صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

seillers les gens de nostre cour de parlement de Paris. Reçu le 22 avril 1482, après Pasques.

[merged small][ocr errors][merged small]

Tours, 14 avril 1462. (Extrait des registres du parlement sous la date du 12.;-

Dupuy, Preuves du Traité de la Majorité, p. 354.)

De par le roy, nos amez et feaux, nous vous envoyons ce double des serments qu'à notre advenement à la couronne nous avons faits; et pour ce que nous desirons les entretenir, et faire justice à un chacun ainsi qu'il appartient; nous vous prions et néammoins mandons expressément que de votre part y entendiez et vaquiez tellement que par votre faute aucune plainte n'en puisse advenir, ne à nous charge de conscience, et gardez qu'il n'y ait point de faute.

Donné à Tours, le quatorzième jour d'avril. Signé Louis. Et plus bas, Parent. Et au dos est escript : A nos amez et feaux conseillers, les gens de nostre cour de Parlement à Paris. Reçu le 22 avril 1482, après Pâques.

Item hoc populo christiano mihi subdito in christi nomine promitto; in primis ut ecclesiæ Dei omnis populus christianus veram pacem vestro arbitrio servet omni tempore.

Item ut omnes rapacitates et iniquitates ab omnibus gradibus interdicam.

Item, ut omnibus judiciis æquitatem et misericordiam precipiam; ut mihi et vobis indulgeat suam misericordiam clemens et misericors Deus.

Item, de terrâ meâ ac jurisdictione mihi subdita universos hereticos ab ecclesia denotatos pro viribus bona fide exterminare studebo. Hæc omnia suprà dicta firmo sacramento.

(1) V. la formule du serment de Charles X, à Reims, 28 mai 1825, qui, à cause de l'établissement du gouvernement constitutionnel, ne permettait pas de conserver le scrment ci-dessus, qui est resté le nême jusqu'à la révolution de 1789.

(Isambe st.)

M°. 43.
DÉCLARATION portant que

les

causes de régale et de complainte pour raison des bénéfices ne seront pas trailées devant les juges ecclésiastiques, mais au Parlement.

Muret, 24 mai 1463. (C. L. XV, 663). Reg. au Parlem. de Paris, 14 juin.

Loes, etc. Comme entre noz autres droiz à nous appartenans , nous ayons droit à cause de nostre couronne, souveraineié et temporalité, et soyons en possession et saisine, tant par nous que par noz predecesseurs, de lel et si long temps qu'il n'est memoire du contraire, de conferer les benefices ecclesiastiques vacans en regale en nostredit royaume, et dont la totale declaration, cognoissance et determinacion, en cas de debat ou question, appartient de plein droit à nous et à nosiredicte court tant seulement, sans ce que autre juge quelconque, soit ecclesiastique, soit temporel, en puisse ou doive conguoistre ou soy entremectre, et sur ce ayent esté donuez en postredicte court, le temps passé, plusieurs arretz el jugemens; pareillement ayons droit et soyons en possession et saisine de conguoistre, decider et déterminer par nous et noz juges, des cas du nouvelleté, prins et intentez pardevant nosdictz juges, pour occasion de nouveaulx troubles et empeschemens qui surviennent entre lesdicles parties contendan tes à cause des benefices et matieres ecclésiastiques, sans ce que, pendant ladicte congnoissance et procès, et jusques à ce que d'iceulx soit décidé, aucun juge ecclésiastique en puisse ne doive congnoistre, ne l'une desdictes parties tirer l'autre contre son gré et volonté en court d'esglise, pour occasion des diz benefices et matieres ecclésiastiques contentieux oudit cas de nouvelleté ; ne proceder à ceste cause contre aucuus desdiz contendans, par monicions, citations de censures ecclesiastiques : déantmoins, puis naguères, aucuns ont impetré en court de Rome aucuns benefices par nous ou noz predecesseurs donnez et conferez eu regale, et, soubz couleur d'icelle collacion ou provision, se sont efforcez et elforcent chascuu jour, ont procuré et procurent tenir et tiennent en procès aucuns de noz subsectz en court de Rome pour occasion des benefices que.nous et noz predecesseur's avons donnez et conferez en regale, et pareillement des benefices et malieres ecclesiastiques dout procés est pendant, en cas de nouvellcté, eu vostredicte court de parlement, ou ailleurs pardevant noz autres juges, et font plusieurs autres enireprises contre et ou

