Études sur la rvolution franaise: Le conventionnels de l'Eure: Buzot, Duroy, Lindet travers l'histoire ...

E. Quettier, 1876
 

 - 

.

-

70 - Tout ce que je vois jette les semences d'une rvolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'tre tmoin. Les Franais arrivent tard tout, niais enfin ils arrivent. La lumire s'est tellement rpandue de proche en proche, qu'on clatera la premire occasion; et alors ce sera un beau tapage.
149 - Rflchissez, Messieurs, qu'aucun de vos projets, aucune de vos dispositions ne peut avoir force de loi sans mon approbation spciale. Ainsi, je suis le garant naturel de vos droits respectifs; et tous les ordres de l'État peuvent se reposer sur mon quitable impartialit.
148 - Vous venez, Messieurs, d'entendre le rsultat de mes dispositions et de mes vues ; elles sont conformes au vif dsir que j'ai d'oprer le bien public ; et si, par une fatalit loin de ma pense, vous m'abandonniez dans une si belle entreprise, seul, je ferai le bien de mes Peuples ; seul, je me considrerai comme leur vritable reprsentant...
429 - ... pour tre jugs militairement, sans espoir de pardon, tous les membres de l'Assemble nationale, du dpartement, du district, de la municipalit et de la garde nationale de Paris...
470 - France qu'il avait form une liste de proscription ; je n'ai' pas voulu rcriminer ; mais j'ai vu hier la sance des jacobins ; j'ai frmi pour la patrie ! J'ai vu se former l'arme du nouveau Cromwel , et je me suis arm d'un poignard pour lui percer le sein si la Convention nationale n'avait pas le courage de le dcrter d'accusation,^( Marques d'approbation ritres.
323 - ... la puissance qui vous servirait les braver; la constitution, que pour qu'elle ne vous prcipitt pas du trne, o vous aviez besoin de rester pour la dtruire; la nation...
305 - Messieurs, dit-il, je viens consacrer ici solennellement l'acceptation que j'ai donne l'acte constitutionnel. En consquence, je jure d'tre fidle la nation et la loi; d'employer tout le pouvoir qui m'est dlgu maintenir la constitution dcrte par l'Assemble nationale constituante, et faire excuter les lois.
342 - La nation franaise renonce entreprendre aucune guerre dans la vue de faire des conqutes, et n'emploiera jamais ses forces contre la libert d'aucun peuple.
233 - ... j'ai donn ordre aux troupes de s'loigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite mme faire connatre mes dispositions la capitale.
212 - L'assemble, interprte de la nation, dclare que M. Necker, ainsi que les autres ministres qui viennent d'tre loigns, emportent avec eux son estime et ses regrets. Dclare qu'effraye des suites funestes que peut entraner la rponse du roi, elle ne cessera d'insister sur l'loignement des troupes extraordinairement rassembles prs de Paris et de Versailles, et sur l'tablissement des gardes bourgeoises. Dclare, de nouveau, qu'il ne peut exister d'intermdiaire entre le roi...