Ruelles, salons, et cabarets: histoire anecdotique de la littrature franaise, 2

E. Dentu, 1892
 

 - 

.

-

42 - II reoit cette force heureuse Qui l'lve au plus haut degr. Telle , dans des canaux presse , Avec plus de force lance, L'onde s'lve dans les airs; Et la rgle , qui semble austre , N'est qu'un art plus certain de plaire, Insparable des beaux vers.
61 - Vos vers semblent crits par la main d'Apollon, Vous n'en aurez pour fruit que ma reconnaissance. Votre livre est dict par la saine raison: Partez vite, et quittez la France.
13 - Craignant de dplaire au berger, Fut trop heureuse de lui rendre Trente moutons pour un baiser. Le lendemain, Philis, peu sage, Aurait donn moutons et chien Pour un baiser que le volage A Lisette donnait pour rien.
197 - ... chteau de la Chevrette. Les pices d'eau immenses, escarpes par les bords couverts de joncs, d'herbes marcageuses; un vieux pont ruin et couvert de mousse qui les traverse ; des bosquets o la serpe du jardinier n'a rien coup, des arbres qui croissent comme il plat la nature; des arbres plants sans symtrie; des fontaines qui sortent par les ouvertures qu'elles se sont pratiques ellesmmes ; un espace qui n'est pas grand, mais o on ne se reconnat point ; voil ce qui...
59 - Boindin, c'tait un espion de police. On peut juger de l'clat de rire, cet homme tant lui-mme du mtier.
61 - Voltaire, il voulut finir sa visite par un coup de gnie, et lui dit en tournant doucement son chapeau entre ses doigts : Aujourd'hui, monsieur, je ne suis venu voir qu'Homre ; je viendrai voir un autre jour Euripide et Sophocle, et puis Tacite, et puis Lucien, etc. Monsieur, je suis bien vieux : si vous pouviez faire toutes ces visites en une fois ?
86 - Ils taient autrefois bien brillans et bien beaux. Pourquoi faut-il qu'on soit puni par o l'on a pch ! et quelle rage a la nature de gter ses plus beaux ouvrages ! 1 Madame Denis.
119 - Marchais, o j'tais ; et on lui parla de la perte qu'elle venait de faire. Hlas ! il est mort ce soir six heures ; sans cela, vous ne me verriez pas ici. Ce furent ses propres paroles ; et elle soupa comme son ordinaire, c'est--dire fort bien ; car elle tait trsgourmande.
69 - ... ne demandant qu' se rjouir; et, par le tour vif et plaisant que prenait alors cet esprit si lumineux , si profond, si solide , il faisait oublier en lui le philosophe et le savant, pour n'y plus voir que l'homme aimable.
70 - Quelque nonchalance qu'eut d'ailleurs son maintien, il y avait naturellement dans le port de sa tte, et surtout ds qu'il parlait avec action , beaucoup de noblesse , d'nergie et de dignit. Il semble que l'enthousiasme ft devenu la manire d'tre la plus naturelle de sa voix, de son me, de tous ses traits. Dans une situation d'esprit froide et paisible, on pouvait souvent lui trouver de la contrainte, de la gaucherie, de la timidit, mme une sorte d'affectation; il n'tait vraiment...