Histoire du rgne de Henri IV, 1

Didier, 1867 - 811
 

 - 

.

-

96 - États respectifs, soit dans leurs relations politiques avec tout autre gouvernement, que les prceptes de cette religion sainte, prceptes de justice, de charit et de paix, qui, loin d'tre uniquement applicables la vie prive, doivent, au contraire influer directement sur les rsolutions des princes et guider toutes leurs dmarches comme tant le seul moyen de consolider les institutions humaines, et de remdier leurs imperfections.
410 - N'esprons plus, mon me, aux promesses du monde ; Sa lumire est un verre, et sa faveur une onde Que toujours quelque vent empche de calmer.
95 - Dclarent solennellement que le prsent acte n'a pour objet que de manifester la face de l'univers leur dtermination inbranlable de ne prendre pour rgle de leur conduite, soit dans l'administration de leurs États respectifs, soit dans leurs relations politiques avec tout autre gouvernement, que les prceptes de cette religion sainte , prceptes de justice...
409 - La terreur de son nom rendra nos villes fortes, On n'en gardera plus ni les murs ni les portes, Les veilles cesseront au sommet de nos tours ; Le fer, mieux employ, cultivera la terre ; Et le peuple, qui tremble aux frayeurs de la guerre, Si ce n'est pour danser, n'orra plus de tambours.
186 - ... la tentation qui l'a port de tuer le roi, parce que faisant la guerre contre le pape, c'est la faire contre Dieu, d'autant que le pape est Dieu, et Dieu est le pape.
410 - Ce qu'ils peuvent n'est rien ; ils sont, comme nous sommes, Vritablement hommes, Et meurent comme nous. Ont-ils rendu l'esprit, ce n'est plus que poussire Que cette majest si pompeuse et si fire, Dont l'clat orgueilleux tonnait l'univers ; Et, dans ces grands tombeaux o leurs mes hautaines Font encore les vaines, IIs sont mangs des vers.
96 - Conformment aux paroles des saintes Écritures, qui ordonnent tous les hommes de se regarder comme frres, les trois monarques contractants demeureront unis par les liens d'une fraternit vritable et indissoluble, et, se considrant comme compatriotes, ils se prteront en toute occasion et en tout lieu assistance, aide et secours, se regardant envers leurs sujets et...
97 - ... de LL. MM. l'empereur d'Autriche, le roi de France , le roi de la Grande-Bretagne, le roi de Prusse et l'empereur de toutes les Russies , ont...
365 - RONSARD et les auteurs ses contemporains ont plus nui au style qu'ils ne lui ont servi : ils l'ont retard dans le chemin de la perfection; ils l'ont expos la manquer pour toujours et n'y plus revenir. Il est tonnant que les ouvrages de MAROT, si naturels et si faciles, n'aient su faire de Ronsard, d'ailleurs plein de verve et d'enthousiasme, un plus grand...
179 - M. de Praslin, son capitaine des gardes, le voulut suivre. Il lui dit : Allez-vous-en, je ne veux personne; allez faire vos affaires. Ainsi, n'ayant autour de lui que quelques gentilshommes et des valets de pied, il monta en carrosse, se mit au fond la main gauche, et fit mettre M.