Quatre chapitres indits sur la Russie

A. Vaton, 1859 - 196
 

 - 

.

1
3
2
37
3
42
4
61
5
91
6
128
7
129
8
142
9
145
10
157
11
12

-

132 - ... par o l'on voit qu'il n'ya ni ne peut y avoir nulle espce de loi fondamentale obligatoire pour le corps du peuple, pas mme le contrat social.
184 - C'est ce qu'aucun homme d'État ne doit ignorer ni oublier. Cette secte, qui est tout la fois une et plusieurs, environne la Russie, ou, pour mieux dire, la pntre de toute part, et l'attaque jusque dans ses racines les plus profondes. Elle n'a pas besoin, comme dans le seizime sicle, de monter en chaire, de lever des armes, et d'ameuter publiquement les peuples. Ses moyens de nos jours sont plus adroits: ellerserve le bruit pour la fin.
40 - D'autres avec plus d'art ( cdons-leur cette gloire ) Coloreront la toile , ou d'une habile main Feront vivre le marbre et respirer l'airain , De discours plus flatteurs charmeront les oreilles , Dcriront mieux du ciel les pompeuses merveilles : Toi , Romain , souviens-toi de rgir l'univers ! Donne aux vaincus la paix , aux rebelles des fers ; Fais chrir de tes lois la sagesse profonde : Voil les arts de Rome et des maures du monde ! Jeune homme , Virgile le sait bien , tu seras AlexandreSvre.
20 - On peut soutenir , en thse gnrale , qu'aucune souverainet n'est assez forte pour gouverner plusieurs millions d'hommes, moins qu'elle ne soit aide par la religion, ou par l'esclavage, ou par l'une et l'autre. Ce qui est vrai surtout lorsque la population, quoique trs-grande, considre d'une manire absolue, cesse nanmoins d'tre telle relativement l'immensit du territoire.
134 - La loi n'est rien, si ce n'est pas un glaive qui se promne indistinctement sur toutes les ttes et qui abat ce qui s'lve au-dessus du plan horizontal sur lequel il se meut.
162 - Souvenez-vous, je vous prie, du pre Tournemine votre nourrice (vous avez suc chez lui le doux lait des Muses), et rconciliez-vous avec uu ordre qui a port, et qui, le sicle pass, a fourni la France des hommes du plus grand mrite.
10 - Sans doute qu'elle doit l'tre ; mais quand on lit l'histoire, il faut savoir la lire. Elle prouve l'vidence que le genre humain, en gnral, n'est susceptible de libert civile, qu' mesure qu'il est pntr et conduit par le christianisme. Partout o rgne une autre religion...
103 - Bavire il n'y a. pas le moindre doute. Son chef est connu ; ses crimes, ses projets, ses complices et ses premiers succs le sont aussi ; les rglements de la secte ont t saisis, publis par le gouvernement, traduits en franais, et imprims de nouveau par l'abb Barruel dans son intressante Histoire du jacobinisme. Ainsi, cet gard, il n'ya plus rien dire. La socit s'est encore fait connatre en Italie d'une manire assez frappante; puisque ses rglements ont cl saisis...
99 - ... inconnus mme des initis admis leurs assembles ordinaires, qu'ils avaient un culte, et de hauts initis ou espce de prtres, qu'ils appelaient du nom hbreu COHEN ' et il a observ ds lors que tous ces grands initis ont donn dans la rvolution (mais la vrit jamais dans les excs). Il leur a reconnu aussi , en gnral , une antipathie naturelle contre l'ordre sacerdotal et contre toute hirarchie. A cet gard, il n'a jamais vu d'exceptions. Tous regardent les prtres,...
185 - Si vous ne voulez pas lui permettre de mordre les voleurs, c'est votre aflaire ; mais laissez-le rder au moins autour de la maison, et vous veiller lorsqu'il sera ncessaire, avant que vos portes soient crochetes, ou qu'on entre chez vous par les fentres.