صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

meut enjoignons, et à chascun de vous comme à luy appartendra, que nosdittes lectres d'octroy dont dessus est faicle mencion, vous verifiez et expediez entierement à nostredit cousin, le tout selon leur forme et teneur , sans aucune restrinction ou reservacion quelconque et sans plus y mectre delay : car tel est nostre plaisir, et à nostredit cousin exposant l'avons derechief octroyé et octroyons de nostreditte grace especial par ces mesmes presentes, Honobstant quelzconques causes , faiz et raisons alleguées de la part de nostredit procureur, auqnel nous en imposons encores et de nouvel silence perpetuel, les appoinctemens sur ce faiz ou donnez en nostieditte court de parlement et autres quelzconques faiz et à faire, et lectres subreplices impetrées ou à impelrer, à ce contraires. Donné à Chinon, etc.

Par le roy, le mareschal du Boismenart, l'Admiral, les sires du Lau el de Malicorne, et autres presens.

N: 31. – Édir portant établissement d'un parlement à

Bordeaux (1).

Chinon, to juin 1462. (C. L. XV, 500.) Reg. en parlem. à Bordeaux, 12 no

vembre.

LUDOVICUS, etc. Regum sollicitudinem imprimis nili decet, ut; in regno et doininio corum, justitia , virtutum præclarissima, vigeat, et subditorum vexationibus, damnis et laboribus salubriter consulatur, ut sic respublica in pacis dulcedine et amænitate, cælesti favente cleinenlià, colletetur. Notuin igitur facimus, quòd nos, ad bonum reipublicæ patriæ nostræ Burdegalensis, et aliarum partium circùm adjacentium, vigilantes et aspirantes; altendentes etiam longa terrarum spalia quibus præfata patria nostra Burdegalensis et aliæ regiones circúm adjacentes distant à villa nostra Parisiensi, in qua suprema nostra parlamenți curia

(1) L'art. 21 du traité fait au mois de juin 1451, avec les gens des trois États de Bordeaux et pays de Guienne, portait : « Et sera le roi content que en la « dicte cité de Bourdeaux y ait justice souveraine , pour cognoistre, discuter et « déterminer diffinitivement de toutes les causes d'appel qui se fairont en iceiluy

pays; sans pour iccus appeaux, par simple querelle ou autrement, être trai«tés liors de ladicte cité. »

Les quatre présideós el conseillers qui installéreot la cour, étaient ditachés du parlement de Paris. (Isamberl.)

consistit et est stabilita, viarum discrimina, personarum pericula, pestes et alias calamitates quæ in itineribus sæpius evenire possunt; considerantes elian causarum in præfata nostra curia per · dentium immensam multitudinem, et quæ quotidie, præsertimi ex ducatu nostro Aquitaniæ et patriis circum adjacentibus, diversis modis et mediis inibi confluunt; volentes, quantum possibile est, finem imponere litibus nostrorum subditorum, et ad reqnisitionem instantissimam et supplicationem humilem gentium trium statuum patriæ nostræ Burlegalensis, et præ maximè di ' lectorum nostrorum majoris, juratorum et aliorum habitantium civitatis nosiræ Burdegalensis , quod inter cæteras patriæ nostre prædiciæ villas Burdegala notabilior existit, desiderantes etiam prædictam civitatem nostram Burdcyalam in honoribus subli mari;

Aliis etiam et rationalibus causis moti, habitaque super his maturå deliberatione consilii, cx nostra certa scientia , plena potestate, et authoritate regia, instituimus, stabilivimus et ordinavimus, et per presentes instituimus, stabilimus et ordinamus curiam nostram parlamenti ia ipsa civitate nostra Burdegalensi, pro dicta civitate, etiam pro patriis et senescalliis Vasconiæ, Aquitaniæ, Lannarum, Agennensi, Bazatensi, Petragoricensi, Lemovicensi , quandiù tamen nostræ placuerit voluntati;

