Souvenirs sur Mirabeau et sur les deux premires assembles lgislatives

C Gosselin et H. Bossange, 1832 - 486
 

 - 

.

-

375 - Ontils pu vous dire que le peuple est impatient de votre joug, qu'il est las du sceptre des Bourbons? Non, non, ils ne l'ont pas fait ; la calomnie du moins n'est pas absurde ; elle cherche un peu de vraisemblance pour colorer ses noirceurs.
375 - Si ceux qui ont donn ces conseils notre roi avaient assez de confiance dans leurs principes pour les exposer devant nous, ce moment amnerait le plus beau triomphe de la vrit. L'tat n'a rien redouter que des mauvais principes...
375 - Le danger est pour tes troupes. Des soldats franais , approchs du centre des discussions, participant aux passions comme aux intrts du peuple, peuvent oublier qu'un engagement les a faits soldats, pour se souvenir que la nature les fit hommes. Le danger, Sire, menace les travaux qui sont notre premier devoir, et qui n'auront un plein succs, une vritable permanence qu'autant que les peuples les regarderont comme entirement libres.
376 - Les dputs de la nation sont appels consacrer avec vous les droits minens de la royaut , sur la base immuable de la libert du peuple ; mais lorsqu'ils remplissent leur devoir , lorsqu'ils cdent la raison , leurs sentimens , les exposeriezvous au soupon de n'avoir cd qu' la crainte?
376 - Sire , nous vous en conjurons au nom de la patrie, au nom de votre bonheur et de votre gloire, renvoyez vos soldats aux postes d'o vos conseillers les ont tirs : renvoyez cette artillerie , destine couvrir...
375 - Sire, si nous n'ajoutions pas , forcs par les circonstances : cet empire est le seul qu'il soit aujourd'hui possible en France d'exercer. La France ne souffrira pas qu'on abuse le meilleur des rois, et qu'on l'carte , par des vues sinistres, du noble plan qu'il a lui-mme trac.
375 - ... et des scnes factieuses. Le danger, Sire, est plus terrible encore, et jugez de son tendue par les alarmes qui nous amnent devant vous. De grandes rvolutions ont eu des causes bien moins clatantes ; plus d'une entreprise fatale aux nations s'est annonce d'une manire moins sinistre et moins formidable.
155 - Deux sicles de dprdations et de brigandages ont creus le gouffre o le royaume est prs de s'engloutir. Il faut le combler, ce gouffre effroyable ! Eh bien ! voici la liste des propritaires franais. Choisissez parmi les plus riches afin de sacrifier moins de citoyens; mais choisissez, car ne faut-il pas qu'un petit nombre prisse pour sauver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables possdent de quoi combler le dficit.
388 - BANQUEROUTIÈRE, et nous accuser de n'avoir repris notre libert et nos forces que pour commettre des attentats dont le despotisme avait horreur ? Peu importerait de protester que nous n'avons jamais prmdit ce forfait excrable. Ah ! les cris des victimes dont nous aurions rempli l'Europe protesteraient plus haut contre nous ! 11 faut agir, il faut des mesures promptes, efficaces, certaines.
63 - Ne voyez-vous pas qu'il vous faut le nom de peuple, parce qu'il donne connatre au peuple que nous avons li notre sort au sien ; ce qui lui apprendra reposer sur nous toutes ses penses, toutes ses esprances. Plus habiles que nous, les hros bataves, [qui fondrent la libert de leur pays, prirent le nom de gueux...