Dernires annes du rgne et de la vie de Louis XVI, 1

de l'Imprimerie royale, 1814 - 592
 

 - 

.

-

577 - Paris, par ceux qui taient mes sujets, et priv de toute communication quelconque , mme , depuis le 1 1 du courant , avec ma famille ; de plus impliqu dans un procs dont il est impossible de prvoir l'issue cause des passions des hommes , et dont on ne trouve aucun prtexte ni moyen dans aucune loi existante, n'ayant que Dieu pour tmoin de mes penses et auquel je puisse m'adresser, je dclare ici en sa prsence mes dernires volonts et mes sentiments.
584 - Je prie MM. de Malesherbes, Tronchet et Desze, de recevoir ici tous mes remercments, et l'expression de ma sensibilit, pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donns pour moi. Je finis en dclarant devant Dieu, et prt paratre devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancs contre moi.
69 - Aidez-moi, dans cette circonstance, assurer le salut de l'État; je l'attends de l'Assemble nationale : le zle des reprsentants de mon peuple, runis pour le salut commun, m'en est un sr garant; et, comptant sur l'amour et la fidlit de mes sujets, j'ai donn ordre aux troupes de s'loigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite mme faire connatre mes dispositions la capitale.
370 - Sire," rpondit Vergniaud qui occupait le fauteuil, "vous pouvez compter sur la fermet de l'assemble nationale ; ses membres ont jur de mourir en soutenant les droits du peuple et les autorits constitues.
578 - Je plains de tout mon cur nos frres qui peuvent tre dans l'erreur ; mais je ne prtends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jsus-Christ , suivant ce que la charit chrtienne nous enseigne.
581 - ... -Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu'elle souffre pour moi et les chagrins que je pourrais lui avoir donns dans le cours de notre union , comme elle peut tre sre que je ne garde rien contre elle, si elle croyait avoir quelque chose se reprocher. Je recommande bien vivement mes...
579 - Je prie tous ceux que je pourrais avoir offenss par inadvertance ( car je ne me rappelle pas d'avoir fait sciemment aucune offense personne ) ou ceux qui j'aurais pu avoir donn de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu'ils croient que je peux leur avoir fait.
115 - ... ce n'est pas qu'ils me prsentent tous indistinctement l'ide de la perfection ; mais je crois qu'il est louable en moi de ne pas diffrer d'avoir gard au vu prsent des dputs de la nation, et aux circonstances alarmantes qui nous invitent si fortement vouloir, par dessus tout, le prompt rtablissement de la paix, de l'ordre et de la confiance.
19 - Puisse , messieurs , un heureux accord rgner dans cette assemble , et cette poque devenir jamais mmorable ,' pour le bonheur et la prosprit du royaume; c'est le souhait de mon cur, c'est le plus ardent de mes vux, c'est enfin le prix que* j'attends' de la droiture de mes intentions et de mon amour pour mes peuples.
209 - Saint-Cloud, je n'ai pas voulu qu'on la ft cesser par la force, parce que j'ai craint de provoquer des actes de rigueur contre une multitude trompe et qui croit agir en faveur des lois lorsqu'elle les enfreint. Mais il importe la Nation de prouver que je suis libre; rien n'est si essentiel pour l'autorit des sanctions et des acceptations que j'ai donnes vos dcrets. Je persiste donc, pour ce puissant motif, dans mon projet de voyage Saint-Cloud, et l'Assemble nationale en sentira...