[ocr errors]

prejudice de nosdiz dioiz et juridiction temporelie, et plusieurs grandes et indeues oppressions et exactions, vexations et lravaux à noz subgectz, ou grand préjudice et dommage de nous, de noz droiz et de nostre jurisdiction temporelle, et du bien public de nostre royaume ; et plus pourroit estre, se par nous n'estait sur ce pourveu.

Pourquoi nous, ces choses considérées, desirans garder et conserver nos droiz dessusdiz, et vbvier ausdicies entreprises, exactions, vexations et oppressions de nosdiz subgectz, eu sur ce advis et deliberation en nostre conseil, vous mandons et expreseement enjoignons que vous faicles ou fuicles faire inhibicions et deffenses de par nous; sur certaines et grosses peines à nous å appliqner, à lous les subgeciz de nostredit royaume et autres qu'il appartiendra, que, pour occasion desdiz bencfices confercz en regale par nous ou nosdiz predecesseurs, et aussi des benefices ou matieres ccclésiastiques , dont procés sera ou est pendant en cas de nouvelleté en postredicte court ou pardevant uoz autres juges, ilz ne traicient ou facent Traicter de tenir en cause pardevint aucuns juges ecclésiastiques ne ailleurs que en postredicte court de parlement ou pardevant noz autres juges pardevant lesqueulx lesdiz procés seront ou sont pendans, et ne procedent ne fassent proceder pour occasion desdiz benefices, dont lesdiz procès serout et sont pendans ea nostredicte court ou pardevant nos diz autres ingęs, par monilions, excommunications, ne autres censures ecclésiastiques, contre nosdiz subgectz, et ne les tirent, moleslent, ne travaillent indeuement hors de nostredit royaume, el ne facent et ne procurent faire telles entreprises indeues contre ne ou prejudice de noz droiz dessusdiz et jurisdiction temporelle, ainçois revocquent et facent revocquer et mectre au néant, å leurs propres coustz et despens, tout ce qu'ilz auroient fait au contraire, en contraignant à ce tous ceulx qui pour ce seront à contraindre; c'est assavoir, les laiz par prinse et explelation de leurs biens et detencion de leurs personnes, et les gens eculesiastiques par privse et saisissement en nostre main de leur temporel, et toutes autres voyes et manieres indeues et fort raisonnables.

Et neantmoins ceulx qué par informacion vous trouverez chargez desdiz excès ou semblables; procedez à l'encontre des coulpables à telle pugnition et correction qu'il appartiendra , et que le cas le requerra : car aiosi nous plaist-il estre fait,

nonobstant quelzconques lectres impétrées ou à impétrer à ce contraires.

Donné à Muret en Comminge, elc. Par le roy eu 'son conscil.

N. 44. - LETTRES porlant don au roi de Castille de la Merindad

d'Estelle dans te royaume de Navarrc; et don au comte de Foix, des domaines de Roussillon et de Cerdagne (1).

Muret, 24 mai 1465. ( C. L. XV, 667.)

N'. 15.

Lettres portant cession au comte de Foix de la ville ct scigneurie de Carcassonne, on allendant qu'il puisse élre mis en possession des dons cxprimés dans les lettres précódcntcs.