In qua quidem curia nostra parlamenti, omnes et universæ euriæ senescalliarum, bailliviarum, rectoriarum, vicariarum , judicaturarum, et cæterarum jurisdictionum quarumcumque antediciarum patriarum, ut præmittitur, suum habebunt rest sortum et ultimum refugium. Quod quidem parlamentum sen curiam volumus inchoari, sedere, et teneri in crastino sesli beati Martini hiemalis proximè secuturi, in prædicta villa nostra Burdegalensi, aut alio vel aliis diebus super hoc à nobis statuendis et ordinandis, per certas personas, videlicet, per unum præsidentem laïcum, el certos consiliarios nostros, tam clericos quàm laïcos, et duos graffarios cum quatuor hostiariis; quibus præsidenti ct consiliariis dedimus et damus, harum serie; plenam potestatem et authoritatem et mandalum speciale audiendi, coga noscendi, decidendi et determinandi onines et singulas causas appellationum et ressortorum, et alias quascumque civiles et crininales ab eisdem patriis in eadem curia introducendas, tam in casu ressorti quáin aliis quovis modo, dandi insuper ct pronuntiandi super bis sententias tam interlocutorias quàm definitivas in vim arresti, à quibus quidem sententiis et arrestis nulli lice

bit appellare quovis modo vel reclamare vel aliam sedem adire, et generaliter faciendi et observandi ea omnia et singula quæ fieri et observari solita sunt in nostra suprema parlamenti curia Parisiis, in limitibus et confinibus prædictis : dantes tenore presentium, in mandatis, dilectis et fidelibus consiliariis nostris gentibus parlamentorum nostrorum Parisiis et Tholosæ, universisque et singulis senescallis, baillivis, rectoribus, vicariis, et aliis judicibus et officiariis dictarum patriarum ac eorum locumtenentibus, et eorum cuilibet prout ad eum pertinuerit, quòd hanc nostram sanctionem et ordinationem , in dictis nostris curiis parlamenti et aliis locis earum jurisdictionum ad faciendum publicationes solitis aut voce præconis, quilibet in sua jurisdictione publicare faciant, ut nullus inde ignorantiam prætendere valeat.

Mandamus omnibus et singulis justiciariis, officiariis et subditis nostris patriarum supradictarum, quòd sententiis, arrestis, mandatis et jussionibus curiæ prædictæ, et præfatorum præsidentis et consiliariorum nostrorum, dictam curiam nostram modo et formå prædictå tenentium , obediant diligenter et efficaciter intendant, sub omni ea pæna quam erga nos in contempo tum hujus incurrere possent : verum, quia in multis locis dicte patriæ et limitum publicatio erit necessaria, volumus quòd vidimus ipsarum sub sigillo regio debitè confectis fides sit adhibenda sicut presentibus litteris originalibus, quibus in testimonium præmissorum sigillum nostrum duximus apponendum.

Datum in castro nostro de Caynone, etc. Per Regem, in suo consilio.

· N° 32. LETTRES contenant destilution générale des Elus sur

le fait des aides, dispositions sur la manière dont ils pourront reprendre leurs fonctions, et dont seront reçues las plaintes formées contr'eux. Rouen, 6 août 1462. (C. L. XV, 536.) Reg. cour de comptes, 26 août.

N". 83. — LETTRES relatives à la réforme de l'ordre de Cluni,

et aux excès commis par beaucoup de ses religieux.

Rouen, août 1462 (C. L. XV, 548).

[ocr errors]

Lettres par lesquelles le roi remet en ses mains les. débats entre le duc de Savoie et le duc de Bourbonnais et d'Auvergne, qu'ils avaient remis à son arbilruge.

Molierne, 19 octobre 1462. (C. L. XV, 569.):

No. 55. – LETTRES portant défense à tous les marchands fran

çais d'aller, d'envoyer rien ou de rien acheter aux foires de Genève ; et aux marchands étrangers de passer ou faire passer leurs marchandises par le royauine en allant à ces foires ou en en revenant. Dispositions contraires pour les foires établies en la ville de Lyon.

