صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[ocr errors]

ISMAYL ET MARYAM.

Ismay, ayant été fait prisonnier, fut amené mourant à Jérusalem, et fut rappelé à la vie par les soins de Maryam, jeune chrétienne, qui, craignant d'être prise pour le harem du Motsallam de Jérusalem, préféra suivre dans les désert celui qu'elle aimait; mais, tourmentée par le souvenir de son père, par les troubles qu'elle ressentait de se donner à un infidèle, et enfin par les fatigues d'une longue marche dans le désert, Maryam perdit toutes ses forces et rendit le dernier soupir. Sa dépouille fut cachée sous des palmiers, et on plaça sur son cœur le crucifix qu'elle avait toujours conservé comme gage de sa foi.

Le soir même de cette journée le ciel devint jaunâtre, les oiseaux fuyaient, le cri plaintif des animaux annonçait l'approche du terrible semones, vent pestilentiel et l'effroi du désert. Ismayl, dans l'attente de sa fin, écarte avec ses mains le sable qui couvre le corps inanimé de sa bien-aimée; il contemple ses traits et attend avec joie la mort. Bientôt le souffle de l'ou ragan fait un chaos de ce désert tranquille; des vagues de sables se heurtent; les dattiers sont déracinés; Ismayl disparaît dans cette épouvantable destruction.

Cette terrible scène a inspiré le peintre, et il l'a rendue avec une énergie rare. Il semble même que plus de pureté dans le dessin, plus de fini dans les détails, aurait pu refroidir le coloris, qui est le principal mérite de ce tableau, dont la lithographie se trouve dans la Galerie des tableaux de S. A. R. Mgr le dluc d'Orléans, ouvrage publié par M. Motte, et qui vient d'être terminé.

Haut., 8 pieds; larg., 6 pieds 6 pouces.

ISMAEL AND MARIAM.

Ismael, having been made prisoner, was carried expiring to Jerusalem, but his life was saved by the care and attentions of Mariam, a young christian, who, fearing that she might be chosen for the harem of Motsallam of Jerusalem, prefered following into the desert the object of her affections; but tormented by recollections of her father, by the compunction that she felt in devoting herself to an infidel, and lastly by the fatigues of a long march in the desert, Maryam utterly exhausted, heaved her last sigh. Her body was concealed under some palm trees, and the crucifix that she had always preserved as the taken of her faith, was placed upon her heart.

In the evening the sky became lurid, the birds fluttered about, the plaintive cry of animals announced the approach of the terrible simoom, a pestilential wind, the terror of the desert. Ismael, near his end, removes with his hands the dust that covered the inanimate body of his beloved; he contemplates her features and waits for death with satisfaction. In a moment the breath of the hurricane turns the tranquil desert into a chaos; the waves of the sands beat together; the date trees are rooted up; Ismael disaspears amid the dreatful desolation.

This terrible scene has inspired the painter, and he has given it with unusual energy. Greater purity in the drawing and greater attention to finish in the details, woulds perhaps have weakened its coloring, the principal merit of this production, the lithography of which may be found in the gallery of pictures belonging to S. A. R. Mgr the duke of Orleans, publishing hy M. Moite, and at present nearly completed.

Height, 8 feet 6 inches; breadth, 6 feet 11 inches.

[ocr errors][merged small][ocr errors]
[graphic][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

ALLAN MAC-AULAY.

C'est dans un roman de Walter Scott, l'Officier de fortune, que M. Horace Vernet a pris le sujet de son tableau; et quoique les ouvrages de ce célèbre Écossais se trouvent facilement, nous croyons cependant être agréables à nos lecteurs en leur rappelant que la mère de Mac-Aulay avait perdu la raison en apercevant la tête de son frère, qui lui fut apportée par une troupe de brigands connus sous le nom d'enfans du brouillard. La présence de son fils était le seul adoucissement que pût avoir cette malheureuse femme, et lorsqu'elle vint à mourir, elle recommanda sans doute à son fils de venger la mort de son oncle. Aussi depuis ce moment Mac-Aulay passait les jours et les nuits dans les bois. Enfin, après plusieurs recherches, il parvint à rencontrer le chef des enfans du brouillard, et lui trancha la tête.

La tête d'Allan est pleine d'énergie, et M. Horace Vernet, dans ce petit tableau, qui a paru au salon de 1824, a bien rendu la férocité des montagnards écossais dont Walter Scott parle si énergiquement dans ses ouvrages.

Haut., 2 pieds 1 pouce; larg., 1 pied 9 pouces.

« السابقةمتابعة »