Histoire-muse de la rpublique Franaise, depuis l'assemble des notables jusque' l'empire, 1

 

 - 

.

-

211 - Je jure et promets Dieu, sur les saints Évangiles, de garder obissance et fidlit au gouvernement tabli par la constitution de la Rpublique franaise. Je promets aussi de n'avoir aucune intelligence, de n'assister aucun conseil, de n'entretenir aucune ligue, soit au dedans, soit au dehors, qui soit contraire la tranquillit publique; et si, dans mon diocse ou ailleurs, j'apprends qu'il se trame quelque chose au prjudice de l'État, je le ferai savoir au gouvernement.
271 - J'accepte le titre que vous croyez utile la gloire de la nation. Je soumets la sanction du peuple la loi de l'hrdit. J'espre que la France ne se repentira jamais des honneurs dont elle environnera ma famille. Dans tous les cas, mon esprit ne sera plus avec ma postrit, le jour o elle cesserait de mriter l'amour et la confiance de la grande nation.
104 - Soldats ! le gouvernement veille sur le dpt des lois, qui lui est confi. Les royalistes, ds l'instant qu'ils se montreront, auront vcu. Soyez sans inquitude, et jurons par les mnes des hros qui sont morts ct de nous pour la libert, jurons sur nos nouveaux drapeaux : Guerre implacable aux ennemis de la Rpublique et de la Constitution de l'an III ! La fte fut suivie d'un grand banquet, o de nombreux toasts furent ports au milieu d'une exaltation croissante.
46 - Nul homme ne peut tre accus, arrt ni dtenu que dans les cas dtermins par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites.
72 - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacr des droits et le plus indispensable des devoirs.
46 - Les obligations de chacun envers la socit consistent la dfendre, la servir, vivre soumis aux lois, et respecter ceux qui en sont les organes.
221 - ... l'galit , la prosprit de la France seront l'abri des caprices du sort et de l'incertitude de l'avenir. Le meilleur des peuples sera le plus heureux, comme il est le plus digne de l'tre, et sa flicit contribuera celle de l'Europe entire.
273 - Ce nouvel acte d'une rvolution o tout, ds l'origine, a t nul, ne peut sans doute infirmer mes droits. Mais, comptable de ma conduite tous les souverains, dont les droits ne sont pas moins lss que les miens, et...
214 - Vous jugez que je dois au peuple un nouveau sacrifice : je le ferai si le -vu du peuple me commande ce que votre suffrage autorise.
274 - Je monte au trne o m'ont appel le vu unanime du Snat, du peuple et de l'arme, le cur plein du sentiment des grandes destines de ce peuple que, du milieu des camps, j'ai le premier salu du nom de Grand. Depuis mon adolescence, mes penses tout entires lui sont dvolues ; et, je dois le dire ici, mes plaisirs et mes peines ne se composent plus aujourd'hui que du bonheur ou du malheur de mon peuple. Mes descendants conserveront longtemps ce trne.