صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

sessions, heritaiges, et n'y oseroient jamais converser ne retour. ner se nostre grace ne leur estoit sur ce impetrée, parquoy plusieurs habitations et villaiges d'icelluy pays et conté de Comminges sont demourez et demourent inhabitez, et plusieurs terres heritaiges en friche et desolation, parce que ledict pays et conté est fort depopulé pour l'absence et fuite desdictz malfaicteurs qui sont en grand nombre, et dont les plusieurs avoient leurs heritaiges demourances ou plat pays, qui vont chascun jour en ruyne et par terre, et leurs femmes et enfans en grant povreté et necessité; et pour ce nous ayent lesdictz supplians humblement fait supplier et requerir que, aciendu ce que dict est, el à ce que ledict pays et conté se puisse repopuler, et les maisons, labouraiges et heritaiges qui sont en friche et ruyne estre repparez, defrichez et mis sus, au bien et utilité de la chose publicque dudict pays et des habitans en icellay, nous vueillons ausdicz malfaicteurs, à nostre nouvel advenement à nostre royaume et seigneurie, impartir nostre grace et misericorde.

Pourquoy nous, inclinans à la supplication et requeste desdictz supplians, voulans misericorde estre preferée à rigueur de justice, et en faveur de leursdits femincs ei enfans, ausdits malfaicleurs et à chascun d'eulx avons aboli, quicté et remis et pardonné, et, par la teneur de ces presentes, de nostre grace especial, plaine puissance et auctorité royal, abolissons, quictons, remectons et pardonnons tous les meurtres, larrecins, pilleries, roberies et autres crimes, delitz et malesices dessusditz, ensemble toute pcine, amende et offense corporelle, criminelle et civille, en quoy, pour occasion desdits cas, lesdits malsaicteurs et chascun d'eulx pourroient estre encourus envers nous et justice, ensemble tous deffaulx, bans ou appeaulx qui sur ce en seroient ensuiz, et les avons restitués et restituons à leurs bonnes et saines renommées au pays et à leurs biens non confisquez, sans ce que lesdictes choses poursuites eu action ou demande puissent jamais aucunement à l'encontre d'aucuns d'eulx, pour l'interest de justice, en quelque maniere que ce soit; et sur toutes ces choses, imposons silence à nostre procureur gencral present et avenir et à tous autres, satisfaction faicte aux parties interessées civiliennent tant seulement, si fait n'a esté. Si donnons en mandement, etc.

Donné à Bourdeaulx, elc. Par le Roy, à la relation de son grand conseil, où le comte de la Marche, vous, le mareschal

[graphic]

d'Armignac, messire Jehan Bureau, chevalier, tresorier, maistres Georges Havart, Regnault Dufault et autres estoient.

N•. 25.

LETTRES de garde pour l'ordre de Saint-Jean de

Jérusalem.

Bordeaux, mars 1461. (C. L. XV, 400.)

No. 26.

Traité d'alliance entre la France et l'Arragon.

Sauveterre, mai 1462. (Corps diplom., p. 275.)

Joannes Dei gratia , rex Aragonum, Navarræ, Siciliæ , Valenciæ, Majoricarum, Sardiniæ et Corsiæ, comes Barchionæ, duc Athenarum et Neopatriæ, ac etiam comes Rossilionis et Ceritaniæ, universis præsentem litteram impecturis salutem.

Cum inter aliquos consiliariorum nostrorum, per nos ad hæc specialiter deputatos ex unà , et alios etiam deputatos per serenissimum ac christianissiinum principem, et carissimum consanguineum nostrum Ludovicum eadem gratia regem Francorum ex allera partibus, certæ ligæ, confæderationes, intelligentiæ, et ainicitiæ tractatæ fuerint et concordatæ pro nobis, in nomine nostro , et etiam pro ipso carissimo consanguineo nostro Francorum rege, et pro reguis , tcrris, dominiis et subditis nostris, et utriusque nostrum , sub modo, et formà in articulis sequentibus confentis. Sequuntur articuli facti, et concordati inter deputatos christianissimi ei potentissimi principis domini Ludovici Dei gratia Francorum regis moderni, et etiam deputatos serenissimi principis et domini Joannis eadem gratia regis Aragonum, Navarræ, Siciliæ, etc. Super amicitiis, ligis, intelligentiis, et confæderationibus inter ipsos principes pro eis, et pro regnis, terris dominiis et subditis suis.

