Les Annales flchoises et la valle du Loir: revue historique, archologique, artistique et littraire ..., 1-2

Besnier., 1903
 

 - 

.

-

377 - Par votre humeur le monde est gouvern; Vos volonts font le calme et l'orage, Et vous riez de me voir confin Loin de la cour, dans mon petit village.
377 - C'est o je serai des suivants De ce bon monarque de France, Qui fut le pre des savants , Dans un sicle plein d'ignorance. Ds que j'approcherai de lui , II voudra que je lui raconte Tout ce que tu fais aujourd'hui Pour combler l'Espagne de honte.
377 - Mais s'il demande quel emploi Tu m'as occup dans le monde, Et quel bien j'ai reu de toi , Que veux-tu que je lui rponde...
257 - L'homme digne d'tre cout est celui qui ne se sert de la parole que pour la pense, et de la pense que pour la vrit et la vertu.
238 - Par les chams, des alouetes, Des cygnes, dessus les eaux. Aux maisons, les arondelles, Les rossignols, dans les boys, En gayes chansons nouvelles Exercent leurs belles voix. Doncques, la douleur et l'aise De l'amour je chanteray, Comme sa flame ou mauvaise, Ou bonne, je sentiray. Et si le chanter m'agre, N'est-ce pas avec raison, Puis qu'ainsi tout se recre Avec la gaye saison...
57 - Je n'avois pas douze ans, qu'au profond des valles, Dans les hautes forests des hommes recules. Dans les antres secrets de frayeur tout couverts, Sans avoir soin de rien, je composois des vers; Echo me...
111 - ... un air de guerre fort plaisant, elles vindrent marcher soubs l'air de ces violons , et par une belle cadence, sans en sortir jamais, s'approcher et s'arrester un peu devant Leurs Majestez > et puis aprs danser leur ballet si bizarrement...
111 - ... vindrent prsenter au roy, la reyne, au roy de Polongne, Monsieur, son frre, et au roy et reyne de Navarre, et autres grands et de France et de Polongne, chacune chacun une placque toute d'or, grande comme...
109 - Ciel n'avoit point de Prince, Le Ciel mesme l'euSt bien voulu. En telle commune allgresse Je n'ay peu celer ma liesse, Sans la faire en public sortir; Toutefois dans le cueur je pleure, Et peu s'en faut que je ne meure, Le voyant proche de partir. J'avois mes principales Filles, Nymphes...
111 - ... tout le monde s'esbahit, que parmi une telle confusion et un tel dsordre jamais ne faillirent leurs ordres, tant ces dames avoient le jugement solide et la retentive bonne, et s'estoient si bien apprises.