grimacer ses figures, Quitt, pour le bouffon, l'agrable et le fin, Et sans honte Trence alli Tabarin.
814 - Ce groupement ne se fait que par suite des lois qui rgissent les proprits chimicophysiques de la matire; mais ce qui est essentiellement du domaine de la vie et ce qui n'appartient ni la chimie, ni la physique, ni rien autre chose, c'est l'ide directrice de cette volution vitale. Dans tout germe vivant, il ya une ide cratrice qui se dveloppe et se manifeste par l'organisation. Pendant toute sa dure, l'tre vivant reste sous l'influence de cette mme force vitale cratrice,...
144 - Le vritable intrt de la France n'est pas d'obtenir un agrandissement de territoire insignifiant, mais d'aider l'Allemagne se constituer de la manire la plus favorable nos intrts et ceux de l'Europe.
219 - On convient que tout ce que chacun aline , par le pacte social, de sa puissance, de ses biens, de sa libert, c'est seulement la partie de tout cela dont l'usage importe la communaut; mais il faut convenir aussi que le souverain seul est juge de cette importance.
33 - C'est un btiment qu'il faudrait reprendre par le pied; il y aurait trop d'affaires le rparer : et enfin, nous trouvions qu'il n'y avait qu' prier Dieu pour eux; car nulle puissance humaine n'est capable de les clairer. C'est le sentiment que j'aurai toujours pour un homme qui condamne le beau feu et les vers de Benserade , dont le roi et toute la cour a fait ses dlices , et qui ne connat pas les charmes des fables de la Fontaine.
60 - Ta Muse avec utilit Dit plaisamment la vrit ; Chacun profite ton cole : Tout en est beau, tout en est bon ; Et ta plus burlesque parole Est souvent un docte sermon.
60 - Vaut souvent un docte sermon. Laisse gronder tes envieux : Ils ont beau crier en tous lieux Qu'en vain tu charmes le vulgaire; Que tes vers n'ont rien de plaisant : Si tu savais un peu moins plaire, Tu ne leur dplairais pas tant.
367 - ... ayant attir son spectacle tout ce que la rue Saint-Denis a de marchands qui se rendent rgulirement l'Htel de Bourgogne pour avoir la premire vue de tous les ouvrages qu'on y reprsente, je me trouvai si mon aise que j'tois rsolu de prier M.