صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[ocr errors][merged small][merged small]

Le comte de Flandre ayant levé l'étendard de la révolte contre le roi de France, Philippe Auguste voulut le punir de sa félonie. Il entra sur les terres de son vassal, et les deux armées, se trouvant près de Bouvines, allaient en venir aux mains le 25 juillet 1214. C'était un dimanche, jour consacré au Seigneur, et qui semblait devoir être employé à prier et non à combattre. Le roi ayant adressé sa prière à Dieu, råppela à ses soldats que les Machabées, hommes craignant Dieu, n'avaient pas fait difficulté de combattre le jour du sabbat; puis, sachant qu'il se trouvait des mécontens parmi les siens, il fit déposer son sceptre et sa couronne sur l'autel où on venait de célébrer la messe, et dit : «Seigneurs, et vous soldats, qui êtes près d'exposer votre vie pour la défense de cette couronne, si vous jugez qu'il y en ait un parmi vous qui en soit plus digne que moi, je la lui cède volontiers; mais jurez-moi de ne pas la laisser démembrer par ces excommuniés. A l'instant des cris de Vive le roi! vive Philippe-Auguste! que la couronne lui demeure! firent connaître les sentimens de toute l'armée. Chacun se jette à genoux ; les prêtres entonnent des psaumes, les trompettes sonnent, le signal du combat est donné, et la victoire la plus éclatante termine cette mémorable journée.

Ce tableau, peint par M. Blondel, parut au salon de 1819; il est maintenant chez S. A. R. Mgr le duc d'Orléans.

Larg., 3 pieds 4 pouces; haut., 2 pieds 6 pouces.

PHILIP AUGUSTUS

PREVIOUS TO THE BATTLE OF BOUVINES.

The Earl of Flanders having raised the standard of rebellion against the king of France, Philip Augustus wished to punish him for his disloyalty. He came upon his vassal's lands, and both armies, meeting near Bouvines, were on the point of combating. It was on a Sunday, July 25, 1214, a day consecrated to the Lord, and which ought to have been employed in praying, and not in fighting. The king having offered his prayers to God, reminded his soldiers that the Maccabees, men fearing the Lord, had not hesitated to fight on the Lord's day. Then, knowing that there were several, amongst his party, who were discontented; he caused his sceptre and crown to be lain on the altar, where mass had just been celebrated, and he said : « My lords, and you, soldiers, who are going to risk your lives for the defence of this crown, if you think that there is one, amongst you, more worthy of it, than myself, I willingly, yield it to him: but swear to me, not to let it be torn asunder by those excommunicated wretches. » Immediately, shouts of, God save the King! Long live Philip Augustus! Long may he keep the crown! imparted the sentiments of the whole army. They all kneeled down; the priests began singing the psalms; the trumpets sounded; the signal of battle was given; and the most splendid victory ended that memorable day.

This picture was painted by M. Blondel, and appeared in the exhibition of 1819: it is now in the duke of Orleans' collection.

Width, 3 feet 6 inches; height, 2 feet 7 inches.

[graphic]

Paulin ouérin p

[ocr errors]

FUTTE

DE

FUITE DE CAÏN.

Cain ayant tué son frère Abel par jalousie, cherchait à se soustraire à la vue de Dieu dans l'espoir de lui cacher son crime. Mais le Seigneur lui dit : Qu'as-tu fait? le sang de ton frère crie de la terre jusqu'à moi; maintenant donc tu seras maudit et en horreur à toute la terre qui a reçu le sang de ton frère, lorsque ta main l'a répandu. Quand tu l'auras cultivée, elle ne te rendra plus son fruit: tu seras fugitif et vagabond sur la terre. Cain répondit au Seigneur mon iniquité est trop grande pour en obtenir le pardon. Vous me chassez aujourd'hui, et j'irai me cacher de devant votre face; je serai fugitif et vagabond sur la terre; ce qui arrivera, c'est que quiconque me trouvera me tuera. Le Seigneur lui répondit : non, cela ne sera pas ; quiconque tuera Caïn en sera puni jusqu'à sept fois. Et le Seigneur mit un signe sur Cain afin que tous ceux qui le trouveraient ne le tuassent point. Caïn, s'étant retiré de devant le Seigneur, habita dans le pays de Nod vers l'orient d'Éden. Il connut sa femme, qui conçut et enfanta Hénoch..

M. Paulin › Guérin, dans cette composition, a bien rendu l'humeur farouche d'un meurtrier qui craint pour sa vie, tandis qu'il n'a pas hésité à l'ôter à un autre.

Ce tableau a été lithographié par M. Belliard.
Larg., 12 pieds; haut., 9 pieds.

« السابقةمتابعة »