Notice des maux exposs dans les galeries du Muse du Louvre, 1

Vinchon, imprimeur des Muses nationaux, 1852
 

 - 

.

-

25 - ... le perfectionnrent sans doute; mais il est difficile d'en tablir la preuve, parce que les tombeaux sont rarement fouills avec assez d'intelligence pour qu'on puisse dterminer bien positivement ce qui appartient la civilisation romaine ou ce qui revient la civilisation locale. Il est un fait certain, cependant : c'est qu'on trouve confondus dans les muses, comme provenant des mmes tombeaux, des...
6 - TRAITÉ DES ARTS CÉRAMIQUES, ou des poteries considres dans leur histoire, leur pratique et leur thorie, par A.
198 - La reine esl velue de noir, assise, droite du tableau, sur un sige de deuil que recouvre un dais garni de rideaux. Ses armoiries sont places sur le milieu du dais; ses mains sont ornes de bagues. Devant elle est un homme dont on ne voit que le buste ; il a la...
30 - romaine devient, sitt le calme rtabli en France, un centre de fabrication d'orfvrerie si fcond, qu'on ne saurait attribuer ce rapide dveloppement autre chose qu' des traditions anciennes, qu' un corps de mtier tabli de longue date et fortement organis. L'histoire de ses orfvres, par son caractre lgendaire lui-mme, prouve combien tait clbre et remontait haut leur habilet. C'est vers le
23 - ... Bavay, au milieu d'antiquits d'origine videmment gallo-romaine (1). Rien ne rpond mieux la description que nous a conserve le passage si souvent cit de Philostrate, qui, dans son Trait des Images, en parlant de meubles enrichis d'or et de couleurs varies, ajoute , ces mots : On dit que les Barbares, voisins de l'Ocan, tendent ces couleurs sur de l'airain ardent ; elles s'y unissent, se ptrifient, et le dessin se conserve.
23 - C'est avec ce got des choses de l'art, avec cette exprience de la vie, avec cette connaissance de tous les raffinements du luxe grec et romain, que Philostrate crit cette phrase : On rapporte que les barbares voisins de l'Ocan tendent ces couleurs sur de l'airain ardent; elles y adhrent (ou elles s'y unissent), deviennent aussi dures que la pierre, et le dessin qu'elles figurent se conserve (1).
25 - Lasteyrie au sujet de l'maillerie limousine . M . de Laborde, qu'il faudra toujours citer, n'a pas hsit le moins du monde dire que, contre toutes les vraisemblances, les maux comme l'imprimerie restrent inconnus l'antiquit, bien qu'elle et sa disposition et son usage quotidien pour l'un et l'autre de ces deux arts tous les lments qui les constituent. Une main, puissante bien qu'invisible, maintint le voile sur l'impression jusqu'au xv sicle de notre re et le retint...
154 - Pnicaud, illustra Limoges. Tous les Pnicaud furent en effet trs-remarquables, puisque l'un des derniers d'entre eux a mrit cet loge : Le troisime mailleur de cette famille est un grand artiste, un dessinateur plein d'esprit, un coloriste rempli de ressources, et dans quelques productions le talent suprieur et la gloire
7 - Recherches sur l'histoire de la peinture sur mail dans les temps anciens et modernes, et spcialement en France, par L. Dussieux (mmoire qui a obtenu une mention honorable l'Institut, acad. des inscriptions et belles-lettres, en 1841). Paris, Leleux, 1841 , in-8
50 - C'tait , comme dans l'antiquit , une apparence de la chose. Les paens avaient cru que leurs dieux se contenteraient du simulacre des objets qui avaient t l'usage de leurs morts ; les chrtiens n'avaient pas moins de confiance dans l'indulgence du Dieu unique et tout-puissant qui devait faire la part de leur bonne intention.