Le Correspondant, 55

1875
 

 - 

.

-

897 - Je proteste que personne n'admire Cicron plus que je fais ; il embellit tout ce qu'il touche, il fait honneur la parole, il fait des mots ce qu'un autre n'en saurait faire ; il a je ne sais combien de sortes d'esprit ; il est mme court et vhment toutes les fois qu'il veut l'tre, contre Catilina, contre Verrs, contre Antoine.
216 - Stal se trouvait alors peupl, disait-il, de quatre cinq tribus diffrentes: des membres du gouvernement prsent, dont elle cherchait conqurir la confiance; de quelques chapps du gouvernement pass, dont l'aspect dplaisait leurs successeurs; de tous les nobles rentrs, qu'elle tait la fois flatte et fche de recevoir; des crivains qui, depuis le 9 thermidor, avaient repris de l'influence, et du Corps diplomatique, qui tait aux pieds du Comit de Salut public...
57 - Qu'un jeune homme. . . Ah ! je sais ce que vous voulez dire, A rpondu notre hte : Un auteur sans dfaut, La raison dit Virgile, et la rime Quinault.
43 - La Convention tait bloque; quatre-vingt mille hommes arms entouraient les Tuileries. Cent soixante-trois bouches feu, des grils et du charbon pour faire rougir les boulets, tel tait l'appareil avec lequel on venait dicter des lois la reprsentation nationale. On croirait ce rcit que tout Paris tait arm contre nous? Il n'en tait rien. De ces quatre-vingt mille hommes, soixante-quinze mille ignoraient pourquoi on leur avait fait prendre les armes. Loin de nous attaquer, ils...
861 - Arrte que tous les membres de cette assemble prteront, l'instant, serment solennel de ne jamais se sparer, et de se rassembler partout o les circonstances l'exigeront, jusqu' ce que la constitution du royaume soit tablie et affermie sur des fondements solides...
944 - Sur la terre mouille, les harnais, les armes prises dans mes attaques, nageaient dans le sang des ennemis comme dans un fleuve ; car les chars de bataille, qui enlvent hommes et btes, avaient dans leur course cras les corps sanglants et les membres. J'entassai les cadavres de leurs soldats comme des trophes, et je leur coupai les extrmits. Je mutilai ceux que je pris vivants, comme des brins de paille, et pour punition je leur coupai les mains.
473 - On se fonde sur les chouans, sur la pauvret publique, sur les finances, sur les Jacobins, et autres lieux communs qui font fortune depuis l'origine de la guerre. Moi, je vois un pouvoir immense entre les mains d'un homme qui saura s'en servir, et qui a pour lui l'arme et le public. Ceci est un ordre tout nouveau dans la rvolution ; il faut bien se dire que les dix-huit vingtimes des Franais sont parfaitement indiffrents la rpublique et la monarchie ; mais qu'ils doivent tre...
892 - Il paroit en Seneque qu'il preste un peu la tyrannie des Empereurs de son temps, car je tiens pour certain que c'est d'un jugement forc qu'il condamne la cause de ces gnreux meurtriers de Csesar; Plutarque est libre par tout.
304 - Peuple franais, peuple de frres, Peux-tu voir, sans frmir d'horreur, Le crime arborer les bannires Du carnage et de la Terreur!
259 - AINSI, quand l'aigle du tonnerre Enlevait Ganymde aux cieux, L'enfant, s'attachant la terre, Luttait contre l'oiseau des dieux; Mais entre ses serres rapides L'aigle pressant ses flancs timides, L'arrachait aux champs paternels; Et, sourd la voix qui l'implore, II le jetait, tremblant encore, Jusques aux pieds des immortels. Ainsi quand tu fonds sur mon me, Enthousiasme, aigle vainqueur, Au bruit de tes ailes de flamme Je frmis d'une sainte horreur; Je me dbats sous ta puissance...