Histoire des principaux crivains franais depuis l'origine de la littrature jusqu' nos jours, 2

C. Delagrave, 1878
 

 - 

.

-

113 - Tout ce que je vois jette les semences d'une rvolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'tre tmoin. Les Franais arrivent tard tout, mais enfin ils arrivent; la lumire s'est tellement rpandue de proche en proche, qu'on clatera la premire occasion et alors ce sera un beau tapage; les jeunes gens sont bien heureux, ils verront de belles choses.
170 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.
41 - Quand les sauvages de la Louisiane veulent avoir du fruit, ils coupent l'arbre au pied, et cueillent le fruit. Voil le gouvernement despotique.
171 - Afin donc que le pacte social ne soit pas un vain formulaire, il renferme tacitement cet engagement, qui seul peut donner de la force aux autres, que quiconque refusera d'obir la volont gnrale y sera contraint par tout le corps, ce qui ne signifie autre chose sinon qu'on le forcera d'tre libre...
43 - Les principes du christianisme, bien gravs dans le cur, seraient infiniment plus forts que ce faux honneur des monarchies , ces vertus humaines des rpubliques , et cette crainte servile des tats despotiques.
170 - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'État quiconque ne les croit pas; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir.
48 - Le peuple est admirable pour choisir ceux qui il doit confier quelque partie de son autorit. Il n'a se dterminer que par des choses qu'il ne peut ignorer, et des faits qui tombent sous les sens.
145 - De ces intressantes lectures, des entretiens qu'elles occasionnaient entre mon pre et moi, se forma cet esprit libre et rpublicain, ce caractre indomptable et fier, impatient de joug et de servitude, qui m'a tourment tout le temps de ma vie dans les situations les moins propres lui donner l'essor.
61 - Nos prtres ne sont point ce qu'un vain peuple pense: Notre crdulit fait toute leur science.
176 - ... elle est, cela me suffit: moins je la conois , plus je l'adore. Je m'humilie , et lui dis : Être des tres , je suis parce que tu es ; c'est m'lever ma source que de te mditer sans cesse. Le plus digne usage de ma raison est de s'anantir devant toi : c'est mon ravissement d'esprit , c'est le charme de ma faiblesse , de me sentir accabl de ta grandeur.