صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

homme abandonné à lui-même, & libre de préjugés, foit d'éducation, foit d'étude: elles feront la fuite de la premiere impreffion qu'il recevra des objets; & l'on peut les mettre au nombre de ces premiers mouvemens de l'ame, précieux pour les vrais fages, & dignes d'être obfervés par eux, mais négligés ou rejettés par la Philofophie ordinaire, dont ils démentent prefque toûjours les principes.

[ocr errors]

La néceffité de garantir notre propre corps de la douleur & de la deftruction, nous fait examiner parmi les objets extérieurs, ceux qui peuvent nous être utiles ou nuifibles, pour rechercher les uns & fuir les autres. Mais à peine commençons nous à parcourir ces objets, que nous découvrons parmi eux un grand nombre d'êtres qui nous paroiffent entierement femblables à nous, c'est-à-dire, dont la forme eft toute pareille à la nôtre, & qui, autant que nous en pouvons juger au premier coup d'oeil, femblent avoir le mêmes perceptions que nous : tout nous porte donc à penfer qu'ils ont auffi les mêmes befoins que nous éprouvons, & par conféquent le même intérêt de

les fatisfaire; d'où il réfulte que nous devons trouver beaucoup d'avantage à nous unir avec eux pour démêler dans la nature ce qui peut nous conferver ou nous nuire. La communication des idées eft le principe & le foûtien de cette union, & demande néceffairement l'invention des fignes; telle eft l'origine de la formation des fociétés avec laquelle les langues ont dû naître.

Ce commerce que tant de motifs puif fans nous engagent à former avec les autres hommes, augmente bien-tôt l'étendue de nos idées, & nous en fait. naître de très-nouvelles pour nous, & de très-éloignées, felon toute apparen ce, de celles que nous aurions eues par

nous-mêmes fans un tel fecours. C'eft aux Philofophes à juger fi cette com munication réciproque, jointe à la reffemblance que nous appercevons entre nos fenfations & celles de nos fembla bles, ne contribue pas beaucoup à fortifier ce penchant invincible que nous avons à fuppofer l'existence de tous les objets qui nous frappent. Pour me renfermer dans mon fujet, je remarquerai feulement que l'agrément & l'avantage que nous trouvons dans un pareil com

merce, foit à faire part de nos idées aux autres hommes, foit à joindre les leurs aux nôtres, doit nous porter à refferrer de plus en plus les liens de la fociété commencée, & à la rendre la plus utile pour nous qu'il eft poffible. Mais chaque membre de la fociété cher chant ainfi à augmenter pour lui-même P'utilité qu'il en retire, & ayant à com battre dans chacun des autres un empreffement égal au fien, tous ne peu vent avoir la même part aux avantages, quoique tous y ayent le même droit. Un droit fi légitime eft donc bientôt enfreint par ce droit barbare d'inégalité, appellé loi du plus fort, dont Pufage femble nous confondre avec les animaux, & dont il eft pourtant fi difficile de ne pas abufer. Ainfi la force donnée par la nature à certains hommes, & qu'ils ne devroient fans doute employer qu'au foûtien & à la protection des foibles, eft au contraire l'origine de Foppreffion de ces derniers. Mais plus l'oppreffion eft violente, plus ils la fouffrent impatiemment, parce qu'ils fentent que rien de raifonnable n'a dû les y affujettir. De-là la notion de l'injufte, & par conféquent du bien

[ocr errors]
[ocr errors]

& du mal moral, dont tant de Philofo
phes ont cherché le principe, & que le
cri de la nature, qui retentit dans tout
homme, fait entendre chez les Peuples
même les plus fauvages. De-là auffi
cette loi naturelle que nous trouvons
au-dedans de nous, fource des premie-
res lois que les hommes ont dû former:
fans le fecours même de ces lois elle eft
quelquefois affez forte,
finon pour
anéantir l'oppreffion, au moins pour la
contenir dans certaines bornes. C'eft
ainfi que le mal que nous éprouvons par
par les vices de nos femblables, pro-
duit en nous la connoiffance réfléchie
des vertus oppofées à ces vices; con-
noiffance précieuse, dont une union &
une égalité parfaites nous auroient
peut-être privés.

Par l'idée acquife du jufte & de l'injufte, & conféquemment de la nature morale des actions, nous fommes naturellement amenés à examiner quel eft en nous le principe qui agit, ou, ce qui eft la même chofe, la fubftance qui veut & qui conçoit. Il ne faut pas approfondir beaucoup la nature de notre corps & l'idée que nous en avons, pour reconnoître qu'il ne fauroit être cette

fubftance, puifque les propriétés que nous obfervons dans la matiere, n'ont rien de commun avec la faculté de vouloir & de penfer: d'où il réfulte que cet être appellé Nous eft formé de deux principes de différente nature, tellement unis, qu'il regne entre les mouvemens de l'un & les affections de l'autre

une correfpondance que nous ne faurions ni fufpendre ni altérer, & qui les tient dans un affujettiffement réciproque. Cet efclavage fi indépendant de nous, joint aux réflexions que nous fommes forcés de faire fur la nature des deux principes & fur leur imperfection, nous éleve å la contemplation d'une Intelligence toute-puiffante à qui nous devons ce que nous fommes, & qui exige par conféquent notre culte : fon existence, pour être reconnue, n'auroit befoin que de notre fentiment intérieur, quand même le témoignage univerfel des autres hommes, & celui de la nature entiere, ne s'y joindroient pas.

Il est donc évident que les notions purement intellectuelles du vice & de la vertu, le principe & la néceffité des lois, la fpiritualité de l'ame, l'exiften

« السابقةمتابعة »