Études et fragments littraires

Librairie J. Sandoz, 1881 - 161
 

 - 

.

126 - D'Alembert : AUX MANES DE MADEMOISELLE DE LESPINASSE. 0 vous qui ne pouvez plus m'entendre; vous que j'ai si tendrement et si constamment aime, vous dont j'ai cru tre aim quelques moments, vous que j'ai prfre tout, vous qui m'auriez tenu lieu de tout si vous l'aviez voulu; hlas ! s'il peut vous rester encore quelque...
125 - Magie ? comment pouvoir comparer ce qui ne fait que plaire et attacher, ce qui remplit l'me, ce qui la pntre, ce qui la bouleverse ? comment comparer l'esprit la passion ? comment comparer un plaisir vif et anim cette mlancolie douce, qui fait presque de la douleur une jouissance ? Oh ! non, je ne compare rien, et je jouis de tout.
94 - Adieu, mon cher confrre, Dieu vous fasse la grce de couronner tous les dons dont il vous a combl par une vritable gloire qui n'aura point de fin ! Pardonnez-moi d'tre raisonnable et recevez ce dernier gage de mon amiti.
124 - ... c'est que c'est mon me qui loue, c'est que je hais le dnigrement, et que d'ailleurs je suis assez heureuse pour aimer la folie les choses qui paraissent le plus opposes : si bien donc, que j'aime, que je chris le talent de M. Grtry, et j'estime et admire celui de M. Gluck. Mais comme je n'ai ni les lumires, ni les...
123 - J'ai eu du plaisir, oui, beaucoup de plaisir cette rptition, et je dfie tous les connaisseurs de me prouver que j'ai eu tort. J'ai admir le talent de Grtry ; j'ai dit vingt fois avec transport : Jamais on n'a eu plus d'esprit, jamais on n'a mis tant de dlicatesse , de finesse et de got dans la musique ; elle a le piquant...
97 - C'tait un rare phnomne que ce degr de chaleur tempre et toujours gale o elle savait l'entretenir, soit en la modrant, soit en l'animant tour tour. La continuelle activit de son me se communiquait nos esprits, mais avec mesure; son imagination en tait le mobile, sa raison, le rgulateur.
126 - Je ne m'apercevrai du secours de la philosophie , que lorsqu'elle aura pu russir me rendre le sommeil et l'apptit que j'ai perdus. Ma vie et mon me sont dans le vide , et l'abme de douleur o je suis me parat sans fond. J'essaie de me secouer et de me distraire , mais jusqu' prsent sans succs. Je n'ai pu m'occuper , depuis un mois que j'ai essuy cet affreux malheur , qu' un loge que j'ai lu la rception de La Harpe , et dans lequel il y avait plusieurs choses relatives...
140 - Cette critique pourtant avait , comme telle, un dfaut : elle ne concluait pas. Les temps redevenant plus rudes, l'orage et le bruit de la rue forant chacun de grossir sa voix, et , en mme temps, une exprience rcente rendant plus vif chaque esprit le sentiment du bien et du mal , du juste et de l'injuste, j'ai cru qu'il y avait moyen d'oser plus, sans manquer aux convenances, et de dire enfin nettement ce qui me semblait la vrit sur les ouvrages et sur les auteurs.
146 - ... (tant il en avait amass de copieuses, de contraires et de diverses!), rentre chez lui tout chauff, et l, plume en main, bride abattue, sans se reposer, sans se relire et bien avant dans la nuit, couche tout vifs sur le papier, dans leur plnitude et leur confusion naturelle, et la fois avec une nettet de relief incomparable, les mille personnages qu'il a traverss, les mille originaux qu'il a saisis au passage, qu'il emporte tout palpitants encore, et dont la plupart sont devenus...
98 - Mlle l'Espinasse 2 ; tonnant compos de biensance, de raison, de sagesse, avec la tte la plus vive, l'me la plus ardente, l'imagination la plus inflammable qui ait exist depuis Sapho 3.