Sicle de Louis xiv, suivi de la liste raisonne des enfants de Louis xiv [&c.].

 

 - 

.

370 - C'est moins un livre que des matriaux pour orner un livre. On lut avidement ce petit recueil ; il accoutuma penser, et renfermer ses penses dans un tour vif, prcis et dlicat.
376 - Je suis matre de moi comme de l'univers; Je le suis, je veux l'tre. 0 sicles ! mmoire ! Conservez jamais ma dernire victoire ; Je triomphe aujourd'hui du plus juste courroux De qui le souvenir puisse aller jusqu' vous. Soyons amis, Cinna, c'est moi qui t'en convie...
308 - Que ne puis-je vous donner mon exprience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dvore les grands et la peine qu'ils ont remplir leurs journes ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait peine imaginer...
167 - Il l'a conserve toujours en paix , pendant que le reste de l'Europe a t ravag par la guerre. Il a eu la prudence d'tre toujours bien avec la France , et d'tre aim dans l'Empire ; tenant heureusement ce juste milieu qu'un prince sans pouvoir n'a presque jamais pu garder entre deux grandes puissances. lia procur ses peuples l'abondance qu'ils ne connaissaient plus.
380 - Louis XIV , la nature sembla se reposer. La route tait difficile au commencement du sicle, parce que personne n'y avait march : elle l'est aujourd'hui , parce qu'elle a t battue. Les grands hommes du sicle pass ont enseign penser et parler ; ils ont dit ce qu'on ne savait pas.
377 - Mme la duchesse de Bourgogne , les courtisans se crurent assez habiles pour la condamner. Le temps a veng l'auteur; mais ce grand homme est mort sans jouir du succs de son plus admirable ouvrage. Un nombreux parti se piqua toujours de ne pas rendre justice Racine. Mme de Svign, la premire personne de son sicle pour le style pistolaire, et surtout pour conter des bagatelles avec grce, croit toujours que Racine n'ira pas loin.
510 - ... ces matires chez aucune des nations de l'Europe. Ce qui fait la bont de cet ouvrage ; c'est qu'il n'ya que peu d'erreurs et beaucoup de rflexions vraies, nouvelles et profondes. Ce n'est pas un livre mthodique ; mais l'auteur pense , et fait penser. Il ne savait pourtant pas la musique ; il n'avait jamais pu faire de vers , et n'avait pas un tableau ; mais il avait beaucoup lu , vu , entendu et rflchi.
382 - ... humaines, des vanits de la grandeur , des ravages de la mort, tant faits par des mains habiles, tout cela devient lieu commun : on est rduit ou imiter ou s'garer.
382 - Il n'ya dans la nature humaine qu'une douzaine tout au plus de caractres vraiment comiques et marqus de grands traits. L'abb Dubos , faute de 'gnie, croit que les hommes de gnie peuvent encore trouver une foule de nouveaux caractres ; mais il faudrait que la nature en ft.
383 - L'esprit de socit est le partage naturel des Franais : c'est un mrite et un plaisir dont les autres peuples ont senti le besoin. La langue franaise est de toutes les langues celle qui...