Essais historiques sur les causes et les effets de la Rvolution de France, 1

 

 - 

.

-

248 - Je vous ordonne, Messieurs, de vous sparer tout de suite, et de vous rendre demain matin chacun dans les Chambres affectes votre ordre, pour y reprendre vos sances. J'ordonne, en consquence, au grand-matre des crmonies de faire prparer les salles.
211 - L'Assemble nationale, considrant qu'appele fixer la constitution du royaume, oprer la rgnration de l'ordre public, et maintenir les vrais principes de la monarchie, rien ne peut empcher qu'elle ne continue ses dlibrations dans quelque lieu qu'elle soit force de s'tablir, et qu'enfin partout o ses membres sont runis, l est l'Assemble nationale...
300 - Sire, nous vous en conjurons au nom de la patrie, au nom de votre bonheur et de votre gloire, renvoyez vos soldats aux postes d'o vos conseillers les ont tirs: renvoyez cette artillerie, destine couvrir vos frontires ; renvoyez surtout les troupes trangres, ces allis de la nation, que nous payons pour dfendre et non pour troubler nos foyers.
320 - ... refusant pas d'en payer les intrts , nul pouvoir n'a le droit de prononcer l'infme mot de banqueroute , nul pouvoir n'a le droit de manquer la foi publique , sous quelque forme et dnomination que ce puisse tre. Enfin , l'assemble...
348 - ... j'ai donn ordre aux troupes de s'loigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite mme faire connatre mes dispositions la capitale.
182 - Vous aurez des pillages, vous aurez des boucheries; vous n'aurez pas mme l'excrable honneur d'une guerre civile; car on ne s'est jamais battu dans nos contres pour les choses, mais pour tel ou tel individu; et les bannires des intrts privs ne permirent en aucun temps l'oriflamme de la libert de s'lever.
348 - Je sais qu'on a donn d'injustes prventions ; je sais qu'on a os publier que vos personnes n'taient pas en sret. Serait-il donc ncessaire de vous rassurer sur des bruits aussi coupables, dmentis d'avance par mon caractre connu ? Eh bien ! c'est moi qui ne suis qu'un avec ma nation, c'est moi qui me fie vous!
261 - ... de ma dclaration du 23 de ce mois, j'engage mon fidle clerg se runir sans dlai avec les deux autres ordres, pour hter l'accomplissement de mes vues paternelles. Ceux qui sont lis par leurs pouvoirs peuvent y aller sans donner de voix, jusqu' ce qu'ils en aient de nouveaux; ce sera une nouvelle marque d'attachement que le clerg me donnera. Sur ce, je prie Dieu, mon cousin, qu'il vous ait en sa sainte garde.
219 - Le roi veut que l'ancienne distinction des trois ordres de l'État soit conserve en son entier, comme essentiellement lie la constitution de son royaume ; que les dputs librement lus par chacun des trois ordres, formant trois chambres, dlibrant par ordre, et pouvant, avec l'approbation du souverain, convenir de dlibrer en commun, puissent seuls tre considrs comme formant le corps des reprsentants de la nation.
296 - Êtes-vous cruel, implacable ? Avezvous abus de la justice? Le peuple vous impute-t-il ses malheurs ? vous nomme-t-il dans ses calamits ? Ontils pu vous dire que le peuple est impatient de votre joug, qu'il est las du sceptre des Bourbons? Non, non, ils ne l'ont pas fait ; la calomnie du moins n'est pas absurde ; elle cherche un peu de vraisemblance pour colorer ses noirceurs. Votre Majest a vu rcemment tout ce qu'elle peut sur son peuple ; la subordination s'est rtablie dans la...