Murct, 24 mai 1463. (C. L. XV, 669.)
No. 46. — LETTRES qui rendent aux habitans du Dauphind to

droit de chassc et de pêche (2).
Toulousc, 11 juin 1463. (C. L. XVI, 1.) Reg. au parlem. du Dauphiné,

lc 21 seplcmbrc. Loys, cłc., dauphin de Viennois, comte de Valentinois, à nos amnez ct féaulx les gouverneur ou son lieutenant, gens de nostre parlement à Grenoble, salut et dilcction.

Nos bienamez les gens des trois estats de nostredit pays de Dauphiné nous ont fait exposer que de toute ancienneté ilz ont accoustumé de chasser és bestes et oiseaux, et pescher ès rivieres audit pays, sans ce qu'aucun empeschement ou contredit leur ait esté mis ne donné jusques à puis n'agueres que, par le maistre des caux et forests par nous ordonné audit pays, a esté faitc deffeuse generale audit pays de chasser à aucunes bestes,

(1) Les dons faiis par ces lettres et celles qui vont suivre sont fort importants. De pareils dons appartiennent véritablement au droit public de la France, (Pastoret).

(2) Louis XI, encore dauphin, avait donné des lettres patenles portant defense à toulc personne de chasser dans les garennes et colombiers sans la permis. sion de ceux à qui les garennes ou colombiers appartenaient, sous peine de dix livres d'amende pour la première fois, du double pour la scconde, et de princ corporelle pour la troisième. Ceslettres palenles sont du 21 décembre 144,9; elles avaient été enregistrées le 2 janvier 1449. V. lc Recueil manuscrit des édits, ordoonances et déclarations enregistrés au greffe du parlement de Dauphiné, de puis 1340 jusqu'à 1700, fol, 110. (Pastoret).

et pareillement de non pescher en quelque lieu que ce fust; en quoy lesdiz supplians ont grand interest et dommage, inesinement les nobles, pour c; qu'à l'occasion de ladicte deffense de chasser, ilz deviennent oyseux et sans occupation; et les habitans du pays, parce que les aucuns d'eux ont accoustumé et nous sont tenus payer rente annuelle ou autres droicts, à l'occasion de ladicte chasse, et pareillement de ladicte pescherie : et pour ce, nous ont fait bumblement supplier que nostre plaisir soit faire cesser lesdictes deffenses, et sur ce leur impartir nostre grace.

Pourquoy nous, ce que dit est consideré, et autres consideracions à ce nous mouvans, vous mandons et expressement enjoignons que, s'il vous appert que lesdiz nobles ayent de toute ancienneté accoustumé chasser et pescher en notredit pays

de Dauphiné, que les habitans d'iceluy pays ayent droit ou leur ait autrefois par nous este permis de chasser et pescher, moyennant le payement de ladicte rente ou droict, qu'icelle rente soit payée et continuée à nostre tresorier dudit pays ou autres, vous, audit cas, permettez et souffrez ausdiz supplians chasser et pescher en lieux qui ne sont prohibez et deffendus, ainsi qu'ilz out accoustumé d'ancienneté, jusqu'à ce que par nous autrement en soit ordonné : car tel est nostre plaisir, nonobstant lesdictes deffenses faictes par ledit maistre des eaux et forests, el quelconques lectres impetrées ou à impetrer à ce contraires,

Donné à Toulouse, etc. Par le roy, le comte de Comminges, et autres presens.

No: 47.- Lettres portant defense aux fermiers des droits de

justice , de fuire ajourner les habitans du Dauphiné, pardevant d'autres juges que les juges ordinaires, et au partement de cette province d'avoir égard auxdits ajournements (1). Toulouse, 11 juin 1463. (C. L. XVI, 3.) Enregistrées le 19 septembre au parle

ment du Dauphiné.

1

(1) Louis XI, encore dauphin , avait aussi rendu, le 2 mai 1149, une ordonnance contenant réglement à l'égard des téméraires appellations. Elle décidait que les appellations des sentences interlocutoires portées par-devant le dauphin ou son parlement, ne seraient point reçues , à moins que le grief des appulans ne

« السابقةمتابعة »