Google YouTube Gmail Drive »
 
" J'ouvre en frmissant les yeux sur moi , et je me vois tout aussi mprisable que je le suis devenu. Devenu! non; l'homme qui porta cinquante ans le cur que je sens renatre en moi n'est point celui qui... "
Correspondance - 449
Jean-Jacques Rousseau - 1817
-

Lettres originales de J.J. Rousseau Mme. de ...: Mme. la marchale de ...

Jean-Jacques Rousseau - 1798 - : 206
...mes lettres ne sont qu'un tissu d'iniquits, de folies , d'impertinences. Je vous ai compro-; mis, Monsieur, j'ai compromis madame la marchale de la...porta cinquante ans le cur que je sens renatre eu moi , n'est point celui qui peut s'oublier au point que je viens de faire : on ne demande point...
-

uvres, 17

Jean-Jacques Rousseau - 1826
...punissable. Vous avez tout endur, tout fait pour calmermon dlire; et cet excs d'indulgence, qui pouvoit le prolonger, est en effet ce qui l'a dtruit. J'ouvre...en frmissant les yeux sur moi, et je me vois tout auss1 mprisable que je le suis devenu. Devenu! non; l'homme qui porta cinquante ans le cur que...
-

Oeuvres compltes, 15

Jean-Jacques Rousseau - 1833
...Vous avez tout endur , tout fait pour calmer mon dlire ; et cet excs d'indulgence , qui pouvoit le prolonger, est en effet ce qui l'a dtruit. J'ouvre...celui qui peut s'oublier au point que je viens de le faire : on ne demande point pardon mon ge, parcequ'on n'en mrite plus; mais, monsieur, je...
-

Dialogues. Correspondence

Jean-Jacques Rousseau - 1852
...mon dlire ; et cet excs d'indulgence, qui pouvoit le prolonger, est en effet ce qui l'adtruit. J'ouvre en frmissant les yeux sur moi, et je me...tout aussi mprisable que je le suis devenu. Devenu 1 non; l'homme qui porta cinquante ansie cur que je sens renatre en moi n'est point celui qui peut...
-

Querelles de philosophes: Voltaire et J.-J. Rousseau

Gaston Maugras - 1886 - : 607
...Vous avez tout endur, tout fait pour calmer mon dlire; et cet excs d'indulgence qui pouvait se prolonger est en effet ce qui l'a dtruit. J'ouvre...frmissant les yeux sur moi et je me vois tout aussi misrable que je le suis devenu : on ne demande point pardon mon ge, parce qu'on n'en mrite...
-




  1. PDF