Revue de l'acadmie de Toulouse et des autres acadmies de l'Empire [afterw. Revue de Toulouse et du midi de la France] sous la direction de F. Lacointa, 27-28

Flix Lacointa
 

 - 

.

-

383 - Qui pendent sur tes eaux; Qu'il soit dans le zphyr qui frmit et qui passe, Dans les bruits de tes bords, par tes bords rpts, Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface De ses molles clarts; Que le vent qui gmit, le roseau qui soupire, Que les parfums lgers de ton air embaum, Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire, Tout dise: Ils ont aim!
412 - Le genre de bien-tre que fait prouver une conversation anime ne consiste pas prcisment dans le sujet de cette conversation; les ides ni les connaissances qu'on peut y dvelopper n'en sont pas le principal intrt : c'est une certaine manire d'agir les uns sur les autres, de se faire plaisir rciproquement et avec rapidit, de parler aussitt qu'on pense , de jouir l'instant de soi-mme, d'tre applaudi sang travail, de manifester son esprit dans toutes les nuances par l'accent,...
229 - Pour juger des apparences que nous recevons des sujets, il nous faudrait un instrument judicatoire ; pour vrifier cet instrument, il nous y faut de la dmonstration ; pour vrifier la dmonstration, un instrument : nous voil au rouet. Puisque les sens ne peuvent...
28 - Fronde, cause qu'il n'ya rien qu'on persuade plus aisment au peuple, que ce qu'il est bien aise de croire; mais comme il n'ya rien aussi qui marque davantage une me vulgaire, que de penser comme le vulgaire, je fais tout mon possible pour rsister la rapidit du torrent, et ne me pas laisser emporter la foule...
140 - ... d'Houdetot assistait en quelque sorte la conversation, sans la diriger, sans l'exciter, point gnante, point matresse de maison, bonne, facile, mais prenant tout ce qui se disait, aux discussions littraires , aux nouvelles de socit ou de spectacle, au moindre incident, au moindre mot spirituel, un intrt vif et curieux : mlange piquant et original de vieillesse et de jeunesse , de tranquillit et de mouvement.
392 - ... je n'en tais pas digne par les agrments de ma personne, et que je le mritais encore moins par les sentiments de mon cur ; car je ne me suis que trop aperu depuis que l'amour que je croyais avoir pour elle n'tait tout au plus que de l'admiration. Chaque instant qui m'en loignait effaait insensiblement son ide de mon souvenir ; et, ds le premier moment que je vous ai vue, je ne m'en suis plus souvenu du tout.
202 - II tombe sur son lit sans chaleur et sans vie. Jugez combien ce coup frappe tous les esprits : La moiti s'pouvante et sort avec des cris; Mais ceux qui de la cour ont un plus long usage Sur les yeux de Csar composent leur visage. Cependant sur son lit il demeure pench; D'aucun tonnement il ne parat touch : Ce mal dont vous craignez, dit-il, la violence A souvent sans pril attaqu son enfance.
372 - REGRETTEZ-VOUS le temps o le ciel sur la terre Marchait et respirait dans un peuple de dieux ' ; O Vnus AStart ', fille de l'onde amre, Secouait, vierge encor, les larmes de sa mre, Et fcondait le monde en tordant ses cheveux...
372 - Regrettez-vous le temps o le ciel sur la terre Marchait et respirait dans un peuple de dieux? O Vnus Astart, fille de l'onde amre, Secouait, vierge encor, les larmes de sa mre, Et fcondait le monde en tordant ses cheveux?
118 - En sus du personnel maritime, des savants spciaux seront attachs l'expdition. gne, qui s'est voue l'tude des sciences gographiques avec une prdilection toute particulire, et qui prend aussi cette entreprise un intrt des plus vifs, et contribu pour quelque chose la solution de ce grand problme ; mais je me rjouis nanmoins sincrement, comme serviteur impartial de la science gographique, de voir qu'enfin un peuple, peu importe lequel, fait d'nergiques...