Primo videlicet quod prædictus christianissimus Ludovicus Francorum rex modernus, et prælibalus dominus Joannes mo. dernus etiam Aragonum, Navarræ et Siciliæ rex, erunt deinceps boni, veri et fideles amici, unus erga alium ad invicem pro conservatione , desfensione et tuitione, suæ vitæ, suarumque personarum, bonorum,

staluum, regnorum , terrarum, dominiorum, et subditorum.

Item. Quod si aliqui cujuscumque status aut conditionis sint aut fuerint, futuris vellent temporibus alicui ipsorum regum, vel

eorum regnis, terris, dominiis, et subditis guerram facere aut movere, vimque aut violentiam inferre , aut aliquid de suo indebité, et contra corum voluntatem detinere vel occupare, alter prædictorum regum lenebitur ipsum sustinere, deffendere, sibi favorem exhibere contra inimicos suos, et omnes alios

per

facti violentiam aut alios indebitè suum occupantes, omnibus viis, et moclis sibi possibilibus quando fuerit requisitus, quemadmodum bonus, verus, et fidelis amicus, frater ct confederatus facere debeat alteri, siné fictione quacunque.

Ilem. Quod si unus prædictorum regum pro suo volebat auxilio aliquas genles armorum, sagittarios vel balistarios, equites, vel alios, armalos pedestres, alter tenebitur sibi præbere usque ad numerum quingentarum lancearum cum gentibus de tractu illis convenientibus secundum formam regni Franciæ quoad regem Franciæ, et secundum formam regnorum Aragonum, Navarræ, et Cathaloniæ principatus, quoad regem Aragonum, et etiam tenebitur unusquisque ex dictis regibus alteri de tali numero pedilum armatorum quibus opus fuerit, et ille ipsorum regum qui hoc requiret ab alio habere voluerit, ille tamen prædictorum regum, qui prædictos armatos tam equites quain pedites requisierit, in exitu regui illius regis à quo missi fuerint, et antequam alterius regnum, et dominia ingrediantur, eis stipendia solvere tenebitur secundum modum et formam consuetam in

regno, et dominio unde prædictæ gentes armorum missæ fuerint, singula singulis referendo, et pro tanto tempore quo rex requirens easdem gentes armorum detinere volucrit, et usque ad exitum regni el dominiorum suorum, et boc sine fraude, dolo, vel malo ingenio quocunque.

Per istas tamen confæderationes, nec per aliqua quæ in eis contineantur prædicti reges nec aliquis eorum quidquam agere intendunt quod autoritati, et reverentiæ sanctissimi domini nostri papæ, tanquam vicario Christi , aut sanctæ sedi apostolicæ posset, in aliquo derogare.

Prædictus etiam christianissimus Francorum rex, per ea quæ superius tractata sunt non intendit in aliquo derogare aut præjudicium inferre antiquis confæderationibus, tractatibus, et amicitiis inter Francorum, Castellæ, et Legionis reges, et regna com rum factis, contractis et initis, et semper ad plenum observatis, nec etiam confæderationibus et amicitiis inter prædictum serenissimum Francorum regem et serenissimum regem Scotia et eorum regna hactenus factis et initis, consanguinitatique, ami

-29

a

10,

citiæ et benevolentiæ serenissimi regis Siciliæ Renati, dominique ducis Calabriæ ejus primogeniti, et cujuslibet eorum, et similiter diclus serenissimus rex Aragonum per hanc confæderationem non intendit derogare amicitiis, consanguinitati, affinitati, et benevolentiæ, quæ sunt inter eum, et illustrissimos Alfonsum Portugaliæ et Ferdinandum Siciliæ reges nepotes suos, et illustrissimum Franciscum Sforciam ducem Mediolani, et quemlibe! ipsorum.

