Histoire de la rvolution franaise

A. Mame et Fils, 1860 - 663
 

 - 

.

118 - Les reprsentants du peuple franais, constitus en Assemble nationale, considrant que l'ignorance, l'oubli ou le mpris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements...
118 - La libert consiste pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui; ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la socit la jouissance de ces mmes droits. Ces bornes ne peuvent tre dtermines que par la loi.
119 - Nul homme ne peut tre accus, arrt ni dtenu que dans les cas dtermins par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expdient, excutent ou font excuter des ordres arbitraires doivent tre punis ; mais tout citoyen, appel ou saisi en vertu de la loi, doit obir l'instant : il se rend coupable par la rsistance.
119 - La loi ne doit tablir que des peines strictement et videmment ncessaires, et nul ne peut tre puni qu'en vertu d'une loi tablie et promulgue antrieurement au dlit, et lgalement applique.
120 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement, sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
176 - L'Assemble nationale dcrte, 1 que tous les biens ecclsiastiques sont la disposition de la nation, la charge de pourvoir d'une manire convenable aux frais du culte, l'entretien de ses ministres et au soulagement des pauvres...
328 - Je prie MM. de Malesherbes, Tronchet et Desze, de recevoir ici tous mes remercments, et l'expression de ma sensibilit, pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donns pour moi. Je finis en dclarant devant Dieu, et prt paratre devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancs contre moi.
179 - Vous qui pouvez influer par tant de moyens sur la confiance publique, clairez sur ses vritables intrts le peuple qu'on gare, ce bon peuple qui m'est si cher, et dont on m'assure que je suis aim, quand on veut me consoler de mes peines.
118 - ... constamment prsente tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs; afin que les actes du pouvoir lgislatif et ceux du pouvoir excutif, pouvant tre chaque instant compars avec le but de toute institution politique, en soient plus respects; afin que les rclamations des citoyens, fondes dsormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution et au bonheur de tous.
186 - Et par les soldats , entre les mains de leurs officiers, d'tre fidles la nation, la loi , au Roi et la constitution ; de n'abandonner jamais leurs drapeaux , et d'observer exactement les rgles de la discipline militaire.