Les trois rgnes de la nature, 2

Chez H. Nicolle, Giguet et Michaud, 1808 - 309
 

 - 

.

1
5
2
8
3
9
4
34
5
35
6
54
7
55
8
97
9
98
10
131
11
179
12
231
13
262
14
263
15
282

-

241 - II nat, vieillit et meurt sous le chaume indigent : Aux injustes rigueurs dont sa fiert s'indigne, Son malheur patient noblement se rsigne. Enfin, quoique son aigre et dchirante voix De sa rauque allgresse importune les bois, Qu'il offense la fois et les yeux et l'oreille. Que le chtiment seul en marchant le rveille, Qu'il soit hargneux, revche et dsobissant, A force de malheur l'ane est intressant.
236 - J'ordonne, il vient moi; je menace, il me fuit; Je l'appelle, il revient; je fais signe, il me suit; Je m'loigne, quels pleurs! je reviens, quelle joie; Chasseur sans intrt, il m'apporte sa proie. Svre dans la ferme, humain dans la cit...
248 - S'il rencontre un grain d'orge, pargne une fourmi Mais le tigre cruel , dont l'ardeur vagabonde Rda sans aliment durant la nuit profonde, S'il dcouvre au matin , du sommet des coteaux , Le daim aux pieds lgers , le cerf aux longs...
92 - Si j'en crois le rcit des peuples d'Orient, Pour donner un langage ses douleurs secrtes, Souvent plus d'un captif en fit ses interprtes, Et peignant par leur teinte ou l'espoir ou l'ennui, Les fleurs interrogeaient et rpondaient pour lui. Pour rendre leurs contours, leur flexible souplesse. Le marbre mme semble emprunter leur mollesse ; Le peintre les chrit ; sous les doigts du brodeur* L'art n'en laisse...
237 - Et lorsqu' son retour le chien d'Ulysse absent Dans l'excs du plaisir meurt en le caressant , Oubliant Pnlope, Eume, Ulysse mme, Le lecteur voit en lui le hros du pome.
272 - Dieu, par lequel l'homme peut reconnotre tout instant l'excellence de son tre; car ce n'est pas parce qu'il est le plus parfait , le plus fort ou le plus adroit...
237 - Chasseur sans intrt, il m'apporte sa proie. Svre dans la ferme, humain dans la cit II soigne le malheur, conduit la ccit, Et moi, de l'Hlicon malheureux Blisaire, Peut-tre un jour ses yeux guideront ma misre. Est-il hte plus sr, ami plus gnreux ? Un riche marchandait le chien d'un malheureux ; Cette offre l'affligea : " Dans mon destin funeste Qui m'aimera, dit-il, si mon chien ne me reste...
271 - ... tous les autres oiseaux; car il est peut-tre plus rare de voir deux paires d'aigles dans la mme portion de montagne que deux familles de lions dans la mme partie de fort; ils se tiennent assez loin les uns des autres pour que l'espace qu'ils...
90 - Voltaire : C'est toi , divin caf , dont l'aimable liqueur, Sans altrer la tte, panouit le cur ; Aussi , quand mon palais est mouss par l'ge , Avec plaisir encor je gote ton breuvage. Que j'aime prparer ton nectar prcieux! Nul n'usnrpe chez moi ce soin dlicieux.
91 - Qui, tour tour calmant, excitant tes bouillons, Suis d'un il attentif tes lgers tourbillons. Enfin de ta liqueur lentement repose, Dans le vase fumant la lie est dpose ; Ma coupe, 'ton nectar, le miel amricain, Que du suc des roseaux exprima l'Africain, Tout est prt : du Japon l'mail reoit tes ondes, Et seul tu runis les tributs des deux mondes. Viens donc, divin nectar, viens donc, inspire-moi : Je ne veux qu'un dsert, mon Antigone, et toi.