Les helviennes: ou, Lettres provinciales philosophiques

Chez Mquignon fils an, 1812
 

 - 

.

-

69 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
69 - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'Etat quiconque ne les croit pas; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir.
76 - M. l'abb Gaultier, mon confesseur, m'ayant averti qu'on disait dans un certain monde que je protesterais contre tout ce que je ferais la mort, je dclare que je n'ai jamais tenu ce propos ; et que c'est une ancienne plaisanterie attribue ds longtemps trs faussement plusieurs savants plus clairs > que moi.
65 - Les premires causes du mouvement ne sont point dans la matire; elle reoit le mouvement et le communique , mais elle ne le produit pas. Plus j'observe l'action et raction des forces de la nature agissant les unes sur les autres, plus je trouve que, d'effets en effets, il faut toujours remonter quelque volont pour premire cause; car supposer un progrs de causes l'infini, c'est n'en point supposer du tout.
505 - Quia cum cognovissent Deum non sicut Deum gloriflcaverunt, aut gratias egerunt, sed evanuerunt in cogitationibus suis, et obscuratum est insipiens cor eorum, dicentes enim se esse sapientes stulti facti sunt, et mutaverunt gloriam incorruptibilis Dei , in similitudinem imaginis corruptibilis hominis et volucrum, et quadrupedum, et serpentatn.
229 - Oui , l'homme sur la terre est libre ainsi que moi : C'est le plus beau prsent de notre commun roi, La libert , qu'il donne tout tre qui pense , Fait des moindres esprits et la vie et l'essence. Qui conoit , veut , agit , est libre en agissant...
254 - Otez cette libert, toute la vie humaine est renverse, et il n'ya plus aucune trace d'ordre dans la socit. Si les hommes ne sont pas libres dans ce qu'ils font de bien et de mal, le bien n'est plus bien, et le mal n'est plus mal. Si une ncessit invitable et invincible nous fait vouloir tout ce que nous voulons, notre volont n'est pas plus responsable de son vouloir, qu'un ressort de machine...
63 - C'est dans ce grand et sublime livre que j'apprends servir et adorer son divin auteur. Nul n'est excusable de n'y pas lire, parce qu'il parle tous les hommes une langue intelligible tous les esprits.
162 - C'est une substance inconnue, c'est une force secrte distingue de leur corps, c'est un esprit dont ils n'ont nulle ide. Demandez-leur comment cet esprit qu'ils supposent, comme leur Dieu, totalement priv d'tendue, a pu se combiner avec leurs corps tendus et matriels? Ils vous diront qu'ils n'en savent rien, que c'est pour eux un mystre, que cette combinaison est l'effet de la toute-puissance de Dieu.
137 - Il est croire que les vnements particuliers ne sont rien aux yeux du matre de l'univers, que sa providence est seulement universelle; qu'il se contente de conserver les genres et les espces, et de prsider au tout, sans s'inquiter de la manire dont chaque individu passe cette courte vie.