صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

un Anglois, l'Indien coupable sera livré au Gouverneur qui le punira suivant les loix Angloises & comme s'il étoit un Anglois; sur quoi nous vous donnons 12 douzaines de couteaux à ressort, 4 douzaines de chaudieres & 10 douzaines de ceintures. «

» IX. Vous devez savoir que tout ce que nous vous avons dit , sont les paroles du Grand Roi que vous avez vû, & pour marque que son cæur est ouvert & sincere pour ses enfans & amis les Cherrokées & pour tout leur peuple, il donne sa niain dans cette bandouliere, demandant qu'elle soit reçuë & montrée à tout votre peuple, à leurs enfans & petits-enfans pour confirmer ce qui vous a été dit, & pour perpetuer ce traité de paix & d'amitié entre les Anglois & les Cherrokées aussi longtemps que les montagnes & les rivieres dureront & que le soleil éclaire ra; sur quoi nous vous donnons cette bandouliere. Etoit Signé. «

Oukah Ulah.
Par ordre des Commissaires Scalilosken Ketagustah.
à Witehal le 20 Septembre Tathtowe.
1730.

Clogoittah.
ALVRED POPPLE.

Kollannah,

Ukwanecqua. Et plus bas étoit, Ceci soit pour la sureté de Moytoy de Telliquo, que j'ai vů, examiné & approuvé tous les articles contenus dans l'accord ci-dessus, auquel lesdits Indiens ont donné leur consentement par mon avis.

Signé, ALEXANDRE CUMING.

No. X X XI I I.

TRAITÉ D'AMITIÉ, DE COMMERCE ET DE NAVIGATION,

Entre l'Empire de Russie & la Grande-Bretagne, conclu à Petersbourg

le 2 Décembre 2734. COMME OMME la très-Sérénissime & très-Puissance Princesse & Dame, Danie

, Anna, Imperatrice & Autocratrice de toutes les Ruflies, de Moscovie, Kiovie, Wladimirie, Novogrod, Czarinne de Casan, Czarinne d’Astracan, Czarinne de Siberie, Dame de Plescow , & grande Duchesse de Snolensko, Duchesse d'Estonie , de Livonie , Carelie, Twer, Jugorie, Permie, Wiatkie, Bolgarie , & autres , Dame & Grande-Duchesse de Novogrod inférieur, de Czernigovie, Resan, Rostow, Jaroslau, Belooserie, Vdorie , Tome XIII,

Cc

[ocr errors]

Obdorie , Conderie, Impératrice de tout le côté du Nord, Dame de Juerie, & Princesse héréditaire & Souveraine des Czars de Cartalinie & Grufinie, comme aussi de Cabardinie, des Princes de Czircassie, de Georgie, & d'autres , &c. &c. &c. « in Et le très-Sérénissime & très-Puissant Prince & Seigneur George II, Roi de la Grande-Bretagne, de France & d'Irlande , Duc de BrunswickLunebourg , Electeur & Archi-Trésorier de l'Empire Romain , ont réfléchi qu'il y a eu depuis fort long-temps une liaison de Commerce & de bonne amitié entre leurs Etats & sujets réciproquement, sans qu'elle fût reglée & établie par une convention fûre & détaillée, & voulant rendre cette correspondance ferme & plus durable par des réglemens & conditions qui puissent ôter quelques difficultés qui y étoient survenues, & mettre le Commerce & la Navigation sur un fondement qui répondit mieux à la bonne intelligence mutuelle qui subliste entre ladite Impératrice & ledit Roi & leurs États & sujets. Ils ont trouvé à propos de nommer & d'autoriser des Ministres de côté & d'autre pour cet effet. C'est-à-dire , Sa Majesté Impériale a nommé pour Commissaires & Plénipotentiaires de fa part, fon Ministre de Cabinet , Vice-Chancelier, Conseiller-Privé actuel & Chevalier de l'Ordre de St. André, Henri-Jean-Frederic, Comte d'Osterman, de même que son Ministre de Cabinet, Conseiller-Privé actuel, & Chevalier de l'Ordre de St. André, Prince Alexis Czerkasky, comme aussi son Conseiller-Privé actuel, Sénateur Président au College de Commerce & Chevalier de l'Ordre de l'Aigle blanc, Baron Pierre de Schaffirof, & Sa Majefté Britannique a nonimé pour Commissaire & Plénipotentiaire le Sieur Claudius Rondeau, son Résident auprès de Sa Majesté Impériale, lesquels ayant conféré ensemble en vertu de leurs pleins-pouvoirs respectifs Tone convenus des articles suivans. «

» I. La paix, amitié & bonne correspondance qui subsistent heureusement entre leurs Majestés de Toutes les Rullies & de la Grande-Bretagne, feront confirmées & établies par ce Traité, de sorte que dès à présent & pour l'avenir, il y aura entre la Couronne de Toutes les Rullies d'un côté & la Couronne de la Grande-Bretagne de l'autre, comme aussi entre les Etats , Pays, Royaumes, Domaines & Territoires qui leur obéissent , une paix, amitié & bonne intelligence, vraie, sincere, ferme & parfaite, lerquelles dureront pour toujours , & seront observées inviolablement tant par terre que par mer & sur les eaux douces, & les sujets , peuples & habitans de part & d'autre, de quel degré ou condition qu'ils puissent être, se traiteront mutuellement avec toute sorte de bienveillance, aide & allistance possible sans se faire aucun tort ou dommage quelconque. «

