صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[blocks in formation]

Tu autem assecutus es meam doctrinam, institutionem, propositum, fidem, longanimitatem, dilectionem , patientiam, persecutiones, passiones, qualia mihi facta sunt Antiochiæ, Iconii, et Lystris : quales persecutiones sustinui, et ex omnibus eripuit me Dominus.

Et omnes qui pie rolunt vivere in Christo Jesu persecutionem patientur. (II Tim. ch. m).

(Epitre de la fête de saint Ignace).

31 juillet 1906.

605255-128

ERRATA

Page
6 ligne 11 au lieu de Dühr

lire Duhr.
11
7
prodome

prodromes.
35
15
polémisies

polémistes. 43 23 Garnett

Garnet. 141

7 effacer le n° IV. 164 12 le mot attribué à de Maistre n'est pas de lui. 182 note, l. 2 au lieu de ulta

lire ultra. 211 ligne 24

de

de. 212 21 ne ne pas

ne pas en. 254 1 le réponse

la. 273 2

Le Monita Les. 275 1

CHAPITRE III CHAPITRE IX.

Le Monita Les. 330 20 Lemaitre

Le Maitre. 337 note, l. 9

le pire

la pire. 360 ligne 8 distingo

distinguo. 368 note l. 29

des Champs de Champs.

Evreux.

Imp. de l'Eure, L. Odieuvre, 4 bis, rue du Meilet.

AVANT-PROPOS

I

C'est une histoire étrange que celle de la Compagnie de Jésus. Elle n'existe pas encore : celui qui la fondera un jour, et qui n'a, des vues de Dieu sur lui, que des idées assez flottantes, est déjà accusé, calomnié, jeté d'un tribunal à l'autre. Bien vite, il comprend que c'est là son lot : partout où il ira, essayant de faire du bien aux âmes, il verra la persécution se dresser devant lui : Il s'y attend si bien, qu'à l'avance, il prend ses mesures en vue des procès à venir : il demande et il exige qu'on lui délivre les sentences d'absolution en due forme et par devant notaire. C'est que si l'épreuve est une bénédiction pour le persécuté, elle ne va guère sans scandale des faibles, et sans perte des âmes. Il faut donc l'écarter dans la mesure du possible. Si elle vient, saint Ignace ne s'en étonne, ni ne s'en afflige. Si elle ne vient pas, il s'inquiète et se demande : « Est-ce donc que mes fils ne combattent plus? » Jésus n'a-t-il pas prédit aux siens la haine, la trahison, les malentendus, les flétrissures juridiques, la dispersion et jusqu'au déni du droit d'association? mais, beatil... Beati cum separaverint vos (Luc, VI, 22).

Donc pas une forme de persécution ne manquera à l'Ordre nouveau, ni celle qui va jusqu'au sang et fait des martyrs, ni celle qui rompt les entreprises et fait des désoeuvrés; ni les grossières accusations de gens sans aveu qui finiront par se faire noter d'infamie; ni les préjugés qui naissent on ne sait d'où, dans les meilleures têtes et dans les meilleurs cours; ni ces haines instinctives des ennemis de Dieu, qui peuvent faire souffrir, mais dont on est saintement fier, ni ces rivalités entre frères d'armes, autrement douloureuses, qui font couler le sang de l'âme, et auxquelles il n'est pas de compensation.

Et la lutte ira s'accentuant toujours. C'est à l'Eglise toute entière qu'il a été dit par Jésus-Chrit : « Puisqu'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi » (Joan. XV. 20). A ne considérer que le sang répandu pour la foi, la Compagnie de Jésus n'a été ni plus ni moins favorisée que les autres ordres religieux. Comme les fils de saint Dominique et ceux de saint François, comme les Carmes et les Augustins, comme les Lazaristes et les Prêtres des Missions Etrangères, partout où les Jésuites ont été porter la foi, il s'en est trouvé parmi eux qui ont eu la joie de donner leur sang. Mais s'il est une bénédiction évangélique qui leur est propre, à laquelle, du moins, ils ont eu plus de part que qui que

« السابقةمتابعة »