Collection des mmoires relatifs lh̓istoire de France...

Claude Bernard Petitot, Alexandre Petitot, Louis Jean Nicolas Monmerqu
Foucault., 1823
 

 - 

.

1
1
2
15
3
23
4
40
5
57
6
61
7
80
8
99
11
150
12
164
13
202
14
238
15
241
16
249
17
272
18
399

9
123
10
128
19
432
20
444

-

295 - capables de leur rendre plutt hommage de leur vie qu' votre Majest, qui seroit le vrai et seul auteur de leur grce. Il est question de couper la gorge aux duels, ou aux dits de votre Majest. La punition de ces messieurs sera un moyen convenable, quoique non infaillible, pour le premier effet,
305 - de cette princesse, le Roi fit arrter un nomm Fancan pour lui faire expier une partie des crimes qu'il avoit commis. De tout temps il s'toit dclar , plus ouvertement que ne pouvoit un homme sage, ennemi du temps prsent ; rien ne le contentoit que des esprances imaginaires d'une rpublique, qu'il formoit selon le
4 - coutume, on porta les huguenots consentir la paix de peur de celle d'Espagne, et les Espagnols faire la paix de peur de celle des huguenots. En cela on peut voir clairement combien un bon conseil, donn propos, produit
27 - et empche la conversion des princes infidles et hrtiques ; trouble la paix publique, renverse les États, royaumes et rpubliques, dtourne les sujets de l'obissance qu'ils doivent leurs souverains , et les induit des factions, rbellions et sditions, et attenter la vie de leurs princes. Cette censure fut faite le
95 - juillet, voir le cardinal en l'vch de Nantes o il toit log, et aprs lui avoir fait plusieurs protestations de vouloir honorer et obir la Reine sa mre, lui dit que c'toit maintenant tout de bon ; qu'il toit vrai que celle qu'il avoit faite par le pass n'avoit t que pour gagner du temps , et
305 - mauvaises, et les moyens dont il se servoit pour y parvenir , dtestables et mchans ; il n'y avoit point d'injuste et cruelle imagination propre changer l'tat des affaires, qui ne lui passt une fois le jour en son esprit. Son exercice ordinaire toit de composer des libelles pour dcrier le gouvernement; de rendre la personne du prince contemptible, les conseils odieux
17 - ne recevroient aucun trouble ni empchement en la sret et libert du commerce qu'ils voudraient faire, suivant les lois, ordonnances et coutumes du royaume, non plus qu'en la jouissance des biens et perception des fruits qu'ils ont dans lesdites les. Il est bien juste de s'arrter un peu ici
242 - ensuite du livre de Santarel, Sa Majest fit dfense, par ledit arrt, de composer, traiter ni disputer de l'affirmative ou ngative des propositions concernant le pouvoir et l'autorit souveraine de Sa Majest et des autres rois et souverains, sans expresse permission de Sa Majest par ses lettres-patentes en commandement , peine d'tre punis comme sditieux et perturbateurs du repos public. mais
11 - faite de la part des deux rois ensemble, et que les peines qui seroient imposes aux contraventions qui pourroient arriver de la part des Grisons, n'allassent pas jusqu' la privation de leur souverainet sur la Valteline, parce qu'il se feroit toujours en cela de la fraude de la part du roi d'Espagne ; mais qu'il
359 - les meilleures forces pour secourir une citadelle que les hommes tenoient demi perdue, faire une descente en une le assige par une grande arme navale, mettre au hasard la meilleure partie de l'arme la merci des vents et des vagues de la mer , des canons et vaisseaux anglais, o l'on ne