» II. Il y aura une parfaite liberté & navigation de Commerce dans tous les Etats d'aucune des deux Hautes Parties contractantes fituées en Europe, où la navigation & le Commerce eft à présent permis ou sera permis ci-après par les Hautes Parties contractantes au sujet d'aucune autre Nation,

v III. Il est convenu , que les sujets des Hautes Parties contractantes puissent entrer en tout tems dans les ports, places ou villes aucunes des Hautes Parties contractantes avec leurs vaisseaux, bâtiniens ou voitures chargées ou vuides, dans lesquels il est permis aux sujets d'aucune autre nation d'entrer, commercer ou demeurer ; & les matelots, passagers & vaisseaux tant Anglois que Russes, quoique parmi leurs équipages il fe trouve des sujets de quelque autre nation étrangere, seront reçus & traités comme la nation la plus favorisée ; & les matelots ou passagers ne seront pas forcés à entrer dans le service d'aucune des Hautes Parties contractantes: puissent acheter toute sorte de choses nécessaires , dont ils peuvent avoir besoin au prix courant, radouber & racommoder leurs vaisseaux, bâtimens & voitures & acheter toute sorte de provilions pour leur sublistance ou voyage, demeurer & partir à leur bon plaisir, sans molestation ou empêchement, pourvu qu'ils se conforment aux loix & ordonnances des Etats respectifs des Hautes Parties contractantes, dans lequels ils arriveront & demeureront. «

» IV. Il est convenu que les sujets de la Grande-Bretagne puissent apporter par eau ou par terre dans tous ou aucuns des Etats de la Russie où il est perniis aux sujets d'aucune autre nation de commercer, toutes fortes d'effers ou marchandises dont le Commerce & l'entrée n'est pas défendu : & pareillement que les sujets de la Russie. puissent porter dans tous, ou aucun des Etats de la Grande-Bretagne où il est permis aux fum jets d'aucune autre nation de commercer toutes sortes de marchandises du produit ou manufactures des Etats de la Russie, dont le Commerce & l'entrée n'est pas défendu; & pareillement les marchandises du produit ou manufacture d'Asie pourvu que cela ne soit pas défendu actuellement par aucune Loi à présent en force dans la Grande-Bretagne, & qu'ils puissent acheter & transporter hors des Etats de la Grande-Bretagne toutes sortes d'effers & de marchandises que les sujets d'aucune autre nation peuvent acheter dans les Etats & traniporter hors des Etats de la Grande-Bretagne, particulierement de l'or & de l'argent travaillé ou non travaillé, l'argent monnoyé de la Grande-Bretagne excepté. Et enfin que l'égalité soit conservée par rapport à l'exportation des denrées & marchandises où les Rufres paient beaucoup moins de droits que ceux qui y trafiquent de la GrandeBretagne, les sujets de la Russie paieront à l'avenir les mêmes droits de sortie que paient les marchands Anglois sur les mêmes effets à l'exportation hors des ports de la Russie, & les marchands Russes jouiront des mêmes libertés & privileges de Commerce en Angleterre, que jouissent les marchands Anglois, qui font de la compagnie de Russie, bien entendu toujours qu'il n'y a rien dans cette permission contre les loix du pays , & que les marchands tant Anglois que Russes & leurs facteurs s'accommodent aux loix, statuts & ordonnances reçus & établis dans les pays respectivement, où ils auront à faire leur négoce, afin qu'aucune fraude ou abus ne s'y glisse.

» V. Il est convenu que les sujets de la Grande-Bretagne s'ils n'ont point de rixdalers pour payer les douanes ou droits payables sur leurs marchana dises entrées, puissent paier en espece d'argent courant , à raison de 125 copecks pour un rixdaler, « » VI. Toute aisance

& dépêche fera donnée suivant les Réglemens à ce fujet à l'entrée des vaisseaux Anglois à charger & décharger les marchandises appartenantes aux sujets de la Grande-Bretagne & ils ne seront en aucune maniere retenus sous les peines spécifiées dans les réglemens ; & fi les sujets de la Grande-Bretagne font un contract avec une Chancellerie ou College, pour délivrer aucuns effets ou marchandises , sur la déclaration, que les marchandises sont prêtes à être délivrées, elles seront reçues suivant le tems fpécifié dans le contract, après quoi le compte sera réglé & liquidé dans tel tems qu'il aura été convenu dans le contract entre la Chancellerie ou College & le marchand Anglois, a