Nos de prædictis articulis, et de omnibus et singulis in eis et quolibet eorum contentis, ad plenum instructi, et informati, et pro quorum et conclusione nos et prædictus carissimus rex Francorum consanguineus noster simul hodierna dic convenimus, assidua cogitatione præscientes quod regnis, et regibus pro earum stabilitate principatus nihil accommodatius concordia valeat inveniri, nostri amoris, et dilectionis radicem ad finem debitum deducere cupientes prædictos articulos, omniaque et singula in eis contenta firmamus, laudamus et approbamus; et promittimus sub nostra fide et verbo regio ea facere, tenere, adimplere et inviolabiliter observare secuudum modum ei formam in eis et quolibet eorum contentum. In quorum

oinnium fidem , ctc. Datum, etc.

No. 27. — Lettres portant suppression de la cour des aides (1).

4 mai 1462. (C. L. XV, 467.)

- LETTRES portant établissement de deux foires fran

ches par année à Bayonne.

Montferrand, mai 1462. (C. L. XV, 469.)

No. 29. - Lettres de provision de l'office de premier président en la chambre des comptes en faveur de Bertrand de Beauvau avec le titre de garde et conservatcur du domaine.

Cbinon, 6 juin 1462. (C. L. XV, 492.)

. (1) On en ignore la cause. Elles surent résuquées en juin 1464.

No. 30. – LETTRES de jussion adressées au parlement de Paris,

à la chambre des comptes, etc., pour l'enregistrement du don fait à Guillaume de Harcourt, de la haute justice et du droit de tiers et danger des buis dudit comté.

Chinon , 8 et 10 juin 1462. (C. L. XV, 498.)

Loys, elc. A nos amez et féaulx conseillers les gens de nostre parlement et de noz comptes et tresoriers à Paris, salut et dilection.

Nostre très-chier et amé cousin Guillaume de Harecourt, conte de Tancarville, nous a humblement fait exposer que puis nagueres par noz autres lectres patentes , et pour les causes à plain contenues et declairées en icelles, nous avons donné et octroyé audit suppliant å perpeluité, pour luy, ses hoirs descendans de luy en droite lignée, le droit de haulte justice, avec le droit du tiers et dangier des bois oudit conté de Tancarville, et és membres et appartenances d'icelluy, ainsi que par nosdittes autres lectres patentes peut plus à plain apparoir : et combien que par nosdilles autres lectres vous feust expressement mandé le faire joyr et user dudit droit de haulte justice, et dudit tiers et dangier des bois oudit conté de Tancarville et esdits membres et appartenances d'icelluy; et icelles noz lectres lui veriffier et expedier sans restrinction ne reservacion aucune , en imposant sur ce silence à nostre procureur, néantmoins, pour aucunes raisons sur ce dictes et allegrées par nostredit procureur, vous avez differé de enteriner nosdittes lectres, pour laquelle cause vous avons derechief, par noz autres lectres, expressement mandé et enjoingt luy expedier et verifier nosdittes lectres, en imposant silence à nostredit procureur; mais, ce nonobstant, vous avez receu icelluy nostre procureur à impugner et debatre l'effect et enterinement d'icelles noz lectres, et par ce moyen avez fait reservacion desdits droits de haulle justice, tiers et dangier, et de lay veritier et expedier entierement nosdities lecires, lesquelles, par ce moyen, luy sont et demourent de nullé valeur et effect, comme il nous a fait dire, hunublement requerant sur ce nostre provision.

Pourquoy nous, bien recors dudit octroy fait sur ce à nostredit cousin, et des causes qui nous meuvent à ce faire, voulans ledit octroy ainsi par nous fait avoir et sortir son plain effect, vous Mandons et commandous derechief, et expresse

« السابقةمتابعة »