Saint-Michaud-sur-Loire, 20 octobre 1462. (C. L. XV, 571..)

No. 36.- LETTRES qui remplaçent par un abonnement en argent

la taille et autres impois payés par les teabitans de Marennes et Arvert.

Saintes , 3 décembre 1462. (C. E. XVII, 498.)

No. 57. LETTRES contenant statuts sur l'exercice du métier de

boucher à Caen , sur la nature et la qualité des animaux qui pourront être tués, et des viandes qui pourront être vendues.

Tours, décembre 1462. (C. L. XV,

604.)

No. 38. - Lettres portant établissement de quatre foires an

nuelles en la ville de Lyon (1).

Acqs, 8 mars 1462. (C. L. XV, 644.)

Loys, etc. Sçavoir faisons à tous presens et advenir; comme de certain temps en ça nostre très-chier sire et pere, que Dieu absolve, considérant que, soubz couleur des foires qui, durant les guerres de nostre royaume, ont esté mises sus et tenues en la ville de Geneve, les foires de Champagne et de Brie, et autres de nostredit royaume, qui anciennement souloient estre les plus, notables et privilegiées dont il fust ailleurs memoire, et aussi,

(1) V. Nonv. Piép, v aubaine, p. 479, et vo intérêts. S 3.

que toute la matiere d'or et d'argent de nostredit royaume, ou la pluspart d'icelle, estoit, comine encores, à chascune desdictes foires de Geneve, transportée audit lieu de Geneve et ailleurs de nostredit royaume, au grand préjudice de la chose publique d'iceluy; pour donner provision à ces choses et au bien de nostredit royaume, eust, par graude et meure délibéracion de conseil, ordonné, institué et estably, par aucuns temps, trois foires fran ches en nostre ville de Lyon , durant chascune certains jours sur ce limitez, au temps que se tiennent lesdictes foires audit lieu de Geneve ou environ, et sur ce octroyé ses lectres patentes contenant les privileges et franchises des marchands et marchandises qui frequenteroicnt lesdictes foires de Lyon; et icelles lectres de nostredit seigneur et pere eussions depuis confirmées à certain temps: mais, au pourchas d'aucuns tendans à leur prouffit singulier et délaissans le bien public, lesdictes foires de Lyon n'ont esté entretenues en leursdicts privileges et franchises, ne les deffenses sur ce faites si bien esté gardées qu'il appartenoit et qu'il estoit mandé; par quoy lesdictes matieres d'or et d'argent ont esté et sont encores chascun jour transportées audit lieu de Geneve et ailleurs hors de nostredit royaume, comme faire se souloit, au très-grand préjudice de nous et de la chose publique de nostre royaume, et seroit plus si par nous n'y estoit donné provision, ainsi que par noz chers et bien-amez les conseillers et habitans de nostredicte ville de Lyon nous a esté remonstré, l'cquerans humblemement que si nostre plaisir est que lesdictes foires soient entretenues selon l'establissement et edict par nous faict et octroyé pour icelles, il nous plaise les faire garder selon lesdits establissement et edict, et octroyer les provisions à ce necesaires et convenables.

Pour ce est-il que nous , ces choses considerées, qui de tout nostre cœur desirons le fait de la chose publique de nostredit royaume estre entretenu en bonne police, au bien de noz subjelz; considerant aussi que nostredicle ville de Lyon est notable et grosse ville, marchissant és pays et marches de Savoye et autres pays, dont les habitans frequentans lesdictes foires de Geneve, pourronlavoir seur et aisé accezen nostredicte ville de Lyon, et y seront traictez en franchise, seureté, amitié et benevolence; ayans aussi consideracion que si lesdictes foires n'y estoient à perpétuité, les marchands estrangers craindroient à eux y loger et habiter et à y mettre leurs biens et marchandises ; pour ces causes et consideracions et autres raisonnables à ce nous mou

« السابقةمتابعة »