Vie politique, littraire et moral e de Voltaire: Ou l'on rfute Condorcet et les autres biographes

imp. de Cellot, 1823
 

 - 

.

83 - Je vous cris ct d'un pole, la tte pesante et le cur triste, en jetant les yeux sur la rivire de la Spre, parce que la Spre tombe dans l'Elbe, l'Elbe dans la mer, et que la mer reoit la Seine, et que notre maison de Paris est assez prs de cette rivire de Seine; et je dis : Ma chre enfant, pourquoi suis-je dans ce palais, dans ce cabinet qui donne sur cette Spre, et non pas au coin de notre feu?
134 - Le plus difficile sera fait quand la philosophie sera dlivre des grands grenadiers du fanatisme et de l'intolrance; les autres ne sont que des cosaques et des pandours qui ne tiendront pas contre nos troupes rgles.
181 - Je ne vois plus que la mort devant moi, depuis que M. Turgot est hors de place. Je ne conois pas comment on a pu le renvoyer. Ce coup de foudre m'est tomb sur la cervelle et sur le cur.
124 - Je ne sais , monsieur le duc , ce que j'ai fait MM. Le Franc : l'un m'corche tous les jours les oreilles, l'autre menace de me les couper. Je me charge du rimailleur, je vous abandonne le spadassin, car j'ai besoin de mes oreilles pour entendre ce que la Renomme publie de vous (1).
125 - On m'a voulu excommunier pour avoir voulu dranger une croix de bois, et pour avoir abattu insolemment une partie d'une grange qu'on appelait paroisse. Comme j'aime passionnment tre le matre, j'ai jet par terre toute l'glise, pour rpondre aux plaintes d'en avoir abattu la moiti. J'ai pris les cloches, l'autel, les confessionnaux, les fonts baptismaux ; j'ai envoy mes paroissiens entendre la messe une lieue.
155 - Systme de la nature , dans laquelle il dit que la nouvelle philosophie amnera une rvolution horrible si on ne la prvient pas. Tous ces cris s'vanouiront, et la philosophie restera. Au bout du compte, elle est la consolatrice de la vie, et son contraire en est le poison. Laissez faire ; il est impossible d'empcher de penser; et plus on pensera, moins les hommes seront malheureux. Vous verrez de beaux jours; vous les ferez; cette ide gaye la fin des miens.
56 - PÈRE, votre Saintet voudra bien pardonner la libert que prend un des plus humbles, mais l'un des plus grands admirateurs de la vertu, de consacrer au chef de la vritable religion un crit contre le fondateur d'une religion fausse et barbare.
154 - Tout ce que je vois jette les semences d'une rvolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'tre tmoin. Les Franais arrivent tard tout, mais enfin ils arrivent. La lumire s'est tellement rpandue de proche en proche, qu'on clatera la premire occasion; et alors ce sera un beau tapage. Les jeunes gens sont bien heureux; ils verront de belles choses.
205 - Je me trompe peut-tre; mais j'aurais sa place reconnu un tre trs intelligent qui m'aurait donn tant de supplments de la vue; et, en apercevant par la pense des rapports infinis dans toutes les choses, j'aurais souponn un ouvrier infiniment habile. Il est fort impertinent de prtendre deviner ce qu'il est, et pourquoi il a fait tout ce qui existe; mais il me parat bien hardi de nier qu'il est.
138 - Nous avons, la vrit, des livres qui dmontrent la fausset et l'horreur des dogmes chrtiens; nous aurions besoin d'un ouvrage qui fit voir combien la morale des vrais philosophes l'emporte sur celle du christianisme. Cette entreprise est digne de vous.