Du contrat social; ou principes du droit politique

P. Didot, 1796 - 322
 

 - 

.

-

214 - Dans un tat vraiment libre , les citoyens font tout avec leurs bras , et rien avec de l'argent ; loin de payer pour s'exempter de leurs devoirs , ils payeroient pour les remplir eux-mmes.
147 - A prendre le terme dans la rigueur de l'acception , il n'a jamais exist de vritable dmocratie , et il n'en existera jamais.
7 - Mais l'ordre social est un droit sacr qui sert de base tous les autres. Cependant ce droit ne vient point de la nature; il est donc fond sur des conventions.
83 - De lui-mme le peuple veut toujours le bien, mais de lui-mme il ne le voit pas toujours. La volont gnrale est toujours droite, mais le jugement qui la guide n'est pas toujours clair. Il faut lui faire voir les objets tels qu'ils sont, quelquefois tels qu'ils doivent lui paratre...
316 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.
147 - Il n'est pas bon que celui qui fait les lois les excute, ni que le corps du peuple dtourne son attention des vues gnrales pour les donner aux objets particuliers.
36 - On voit par cette formule que l'acte d'association renferme un engagement rciproque du public avec les particuliers, et que chaque individu, contractant, pour ainsi dire, avec lui-mme, se trouve engag sous un double rapport : savoir, comme membre du Souverain envers les particuliers, et comme membre de l'Etat envers le Souverain 2T.
21 - La guerre n'est donc point une relation d'homme homme, mais une relation d'Etat Etat, dans laquelle les particuliers ne sont ennemis qu'accidentellement, non point comme hommes, ni mme comme citoyens ' , mais comme soldats ; non point comme membres de la patrie . mais comme ses dfenseurs.
80 - Ainsi la loi peut bien statuer qu'il y aura des privilges , mais elle n'en peut donner nommment personne ; la loi peut faire plusieurs classes de citoyens , assigner mme les qualits qui donneront droit ces classes , mais elle ne peut nommer tels et tels pour y tre admis...
160 - C'est ce que Samuel reprsentait fortement aux Hbreux : c'est ce que Machiavel a fait voir avec vidence. En feignant de donner des leons aux rois , il en a donn de grandes aux peuples. Le Prince de Machiavel est le livre des rpublicains...