Histoire du clerg, pendant la Rvolution franaise, 2

C. Lvy, 1889
 

 - 

.

-

414 - Je jure et promets Dieu, sur les saints Évangiles, de garder obissance et fidlit au gouvernement tabli par la constitution de la Rpublique franaise. Je promets aussi de n'avoir aucune intelligence, de n'assister aucun conseil, de n'entretenir aucune ligue, soit au dedans, soit au dehors, qui soit contraire la tranquillit publique; et si, dans mon diocse ou ailleurs, j'apprends qu'il se trame quelque chose au prjudice de l'État, je le ferai savoir au gouvernement.
214 - Nul ne doit tre inquit pour ses opinions, mme religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public tabli par la loi.
375 - Nul ne pourra remplir le ministre d'aucun culte dans lesdits difices, moins qu'il ne se soit fait dcerner acte, devant la municipalit du lieu o il voudra exercer, de sa soumission aux lois de la rpublique.
358 - J'entends parler de fanatisme et de superstition... je les ai toujours combattus : mais qu'on dfinisse ces mots, et l'on verra que la superstition et le fanatisme sont diamtralement opposs la religion. Quant moi, catholique par conviction et par sentiment, prtre par choix, j'ai t dsign par le peuple pour tre vque; mais ce n'est ni de lui ni de vous que je tiens ma mission.
415 - Sa Saintet, pour le bien de la paix et l'heureux rtablissement de la religion catholique, dclare que ni elle, ni ses successeurs, ne troubleront en aucune manire les acqureurs des biens ecclsiastiques alins, et qu'en consquence la proprit de ces mmes biens, les droits et revenus y attachs, demeureront incommutables entre leurs mains ou celles de leurs ayants cause.
296 - France la race funeste des rois ; nous savons trop bien que toutes les dynasties n'ont j.imais t que des races dvorantes qui ne vivaient que de chair humaine. Mais il faut pleinement rassurer les amis de la libert.
296 - Eh! qu'est-il besoin de discuter quand tout le monde est d'accord ! Les rois sont dans l'ordre moral ce que les monstres sont dans l'ordre physique. Les cours sont l'atelier des crimes et la tanire des tyrans. L'histoire des rois est le martyrologe des nations. Ds que nous sommes tous galement pntrs de cette vrit, qu'est-il besoin de discuter?
225 - ... serment, puisque la Constitution assure tout citoyen la libert entire de ses opinions en matire de religion, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre ou ne porte pas des actes nuisibles la sret publique: Que le ministre d'un culte, en refusant de reconnatre l'Acte constitutionnel qui l'autorise professer ses opinions religieuses sans lui imposer d'autre obligation que le respect pour 'l'ordre tabli par la loi...
278 - ... une vengeance exemplaire et jamais mmorable, en livrant la ville de Paris une excution militaire et une subversion totale, et les rvolts coupables d'attentats aux supplices qu'ils auront mrits.
304 - ... ces tres chtifs traner leur vie obscure le long des rpubliques, et qu'ils leur donnent mme de petites pensions, car ces tres-l sont si dnus de facults, que le besoin mme ne leur apprendrait pas gagner du pain ! Donnez donc ce grand exemple de l'abolition d'une peine barbare.