Google YouTube Gmail Drive »
 
" La nature, martre en ces affreux climats, Ne produit, au lieu d'or, que du fer, des soldats : Son sein tout hriss n'offre aux dsirs de l'homme Rien qui puisse tenter l'avarice de Rome. "
ptie. Comprenant Gnes & la Corse, Venise & Malthe, & la Suisse - 37
Jean Franois de La Croix - 1771
-

La Pleade franoise ou l'esprit des sept plus grands potes, 1

Pierre-Louis d' Aquin de Chteau-Lyon - 1754
...yeux. Jufques aux Courtifans qui me rendent hommage , Mon Palais , tout ici n'a qu'un fafte fauvage , La nature , martre en ces affreux climats , Ne produit au lieu d'or , que du fer , des foldats : Son fein 'tout hrifle n'offre aux dfirs de l'homme, Rien qui puife tenter l'avarice...
-

Lettres familieres et autres, de Monsieur le baron de Bielfeld, 1

Jakob Friedrich Freiherr von Bielfeld - 1763 - : 432
...Jufques aux Courtifans qui me rendent hommage \ Mon Palais , tout iti, n'a qu'un fajlt \ fauvage: La Nature martre en ces affreux climats Ne produit, au lieu d'or, que du fer , des,' Soldats. La mufique guerrire acclra notre toi A (*) Dans la TragfJie le...
-

Histoire de l'esprit humain ; ou, Memoires secrets et ..., 11-12

Jean-Baptiste de Boyer Argens (marquis d') - 1767
...yeux. Jusques aux Courcifans, qui me rendent hommafe, Mon Palais, tout ici n'a qu'un fafte 'fauvage. La nature martre, en ces affreux climats, Ne produit, au lieu d'or, que du fer, des foldats. Son fein tout hriff n'offre au defir de l'homme, Rien qui puifl tenter l'avarice...
-

Letters of Baron Bielfeld ...: Containing Original Anecdotes of ..., 3

Jakob Friedrich Freiherr von Bielfeld - 1770
...qui me rendent " hommage. " Mon Palais, tout ici, n'a qu'un faft$ " fauvage : La nature maratre en ces affreux climats, * Ne produit, au lieu d'or, que du fer, " des Soldats." Even the courtiers who do me homage, *' my palace, every object that furrounds...
-

Les deux ges du got et du gnie franais, sous Louis XIV & sous Louis XV ...

Nicolas Bricaire de La Dixmerie - 1769 - : 532
...coups dcififs. La duret mme qu'on lui reproche eft quelquefois fublime j tmoin ces deux vers. La nature martre , en ces affreux climats , Ne produit au lieu d'or que du fer, des foldats. L'lgance et t dplace dans cette image. Il fallait ces couleurs brutes &...
-

Anecdotes des rpubliques, auxquelles on a joint la Savoye, la Hongrie, et ...

Jean Franois de La Croix - 1771
...premier qui a' appliqu ces vers de Crbifon , dans fa tragdie de Rhadamifie , J'Helvtie: La Nature martre , en ces affreux climats , Ne produit, au lieu d'or, que du fer, des foldats. Tout fon front hrifle 'offre aux defirs de l'homme , Udalric,abb de S. Gall , comte...
-

Dictionnaire de penses ingnieuses, tant en vers qu'en prose, des meilleurs ...

Blaise-Louis Pele de Chenouteau - 1773 - : 1121
...courtjfans qui me rendent hommage, Mon palais, tout ici n'a qu'un iufle fauvaee. La nature , maratre en ces affreux climats , ' Ne produit, au lieu d'or, que du fer, des foldats : Son fein , tout hrifle , n'offre aux defirs de l'homni Rien qui puifle tenter l'avarice...
-

Dictionnaire dramatique...

Joseph de Laporte - 1776
...le Coftume au Thtre : il n'toit pas rare d'entendre Pharafmane dire dans un Palais fomptueux : La Nature martre en ces affreux climats, Ne produit , au lieu d'or, que du fer , des Soldats. Augufte paroi {Toit entre Cinna & Maxime avec une vafte perruque qui lui ombrageoit...
-

Littrature et critique

Jean-Franois de La Harpe - 1778
...reproch de l'pret ? Ce n'eft pas un dfaut c'eft mme une beaut , quand clic eft place. La nature martre en ces affreux climats , Ne produit , au lieu d'or , que du fer , des foMats. Son fein , tout hrifT , n'offre aux defirs de l'homme Rien qui puiiTc tenter l'avarice...
-

Choix de lectures geographiques et historiques: Prsentes dans l ..., 2

Edme Mentelle - 1783
...quelqu 'intrt le morceau fuivarit ,' que je tiens d'un homme parfaitement inftruit' de ces faits , La nature martre, en ces affreux climats, Ne produit au lieu d'or, que du fer, des Soldats,' & incapable d'altrer la vrit pour quelque raifon que ce foit (i). AURENG-ZEB, appel...
-




  1. PDF