» VII. Il est convenu, que les sujets de la Grande-Bretagne puissent dans toutes les villes & places de la Russie où il est permis aux sujets d'aucune autre nation, de fréquenter, payer pour marchandises achetées le même argent courant de Russie, qui a été reçu pour marchandises vendues, à moins qu'aucun contract particulier ne spécifie le contraire. « : VIII, II eft convenu que les sujets de la Grande-Bretagne puissent apporter dans la Russie toutes sortes d'effets ou marchandises, & les transporter au travers des Etats de la Russie par le plus court & le plus convenable chemin en Perse, paiant 3 pour 100 en rixdalers ad valorem pour le droit & transit desdites marchandises & pas davantage sous quelque prétexte que ce soit; néanmoins les marchands Anglois seront obligés de s’accommoder avec les sujets Russes touchant les fraix du transport, tant par eau que par terre & de leur donner pour cela un prix raisonnable, & les ordres les plus précis seront donnés pour ce que les marchands Anglois trouvent toute l'expédition & facilité sur la route , pareillement, qu'ils puissent apporter toute sorte d'effets & marchandises de Perse, & les transporter au travers de la Russie avec la même liberté & aisance, paiane feulement 3 pour 100 en rixdalers ad valorem, pour le droit de transic comptant les rixdalers de la maniere, qu'il est d'usage dans les douanes Russiennes , & afin de prévenir toutes fraudes de la part des sujets Anglois & toutes vexations & délais de la part des Officiers Ruffes, les marchands Anglois déclareront les marchandises destinées à passer au travers de la Rullie pour aller en Perse, & de même celles qu'ils apportent de la Perse, à la premiere place où elles arriveront en Ruslie, & elles seront reçues & admiles fur leurs connoissements , polices & registres , & suivant leur valeur déclarée , fur laquelle un droit de trois pour 100 sera paié sans ouvrir ou débaler les marchandises plus qu'il n'est absolument nécessaire pour satisfaire l'Officier Ruffe. Que les marchandises spécifiées par le connoissemeat, police ou registre & aucune autre, ou autres n'eft contenu dans les balots ou bales dans lesquels les marchandises sont empacquetées ; mais en cas que l'Officier Rulle ait raison de soupçonner que les marchandises ne sont pas déclarées à leur entiere valeur à 20 pour 100 près, dans le cas l'Officier Ruffe payant au marchand la valeur déclarée & 20 pour 100 par-deffus sans aucune déduction peut prendre les marchandises & en disposer ; Quand l'Officier Rusle a fait la visite, laquelle sera faite sans vexation ou tort aux marchandises ou emballages, il plombera les bales ou les balots, dans lesquels les marchandises font, ils les numerotera & les marquera & donnera au marchand un certificat du paiement des droits, & par ce certificat, plombs, marques & numero elles passeront au travers de la Russie pour aller en Perse, ou en venir, sans aucun autre obstacle ou moleftation, mais en cas que le marchand ne passe pas toutes ou aucune des bales au travers de la Russie, suivant la déclaration , ou qu'il rompe les plombs , & en ête aucune des marchandises en Russie, s'il y a aucune raison de soupçonner que cela a été fait, contre le sens clair & l'intention de cet article , il sera mis à l'amende & paiera la valeur entiere declarée de tels bales ou balots qui manquera & dont le plomb a été rompu. «

» IX. Qu'aux lieux accoutumés de transports il sera réciproquement permis aux sujets des Hautes Parties contractantes, de charger à bord de leurs propres vaisseaux , bâtimens, ou voitures, ou aucune autre les niarchandises, qu'ils ont achetées, excepté seulement celles dont la sortie est défendue & de les emporter ou envoyer librement, pourvu qu'ils aient paié les douanes, & que les vaisseaux bâtimens ou voitures soient acquités suivant les réglemens. a

» X. Que les sujets de l’une ou de l'autre des parties ne paieront pas plus de douanes ou droits pour l'entrée ou sortie des mêmes marchandises que ce qui est paié pour l'entrée ou sortie des marchandises pour les sujets d'aucune autre nation & que pour empêcher toutes fraudes des douanes d'un & d'autre côté, les marchandises qui ont glissé la douane pour éviter le paiement des droits d'entrées seront confisquées & on n'infligera pas d'autre châtiment aux marchands de l'une & de l'autre des parties.

XI. Il est convenu que les sujets de l'une & de l'autre des parties puissent librement aller, venir & commercer dans tous les Etats qui sont ou pourront être ci-après en inimitié avec aucune des parties, excepté seulement les places qui sont actuellement bloquées ou alliégées, pourvu qu'ils ne portent point de munitions de guerre à l'ennemi avec tous autres effets , les vaisseaux, les passagers & les effets seront libres & fans empêchemens. «

» XII. Les canons, mortiers, armes à feu, pistolets, bombes, grénades, boulets, balles, fufées & pierres à feu , mêche, poudre, salpetre , souffre, cuirasses, piques, épées, ceinturons, giplieres, poche à cartouches, felles & brides; en aucune qualité au-delà de ce qu'il en faut pour la provision du vaisseau , ou ce qui peut appartenir & être jugé nécessaire pour

« السابقةمتابعة »