uvres de J. J. Rousseau: avec des notes historiques, 17

 

 - 

.

-

226 - Lisbonne, convenez, par exemple, que la nature n'avoit point rassembl l vingt mille maisons de six sept tages; et que, si les habitants de cette grande ville eussent t disperss plus galement et plus lgrement logs, le dgt et t beaucoup moindre, et peut-tre nul.
184 - Je lui ai parl, dans cette lettre, des dangers attachs la littrature ; je suis dans le cas d'essuyer ces dangers. On fait courir dans Paris des ouvrages sous mon nom ; je dois saisir l'occasion la plus favorable de les dsavouer. On m'a conseill de faire imprimer la lettre que j'ai crite M. Rousseau , et de m'tendre un peu sur l'injustice qu'on me fait, et qui peut m'tre trs prjudiciable.
245 - Je ne puis m'empcher, monsieur, de remarquer ce propos une opposition bien singulire entre vous et moi dans le sujet de cette lettre. Rassasi de gloire , et dsabus des vaines grandeurs, vous vivez libre au sein de l'abondance; bien sr de votre immortalit , vous philosophez paisiblement sur la nature de l'ame; et, si le corps ou le cur souffre, vous avez Tronchin pour mdecin et pour ami : vous ne trouvez pourtant que mal sur la terre.
110 - Oui, madame, j'ai mis mes enfants aux EnfantsTrouvs, j'ai charg de leur entretien l'tablissement fait pour cela. Si ma misre et mes maux m'tent le pouvoir de remplir un soin si cher, c'est un malheur dont il faut me plaindre, et non pas un crime me reprocher.
161 - Vasseur, et si pauvre qu'elle demeure chez moi; que ce panier contenoit , entre autres choses , un pot de vingt livres de beurre ; que le tout est parvenu , je ne sais comment , dans votre cuisine; que la bonne vieille, l'ayant appris, a eu la simplicit de vous envoyer sa fille , avec la lettre d'avis , vous redemander son beurre , ou le prix qu'il a cot; et qu'aprs vous tre moqus d'elle, selon l'usage, vous et madame votre pouse, vous avez, pour toute rponse , ordonn vos gens...
241 - ... l'tat de doute est un tat trop violent pour mon me ; que , quand ma raison flotte, ma foi ne peut rester long-temps en suspens, et se dtermine sans elle ; qu'enfin mille sujets de prfrence m'attirent du ct le plus consolant, et joignent le poids de l'esprance l'quilibre de la raison.
463 - Ce fanfaron d'impit , ce beau gnie et cette me basse , cet homme si grand par ses talents et si vil par leur usage , nous laissera de longs et cruels souvenirs de son sjour parmi nous. La ruine des murs , la perte de la libert , qui en est la suite invitable , seront chez nos neveux les monuments de sa gloire et de sa reconnoissance.
340 - M. votre pre, et il n'ya point de sort que le travail, la vigilance, l'innocence et le contentement de soi ne rendent supportable, quand on s'y soumet en vue de remplir son devoir.
179 - M. Chappuis m'apprend que votre sant est bien mauvaise ; il faudrait la venir rtablir dans l'air natal, jouir de la libert, boire avec moi du lait de nos vaches, et brouter nos herbes.
246 - ... souffre, vous avez Tronchin pour mdecin et pour ami : vous ne trouvez pourtant que mal sur la terre. Et moi, homme obscur, pauvre et tourment d'un mal sans remde, je mdite avec plaisir dans ma retraite et trouve que tout est bien. D'o viennent ces contradictions apparentes ? Vous l'avez vous-mme expliqu: vous jouissez, mais j'espre, et l'esprance embellit tout.