Collection complette des travaux de M. Mirabeau l'ain, l'Assemble nationale: Prcde de tous les discours et ouvrages du mme auteur, prononcs ou publis en Provence, pendant le cours des lections, 1

 

 - 

.

-

48 - Dans tous les pays, dans tous les ges, les aristocrates ont implacablement poursuivi les amis du peuple; et si, par je ne sais quelle combinaison de la fortune, il s'en est lev quelqu'un dans leur sein, c'est celui-l surtout qu'ils ont frapp, avides qu'ils taient d'inspirer la terreur par le choix de la victime. Ainsi prit le dernier des Gracques de la main des patriciens; mais, atteint du coup mortel, il lana de la poussire vers le ciel, en attestant les dieux vengeurs; et de cette...
267 - Le danger, Sire , est plus terrible encore , et jugez de son tendue par les alarmes qui nous amnent devant vous. De grandes rvolutions ont eu des causes bien moins clatantes ; plus d'une entreprise fatale aux nations s'est annonce d'une manire moins sinistre et moins formidable.
268 - Les dputs de la nation sont appels consacrer avec vous les droits minens de la royaut , sur la base immuable de la libert du peuple ; mais lorsqu'ils remplissent leur devoir , lorsqu'ils cdent la raison , leurs sentimens , les exposeriezvous au soupon de n'avoir cd qu' la crainte?
267 - ... grains, mais encore combien elles sont contraires la libert et l'honneur de l'assemble nationale , propres altrer entre le roi et ses peuples cette confiance qui fait la gloire et la sret du monarque , qui seule peut assurer le repos et la tranquillit du royaume , procurer enfin la nation les fruits inestimables qu'elle attend des travaux et du zle de celte assemble.
267 - Enfin ont-ils prvu, les conseillers de ces mesures, ont-ils prvu les suites qu'elles entranent pour la scurit mme du trne? Ont-ils tudi, dans l'histoire de tous les peuples, comment les rvolutions ont commenc, comment elles se sont opres? Ont-ils observ par quel enchanement funeste de circonstances les esprits les plus sages sont jets hors de toutes les limites de la modration, et par quelle impulsion terrible un peuple enivr se prcipite vers des excs .dont...
307 - Qu'apprendrons-nous par la honteuse inquisition des lettres? De viles et sales intrigues , des anecdotes scandaleuses, 'de mprisables frivolits. Croit-on que les complots circulent par les courriers ordinaires? croit-on mme que les nouvelles politiques de quelque importance passent par cette voie...
303 - ... n'oublieront pas ce que nous sommes; ils verront en nous leurs parents, leurs amis, leur famille occupe de leurs intrts les plus prcieux ; car ils font partie de cette nation qui nous a confi le soin de sa libert, de sa proprit, de son honneur. Non, de tels hommes, non, des Franais ne feront jamais l'abandon total de leurs facults intellectuelles ; ils ne croiront jamais que le devoir est de frapper sans s'enqurir quelles sont les victimes.
310 - IV ; c'est le seul qui soit digne de vous. Nous vous tromperions, Sire, si nous n'ajoutions pas, forcs par les circonstances : cet empire est le seul qu'il soit aujourd'hui possible en France d'exercer. La France ne souffrira pas qu'on abuse le meilleur des rois, et qu'on l'carte, par'des vues sinistres, du noble plan qu'il a lui-mme trac.
267 - S'il avait pu en douter, n'aurait-il pas vers dans notre cur ses chagrins paternels? Que veut dire cet appareil menaant? O sont les ennemis de l'État et du roi qu'il faut subjuguer? O sont les rebelles, les ligueurs qu'il faut rduire?... Une voix unanime rpond dans la capitale et. dans...
267 - O sont les rebelles, les ligueurs qu'il faut rduire?... Une voix unanime rpond dans la capitale et dans l'tendue du royaume : Nous chrissons notre roi; nous bnissons le ciel du don qu'il nous a fait dans son amour.