صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

DOG

ARTHUR ET HUBERT.

La conduite abominable du roi Jean euvers son neveu Arthur, duc de Bretagne, a couvert son nom d'une tache infamante. Afin de donner à sa pièce l'effet convenable, Shakespeare a usé du privilége des poëtes, et il a rendu son tyran moins odieux, en lui donnant un caractère moins vicieux et moins vil qu'il ne l'est effectivement dans l'histoire.

On voit ici le jeune Arthur en prison avant d'être privé de la vue, et au moment où Hubert de Burgh, exécuteur des volontés duoi, paraît éprouver quelque indécision; le malheureux price, par ses prières et par ses pathétiques instances, parvient à lui faire prendre la détermination de ne point exécuter l'horrible sentence.

Ce sujet est tiré de la tragédie de Shakespeare, intitulée le ROI JEAN, acte IV, scène 1. L'artiste a fait voir le jeune Arthur embrassant les genoux de Hubert, dont la résolution est évidemment ébranlée par la touchante prière du jeune prisonnier, tandis que les exécuteurs attendent tranquillement sa décision.

Fuseli a remarqué que le peintre avait à tort choisi cet instant, et qu'il aurait augmenté l'intérêt de son sujet s'il eût fait voir le jeune prince dans le premier moment où les bourreaux paraissent avec des fers rouges. Quoi qu'il en soit, Northcote a fait ici un tableau généralement admiré sous le rapport de la composition et de l'expression.

Ce tableau été peint pour la galerie de Shakespeare, publiée par Boydell; il a été gravé par R. Thew.

[ocr errors][merged small]

THE detestable conduct of King John towards his nephew, Arthur, Duke of Bretagne, has stamped his name with everlasting infamy, Shakspeare who for dramatic effect has availed himself of a poet's privilege, and drawn the odious tyrant less vicious, and less contemptible, than he appears from historical records, represents Arthur in prison, and about to be deprived of his eyes, when Hubert de Burgh, the minister of his uncle's villany, is overcome by the pathetic entreaties and remonstrances of the unfortunate prince, and saves him from the cruel sentence.

In the annexed picture taken from Act IV, Scene 1, of Shakspeare's King John, the artist has shown Arthur pleading at the feet of Hubert, whose resolution is evidently shaken by the touching petition of his youthful captive, while the executioners passively await his decision. Fuseli has remarked upon this circumstance that the painter has selected the wrong moment, and that he would have heightened the interest of his performance had he represented the instant when the ruffians first appear with red hot irons : be that as it may, Northcote has here produced a picture which has been much commended for its composition, strength of expression, and appropriate treatment; it was painted for Boydell's Shakspeare Gallery, and engraved by R. Thew.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

JUGEMENT DE LORD RUSSEL

[ocr errors]

JUGEMENT DE LORD RUSSELL.

Lord Guillaume Russell naquit en 1639; dès l'âge de dix-neuf ans il se fit remarquer par une morale pure et une probité exacte. Au parlement, il se montra fortement attaché à la religion de son pays. La sévérité de sa morale l'engageant à s'éloigner d'une cour remplie de corruption, il se retira dans ses terres, et épousa en 1669 Rachel Wriotherly, veuve de lord Vaughan. Il goûta toutes les douceurs d'une conjugalité où le charme de l'esprit se joignait aux délices du cœur et à la pureté des vertus.

En 1670, Charles II voulant se réconcilier avec l'Église romaine, de vives discussions eurent lieu dans le parlement, et lord Russell prit une part tellement active dans l'opposition,qu'il proposa d'aviser aux moyens d'éteindre le papisme, et de préserver la couronne d'un successeur papiste. »

Les conseillers de la couronne, pour se débarrasser de lord Russell, le comprirent dans une conspiration à laquelle il n'avait pourtant pris aucune part. Amené à la barre d'Old Baily, dans le même jour il connut son accusation, fut obligé de présenter sa défense, et entendit sa condamnation. N'ayant pas de défenseur, mais autorisé à choisir un de ses serviteurs pour écrire et aider sa mémoire, lord Russell dit : «Ma femme est ici pour remplir cet emploi.» Toutes les formes furent violées dans ce jugement. Lord Russell fut condamné à mort, et décapité huit jours après.

A l'avénement du roi Guillaume III, cette condamnation fut cassée, et le roi donna le titre de duc au vieux comte de Bedford, père de lord Russell. Ce tableau de M. George Hayter appartient au duc de Bedford.

Larg., 6 pieds, 8 pouces; haut., 4 pieds, 4 pouces.

[ocr errors]
« السابقةمتابعة »