Collection des mmoires relatifs la Revolution franaise, 7 2

1821
 

 - 

.

-

171 - Lamotte , condamne faire amende honorable, la corde au cou, tre fouette et marque sur les deux paules, et mise l'Hpital pour le reste de ses jours ; M. de Lamotte, absent, condamn par contumace aux mmes peines que sa femme; M. Villette, banni perptuit; M.
27 - Saint-Germain fut le signal d'une effervescence gnrale. Les gens charge, les chefs des corps privilgis, mirent toutes intrigues et tous moyens en usage pour ne souffrir aucune diminution, ni tre privs d'aucune prrogative ; ils furent tous merveilleusement seconds par M. de Maurepas, qui, selon sa coutume ordinaire, approuvant tout systme de rforme, tait le premier en empcher l'excution. Telle tait sa facilit vis--vis de quiconque lui faisait des reprsentations...
382 - Berthier, officier de l'tat-major, pour prendre des renseignements sur la Bastille, et voir avec vous les prcautions qu'il ya prendre , tant pour le local que pour l'espce de garnison dont vous pouvez avoir besoin : ainsi je vous prie de lui donner toutes les connaissances relatives cet objet. J'ai t tranquille sur les premires inquitudes que vous m'avez donnes , parce que j'tais sr de mon fait; et vous voyez qu'il ne vous est rien arriv. L'avenir est diffrent , et c'est...
65 - Puisqu'il ne vous a point crit, il ne veut point prendre cette voie , et il a raison ; je ne vous conseillerais pas non plus de l'adopter, je n'aime point les critures dans ces sortes d'af
25 - Les bases de son systme portaient sur de bons principes. 11 voulait une subordination graduelle, exacte, un service ponctuel et suivi. Connaissant combien l'esprit des grands seigneurs en France est contraire ces principes, il chercha les loi'gner du militaire, et ses premires oprations devaient tre la rforme de tous ces corps de faste et ...
74 - M. le duc de Bourbon pour lui faire rompre la [mesure. Dans cet instant, M. le duc de Bourbon a chancel, et j'ai perdu de vue la pointe de l'pe de M. le comte d'Artois, qui apparemment a pass sous le bras de M. le duc de Bourbon. Je l'ai cru bless, et me suis avanc pour prier les princes de suspendre : Un moment, messeigneurs, leur ai-je dit, si vous n'approuvez pas la reprsentation que j'ai vous faire, vous serez les matres de recommencer; mais , mon avis , en voil quatre...
332 - ... dpens des autres , profiter de la dtresse publique pour faire une fortune prompte, ainsi que les courtisans, qui craignaient de trouver son austrit en opposition du produit qu'ils attendaient de leur faveur. On redoutait encore de grandes conomies ; on les sentait ncessaires. Quant aux hommes qui jugent froidement, ils doutaient que M. Necker pt suffire aux grandes ides que les circonstances pressantes exigeaient de lui. En quittant mon homme, j'allai chez l'vque de Langres,...
383 - UNE grande accusation a t leve contre le baron de Besenval. La commune de Paris l'a dnonc aux tribunaux et l'Europe comme "coupable d'tre entr dans une conspiration forme contre la libert du peuple franais , celle de l'Assemble nationale , et contre la ville de Paris en particulier (i), Le baron de Besenval serait bien coupable , en effet , s'il tait entr dans une telle conspiration.
295 - ... faites, sans la consulter sur celles qui taient faire. Soit que cette princesse les ignort, ou que l'archevque et l'abb de Vermont, qui n'avaient pu dtruire madame de Polignac, eussent obtenu qu'elle n'influerait plus dans les affaires, toute voie m'tait ferme de ce ct. Quant moi, toujours bien trait de la reine, qui je disais, comme je l'avais toujours fait librement , ma faon de penser, j'prouvais de sa part la mme rticence que madame de Polignac, et par...
332 - L'archevque de Sens est chass . et M. Necker est rappel, M. Necker, aprs lequel nous soupirons depuis si longtemps ! Tout va bien aller! 11 est certain que M. Necker est peut-tre le seul exemple d'un administrateur qui soit parvenu runir autant de voix , et une opinion de confiance aussi gnrale. Il n'avait contre lui que les gens qui cherchent s'enrichir aux dpens des autres , profiter de la dtresse publique pour faire une fortune prompte, ainsi que les courtisans,...