Collection des mmoires relatifs la Revolution franaise, 25 1

1821
 

 - 

.

-

59 - Allez dire votre matre que nous sommes ici par la volont du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baonnettes.
260 - Frappez, immolez sans piti ces tristes victimes, prcipitez-les dans l'abme; il va se refermer.... Vous reculez d'horreur.... Hommes inconsquents, hommes pusillanimes! Eh! ne voyezvous donc pas qu'en dcrtant la banqueroute, ou , ce qui est plus odieux encore, en la rendant invitable sans la dcrter, vous vous souillez d'un acte mille fois plus criminel, et, chose inconcevable!
298 - ... ce n'est pas qu'ils me prsentent tous indistinctement l'ide de la perfection; mais je crois qu'il est louable en moi de ne pas diffrer d'avoir gard au vu prsent des dputs de la nation, et aux circonstances alarmantes qui nous invitent si fortement vouloir, par-dessus tout, le prompt rtablissement de la paix, de l'ordre et de la confiance.
260 - Croyez-vous que les milliers, les millions d'hommes qui perdront en un instant, par l'explosion terrible ou par ses contre-coups, tout ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-tre leur unique moyen de la sustenter, vous laisseront paisiblement jouir de votre crime?
424 - ... de la seule manire qui puisse convenir la dignit de la religion, et au caractre de l'Assemble nationale, dcrte qu'elle ne peut ni ne doit dlibrer sur la motion propose, et qu'elle va reprendre l'ordre du jour concernant les biens ecclsiastiques.
394 - Que partout on sache que le monarque et les reprsentans de la nation sont unis d'un mme intrt et d'un mme vu , afin que cette opinion , cette ferme croyance rpandent dans les provinces un esprit de paix et de bonne volont , et...
261 - Donnerez-vous les premiers aux nations le spectacle d'un peuple assembl pour manquer la foi publique?
261 - ... pensez que ces convulsions du dsespoir et de la misre passeront comme tant d'autres, et d'autant plus rapidement qu'elles seront plus violentes, tes-vous bien srs que tant d'hommes sans pain vous laisseront tranquillement savourer les mets dont vous n'aurez voulu diminuer ni le nombre, ni la dlicatesse?... Non, vous prirez, et, dans la conflagration universelle que vous ne frmissez pas d'allumer, la perte de votre honneur ne sauvera pas une seule de vos dtestables jouissances.
100 - Citoyens, il n'ya pas un moment perdre. J'arrive de Versailles. M. Necker est renvoy. Ce renvoi est le tocsin d'une Saint-Barthlemy de patriotes. Ce soir tous les bataillons suisses et allemands sortiront du Champ de Mars pour nous gorger ; il ne nous reste qu'une ressource, c'est de courir aux armes et de prendre des cocardes pour nous reconnatre.
100 - Amis ! le signal est donn : voici les espions et les satellites de la police qui me regardent en face. Je ne tomberai pas du moins vivant entre leurs mains.